Magazine Focus Emploi

Un interrogatoire au-delà du rationnel

Publié le 28 janvier 2010 par Snorounanne

Veuillez faire jouer l'audio au moment que je le signalerai, merci

La suite de l'épisode précédente vous rendra-t-elle songeur?

Nous pensons que nous l'être humain, avons tous les éléments en notre possession. Un jour, nous nous disons, ça va, le pire est passé. Et le lendemain, ça ira, on en a vu bien d'autres avant. Ce qu'on oublie c'est qu'en tant qu'être humain, nous ne sommes pas seuls dans ce monde, dans cet univers à penser, aussi banalement et toujours de façon rationnelle. D'autres êtres font partie de ces liens d'humanités.

Pourquoi nous appeler humain? Est-ce notre enveloppe corporelle donnant cette apparence qui en fait de nous, des humains? Pourquoi n'y aurait-il pas pire ou moins pire que nous, ailleurs que sur la planète bleue?

Je n'ai pas fait d'étude, de recherche, d'exploration, d'analyse, de prélèvement saguine, d'ADN... Je n'ai pas besoin de preuves tangibles pour apposer mon attestation de: Je crois...

Mon être fait partie de ces mondes, de ces univers, de l'au-delà, de la lumière et de ces extras-terrestres, car encore là, nous pensons qu'ils vivent en-dehors de notre sphère terrestre. Les extras-terrestres sont d'autant plus parmi nous que nous parmi eux.

Ah, j'oubliais... je n'ai pas de preuve... est-ce que je vous obligerais de lire cet article classé dans la catégorie humour? Bien entendu que non. Mais si je voulais, d'une manière ou d'une autre, faire sentir des choses qui me viennent en passant par ici... seriez-vous songeur?

Je viens d'une famille  issue de 2 soeurs. Je suis au milieu, alors, je suis entièrement bien soutenue. Je connais une de mes vies antérieures et je la connais car je l'ai visionné dans un rêve, il y a plusieurs années. Et qui je suis aujourd'hui? Un être de lumière dans un corps physique.

Prétentieuse, la petite dame, vous direz? Il est peut-être temps que j'éclate ma coquille et sorte pour offrir ce qui fusionne en moi. Il est sans doute à peu près temps... Mais,... étant entre ces mondes, raisonnant, réfléchissant, songeant ainsi, des enclos tombent sur moi à des moments les plus imprévisibles. Un rappel m'insufflant que je ne suis pas complètement maître de ma portion d'être, ici même.

Ce qui me réconforte est: je ne suis pas seule dans cette portion d'être basée sur cette Terre, sur ces continents. Vous présumeriez que je fais de la fiction. Ne vous êtes-vous pas déjà posé cette question à un moment de votre échelle de vie... Sommes-nous conçus d'une fiction machinalement réelle? Nous sommes probablement tous observés, surveillés, numérotés, identifiés et appelés à personnifier un rôle ici.

Et si le rêve, quand nous allons dormir nos heures de sommeil étaient en vérité, la réalité? Et que le réveil, ce que nous vivons jour après jour, nous serait qu'un rêve? Songez-vous à rétracter cette lecture?

J'ai un cartable rouge rempli de feuilles toutes codées les unes des autres par des écritures très anciennes suivi de symboles et de shémas dessinés. Pourquoi en suis-je l'élue? Que valent-elles? Que signifient-elles? Je les comprends pas, je les saisi pas, je les devine pas. Je les ai écrites aussi bien que je contrôle le français et cela remonte depuis les années 80. Et je les fais lire et voir par des personnes que je pressens bien.

Sauf que... une taupe s'est glissée dans la confiance que j'avais mise. Et voici la suite, mesdames et messieurs.

Les hommes en noir existent au même rang que nous, les êtres humains. Ils surgissent là où... des informations au-delà du physique ne devraient pas paraître. Est-ce à voir avec ces êtres venant d'ailleurs? Est-ce à voir avec tous les gouvernements d'état sur la surface de la Terre? Chose certaine, ce jour est venu et ce jour était l'ombre de ma plus grande peur.

Voici une image exposée par un interrogatoire au-delà du rationnel avec la bande textuelle:

 Ardemment, ils cherchent à percer une source des vérités hors du commun!

homme en noir - Pour la 345ième fois! Identifiez-vous!

snorounanne - Je suis ce que suis, nous sommes ce que nous sommes... et j'ai soif... s'il-vous-plaît. (Ma tête résonnait des sons répétitifs venant de cette lumière au dessus de moi) J'ai soif... pitié...

homme en noir - Identifiez-vous!

snorounanne - Je veux à boire... par pitié...

homme en noir - D'où détenez-vous ces documents? Pour qui opérez-vous?

snorounanne - Je vous en prie... j'suis faible, je n'sens plus aucune articulation. Donnez-moi de l'eau. (Je perdais la notion du temps et je tombais dans un état d'inconscience)

Je crois qu'à cet instant, l'homme en noir me fichait la tranquillité. J'étais en perte de connaissance. Je déteste tomber sans connaissance. Je sais que c'est une de mes craintes, d'être endormie par une substance quelle qu'elle soit ou en perdre conscience par une trop grande faiblesse, me ferait dire des choses que je ne voudrais pas dire en tant normal.

J'y ai passé combien d'heure? Combien de jour assise sur une chaise droite aveuglée par un jet de lumière. Combien de temps encore pourrais-je résister? Je n'étais pas entraînée à subir un interrogatoire et je hais les interrogatoires sous toutes les facettes, merde!

Je sentais une odeur liquifiée, humidifiant les lèvres de ma bouche. J'ouvrais les yeux et je voyais bien que je ne rêvais pas... nous avions changé d'endroit et il était toujours là planté, au garde à vous, cette espèce d'enfoirée!

snorounanne - (J'avais bu de l'eau, enfin!) Vous me connaissez, alors pour quelle stupide raison, vous m'avez emmené dans votre sphère vitrée, incarcérée par cette maudite lumière et ces sons perçants?

homme en noir - Vous opérez pour quelle flotte?

snorounanne - J'suis pas de la base militaire, bon sang ni d'aucune base et encore moins celle de la base lunaire! Non mais, on joue à quoi ici? Aux aliens?

homme en noir - Comment ces documents vous ont été transmis?

snorounanne - Est-ce que je sais, moi? Peut-être un de votre bande à lunettes noires n'a pas tenu sa langue et me les a refilés! Je veux rentrer chez moi. Je suis morte de fatigue. Je n'ai rien d'une espionne.

homme en noir - Identifiez-vous!

snorounanne - (Je l'envisageais) Va t'faire foutre!

homme en noir - (Il avançait tout près de moi) T'es à veille de te réveiller et de te rendre compte que tu rêvais ma tite! Réveille-toi! 

Cette dernière phrase, je l'entendais comme lorsque quelques chose dérange notre sommeil et nous en sort brutalement.  Mais une image avant de me réveiller, demeurait incalculablement marquante et je vous la fais voir, mesdames et messieurs...

Ouais... calibouère de calvaire! Je rêvais hen?

Ce que je ne veux pas... c'est d'avoir influencé votre jugement rationnel. Les images s'envoleront mais les écritures demeurent... songez-y... les paroles s'envolent et les écritures demeurent... Nous avons la matière informatique de la technologie avancée dans nos cahiers d'excercices. Nous ne pensons et n'avons jamais pensé par nous-même. Tout est déjà écrit, pensé, conçu. Nous ne faisons que le vivre à chaque seconde de notre quotidien.

Parce que le parcours de cette longue vie terrestre est d'atteindre tous les niveaux jusqu'au spirituel. Voilà le sens de la vie. Nous sommes individuellement une éprouvette expérimentale, en quelque sorte.

C'est le temps des humanités.

Pour faire sentir ce que je sens et d'autres personnes probablement dans le quasi même état d'âme, vous pouvez actionner le bouton "jouer" de l'audio et vous laisser aller sans restriction à l'écoute de cette chanson par Phil Collins. Je me dis qu'elle touche les contours de mon être et touchera peut-être le vôtre.

Merci à google pour ces images et encore une fois, merci de supporter mes chroniques quoiqu'elles abordent comme sujet.

Bisous!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Snorounanne 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines