Magazine Humeur

Révolte d’immigrés en Calabre : les damnés de la terre

Publié le 13 janvier 2010 par Marine8888

IMG_2972.jpg
Racisme, populisme, mafiosisme, La pire des combinaisons possibles pour les immigrés. A Rosarno, petite ville de 15 000 habitants, en Calabre, au sud de l’Italie, gangrénée par la mafia, la calabraise, la’Ndrangheta l’une des pires qui soit à ce qui se dit, des centaines d’immigrés le plus souvent clandestins, se sont révoltés contre l’exploitation éhontée, les vexations incessantes et les provocations dont ils font l’objet.  

Payés 20 euros par jour pour douze à quatorze heures de travail à la cueillette des agrumes, les immigrés, africains pour la plupart, sont logés comme des bêtes, entassés dans des usines désaffectées ou dans des silos sans chauffage, dans d’épouvantables conditions d’hygiène (8 WC et 3 douches pour 1000 personnes). «Les lieux où ils vivent sont comme les cercles de l’enfer de Dante, ce sont des conditions inhumaines et de désespoir», a rappelé Don Carmelo Ascone, le curé de Rosarno.

Le racisme assassin a commencé avec des tirs de fusils à air comprimé contre les immigrés. Deux d’entre eux ont été pris pour cible et légèrement blessés par des inconnus. Cette fois ils ont réagi, en déclenchant, jeudi dernier une émeute. Ils ont brisé des vitrines, incendié des voitures. En représailles, la population a organisé, vendredi la chasse aux émigrés. 67 blessés de part et d’autre. L’Etat est intervenu plus tard pour arrêter l’émeute et déporter ces damnés de la terre. Plus d’un millier de ces ouvriers agricoles, partis ou placés dans des centres avant d’être expulsés. Leur misérable logement rasé au bulldozer pour effacer jusque leurs traces.

Enfin, au moins cinq étrangers ont été volontairement renversés par des voitures conduites par des habitants de la petite ville. Selon l’agence de presse italienne Ansa, ils ne souffraient que de blessures légères.

Le ministre (Ligue du Nord) de l’Intérieur, Roberto Maroni, qui a dépêché des renforts sur place, a profité des incidents pour parler d’une «trop grande tolérance envers l’immigration clandestine». « Il giornale » l’un des journaux de Berlusconi a titré « Pour une fois les nègres ont raison ».  Le pape est intervenu dans l’euphémisme « l’immigré est un être humain à respecter »  mais l’immigré a-t-il une âme, le pape s’est bien gardé de le préciser.

Un racisme que l’Etat attise en permanence, une politique de l'immagration en dépit de tout bon sens. La mafia qui contrôle le territoire sans se trouver trop inquiéter. Le cynisme des hommes politiques et des journalistes à leur solde. Mais est-on sûr d’être dans la deuxième décennie du troisième millénaire depuis quelques jours ?

Comment penser l’humanité après de tels faits ?


Et en France : les travailleurs au black jusque dans les chantiers officiels, des critères de régularisation toujours flous et à l'appréciation des préfets, des

 afghans renvoyés dans leur pays.... et le droit de vote aux élections régionales et locales toujours refusée aux "étrangers", et qu'attendre de pire qu'un face à face Besson / Marine Le Pen, jeudi soir sur France 2.

Eteignez la télé !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marine8888 846 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines