Magazine Politique

A pas tranquilles vers le nouveau "Parti démocrate" ?

Publié le 17 janvier 2010 par Blanchemanche
dimanche 17 janvier 2010
Royal avec deux élus verts et cinq du MoDem
La Rochelle (Charente-Maritime )
Ségolène Royal a tendu la main, les élus MoDem l’ont saisie. Hier, à l’occasion de son premier meeting de campagne organisé à La Rochelle (Charente-Maritime), la présidente socialiste de la région Poitou-Charentes a officialisé l’alliance avec les centristes dès le premier tour des élections régionales.
A la recherche d’une large victoire qui lui permettrait de se relancer en vue de l’élection présidentielle de 2012, Royal est ainsi la seule tête de liste socialiste à avoir réussi à créer une coalition « arc-en-ciel » allant du MoDem au PS en passant par deux élus verts et des syndicalistes. Quitte à se fâcher avec tous les appareils politiques.
« Le rassemblement à pas tranquilles avance »
Hier matin, les portes claquent lors du conseil départemental du MoDem à Rochefort, tant les centristes locaux sont divisés sur l’alliance avec Royal. Finalement son patron, Alexis Blanc, annonce son ralliement, contrevenant ainsi aux ordres de François Bayrou : « Nous acceptons la main tendue de Royal dont les propositions n’entrent en rien en contradiction avec nos valeurs. » Traduction concrète : cinq élus centristes doivent intégrer la liste de Royal, même si les pro-Bayrou affirment qu’une liste autonome du MoDem participera coûte que coûte au premier tour.
Quelques heures plus tard, en pénétrant dans l’ancienne criée de La Rochelle où l’attendent environ 800 personnes, Royal, favorite des sondages face à son challenger UMP le ministre Dominique Bussereau, a le sourire. Le pari du rapprochement avec les centristes, qu’elle avait tenté entre les deux tours de la présidentielle de 2007, est gagné localement. « C’est une très bonne nouvelle. Le rassemblement à pas tranquilles avance », se réjouit-elle. Sur scène, elle brandit ses prises de guerre alors que certains adhérents du MoDem sont dans la salle : deux élus verts (suspendus par leur parti, qui a choisi l’autonomie au premier tour), un radical de gauche et ceux qu’elle appelle « les lutteurs » (un syndicaliste CGT et un syndicaliste CFDT). Il ne manque plus que les communistes, partagés sur un éventuel accord. Saluant « le courage » des centristes qui l’ont rejointe, elle les qualifie « d’éclaireurs » et lance : « Si les appareils politiques se ridiculisent en prononçant des sanctions, demain ils admettront que nous avons raison. » Outre un bénéfice électoral, Royal cherche à montrer qu’elle est en mesure de rassembler bien au-delà de sa propre famille dans l’optique de 2012.
Mais ça ne se fait pas sans grincement de dents. Proche du porte-parole Benoît Hamon, Pouria Amirashi, le patron du PS charentais, préfère quitter le meeting. « L’alliance avec le MoDem est une erreur, critique-t-il. Nous sommes mis devant le fait accompli. » En marge du meeting, le cégétiste de la liste ne cache pas non plus son malaise. Certes, il « fera tout pour faire gagner Royal », mais Guy Eyermann ne défendra pas l’alliance avec le MoDem « auprès des copains ». « C’est invendable. C’est la droite. Les voix que Royal va gagner au centre, elle va les perdre sur sa gauche… » confie-t-il. Absente du débat national qu’elle fuit volontairement, la présidente sortante de la région est désormais lancée et déterminée à brandir haut les couleurs du « Poitou-Charentes, une énergie d’avance », son thème de campagne.
http://www.leparisien.fr/elections-regionales/royal-avec-deux-elus-verts-et-cinq-du-modem-17-01-2010-780489.php

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29287 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines