Magazine Cuisine

Bordeaux 2004 chez IVV (1)

Par Daniel Sériot

Grâce à l’intervention de Laurentg les organisateurs du club toulousain In Vino Véritas ont bien voulu m’accueillir pour une dégustation, à l’aveugle, consacrée au Bordeaux 2004. Qu’ils en soient ici remerciés. La dégustation se déroule en deux phases : une l’après midi, les bouteilles sont ouvertes et goûtées après l’ouverture , et une autre le soir, les 2/3 des bouteilles restantes sont dégustées après une aération de 3 à 5 heures. C’est à cette dégustation que j’ai participée.

Vin  n° 1 : Saint Julien : Saint Pierre 2004

La robe est foncée , assez profonde , le nez, d’une bonne intensité, évoque la prune , presque le pruneau, associés à de petites baies noires, à des épices variées, et des notes de café, la bouche est assez puissante , en entrée, avec des maturités de fruits qui signent davantage la rive droite que la rive gauche, le milieu de bouche est assez riche , et  assez gras, les tannins sont légèrement granuleux, l’acidité gustative qui commence à se manifester, est un peu en déséquilibre avec la matière . La finale est certes assez intense, et parfumée, mais le boisé reprend le dessus, et c’est un peu dissocié  Noté 15,5  A revoir

Vin n°  2 : Pessac Léognan : Pape Clément 2004

La robe est foncée , avec des reflets de couleur violine, le nez est assez frais, et séduisant , avec des arômes de mûres ,de cerises un peu kirschées, d’épices douces et des notes de café un peu grillées, la bouche est très pleine, avec une trame tannique veloutée et assez serrée, de l’amplitude, de la concentration dans un milieu de bouche, avec des fruits bien mûrs, la finale est bien dessinée, fraîche, d’une bonne longueur, avec une très belle qualité de fruits, l’élevage est en retrait Notée 16 à 16,5

Vin n° 3 Saint Emilon Angélus 2004  1GCCC B

La robe est très foncée au cœur du verre , le nez est très expressif, aguichant avec des arômes de cerises kirschées, de cannelle, de gingembre, la bouche est à la fois, riche, concentrée, et d’un superbe équilibre , grâce à une acidité mûre qui dynamise un vin construit dans la puissance, les tannins ont un grain velouté ,les fruits sont d’une belle définition, très mûrs ( mais sans surmaturité), la finale est longue ,intense, éclatante de saveurs, et fondante , l’élevage est en retrait Noté un petit 17


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Des Bordeaux 2005 en bouteilles (5)

    Retour sur la Rive droite, pour commenter deux vins, d’un excellent rapport qualité-prix, que ce soit chez les cavistes ou en FAV. Lire la suite

    Par  Daniel Sériot
    CUISINE, LE VIN
  • Bordeaux 2004 chez IVV (2)

    Les bouteilles sont servies , cachées par une chaussette. Le nom de la propriété n’ est dévoilé, qu’ après que chaque dégustateur ait pris des notes et ait... Lire la suite

    Par  Daniel Sériot
    CUISINE, LE VIN
  • Bordeaux 2004 chez IVV (3)

    Les trois vins commentés, dans cette rubrique, sont issus de la Rive gauche, leur origine a été bien cernée par les dégustateurs, d’une façon globale. Quant à... Lire la suite

    Par  Daniel Sériot
    CUISINE, LE VIN
  • Bordeaux 2004 chez IVV (4)

    Nous avons eu la chance de n’avoir, dans cette dégustation, qu’une seule bouteille défectueuse, elle se trouve dans cette série de commentaires, et je le... Lire la suite

    Par  Daniel Sériot
    CUISINE, LE VIN
  • Bordeaux 2004 chez IVV (5)

    La dégustation continue, avec une série de très bon niveau. Mon emploi du temps ne m’avait pas permis d’aller goûter les Pessac Léognan 2004, en « primeurs »,... Lire la suite

    Par  Daniel Sériot
    CUISINE, LE VIN
  • Bordeaux 2004 chez IVV (5)

    Une certaine forme d’alternance entre les vins de la Rive Droite et ceux de la Rive Gauche, qui est l’occasion pour les participants au concours de la RVF... Lire la suite

    Par  Daniel Sériot
    CUISINE, LE VIN
  • Bordeaux 2004 chez IVV (6)

    Dans cette série, la dégustation a été très instructive surtout pour les deux vins de la même appellation, en l’occurrence Margaux. Lire la suite

    Par  Daniel Sériot
    CUISINE, LE VIN

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines