Magazine Culture

None of your fucking business

Par François Monti
Merci à Gonzalo Barr de nous signaler un excellent passage d'un entretien accordé par Don DeLillo au journal allemand Die Zeit.
ZEIT. What is your political orientation?
DD. I am independent. And I would rather not say anything more about it.
ZEIT. Why not?
DD. Well, in the Bronx where I grew up we'd have put it his way: Because it's none of your fucking business.
Voilà une réponse qui fait plaisir: la pertinence de l'écrivain moyen lorsqu'il s'agit de politique est égale à celle du citoyen moyen. J'ai autant d'intérêt pour les idées en ce domaine de Jauffret que de Thuram, et c'est un soupir de soulagement que j'émets lorsque je vois DeLillo refuser de saisir la perche tendue. Il est vrai qu'il est plus facile pour un journaliste de causer vie privée ou politique que littérature. Take note, Paul Auster!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


François Monti 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines