Magazine Culture

Comment parler des livres que l'on n'a pas lus ? - Pierre Bayard

Par Vanina Delobelle
Avec un tel titre, on pourrait penser de prime abord que ce livre est un guide rigolard et désinvolte sur l'art et la manière d'esquiver les ennuis littéraires en société. Erreur. Le livre que l'universitaire Pierre Bayard nous adresse est un érudit panorama de notre situation face à la lecture, tout en démythifiant son importance, ou son sacré.

En mettant au cœur de son ouvrage celui qu'il appelle le non-lecteur, l'auteur s'ingénie à déculpabiliser, à mettre en exergue les situations qui pourraient nous faire craindre d'être l'objet des remarques les plus acerbes de ceux qui se disent lecteurs et qui, probablement, ne le sont pas plus que vous. Parce qu'il s'agit ici de mettre en lumière l'hypocrisie ambiante qui tendrait à nous faire croire, y compris à soi-même au vue de l'intégrisme que représente parfois le regard des autres en la matière, que tout le monde lit les « grands livres », les « classiques » ou les livres qui « comptent » dans le panthéon de la littérature.

Alors, sans faux-fuyants, Pierre Bayard, qui pour chacun des livres qu'il cite précise s'il les a lu, pas lu, parcouru ou s'ils lui sont inconnus, s'appuie sur de multiples extraits d'ouvrages lui permettant de mettre en perspective chaque situation symptomatique, et chaque attitude révélatrice de la non-lecture. On retrouve ainsi notamment le discours savoureux de Paul Valéry à l'Académie française faisant l'éloge de son prédécesseur, Anatole France, qu'il n'a manifestement pas lu. C'est encore Umberto Ecco, avec son livre « Le nom de la rose », qui fait parler son héros d'un livre qu'il n'a jamais vu mais qu'il connaît à travers ce qu'en disent les autres, ou c'est encore Montaigne qui parle de ses livres dont il ne se souvient même pas.

Dès lors, ces comportements de non-lecteur influent sur notre façon d'être, nos relations aux autres, parce que simplement ils donnent de nous une image tronquée, partielle, un enjeu de confrontation entre individus qu'il nous est parfois difficile de subir sans appréhensions. Pierre Bayard observe ainsi que « ce n'est pas seulement un sentiment de honte, attaché à des situations de l'enfance, qui est en cause quand nous nous aventurons à parler de livres non lus, mais une menace plus grave, portant sur l'image que nous avons de nous-même et que nous donnons aux autres ».

En tentant de désamorcer, voire de découpler nos scrupules de non-lecture de cette « image oppressante d'une culture sans faille, transmise et imposée par la famille et les institutions scolaires, image avec laquelle nous essayons en vain toute notre vie de venir coïncider », l'auteur nous offre une porte de sortie salvatrice : une certaine déculpabilisation, mais aussi une approche sereine et décomplexée de la lecture, ou de la non-lecture.

Parce que parcourir un livre ou ne pas le lire (et en parler) n'est pas une remise en question de notre aptitude à être soi, au final. Elle peut même devenir le terreau d'une créativité se nourrissant de notre imaginaire fait de quelques chemins balisés, mais aussi de beaucoup de simples indices chuchotés à notre esprit. A charge pour nous, à travers notre histoire, notre vécu, de se libérer du poids de nos carcans. Mais ai-je (bien) lu Pierre Bayard ?

DesMurmures

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vanina Delobelle 14413 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines