Magazine Football

Le bec de lièvre et la tortue

Publié le 23 mars 2010 par Foothese

Le bec de lièvre et la tortue

Et on reparle de Benoît Pedretti. Revenu à un très bon niveau, le capitaine de l’AJA mène sa troupe vers l’un des 3 tickets pour la Champions’League et à une demi-finale de coupe de France. Le symbole de la belle saison bourguigonne, c’est le Jordy adulte.

Arrivé très vite, à 22 ans, dans la grande équipe de France de 2002, Pedretti fait alors un exploit. Trouver une place dans le groupe au milieu des monstres qu’étaient Maké ou Vieira est une grosse performance. Surtout en jouant à Sochaux.

Spécialiste du jeu de passe, Pedretti semble avoir encore progresser cette année. Si son jeu long a toujours été impeccable, bec de lièvre a ajouté de la mobilité à son jeu. Souvent trop arrêté pour être dangereux, son jeu était parfois prévisible. Plus fort physiquement il semble plus attiré par l’avant et la verticalité.

Forcément cette verticalité est plus simple à trouver quand devant il a des sprinteurs comme Frau à Sochaux ou Jelen aujourd’hui que des joueurs plus lents comme Luyindula à Lyon. Tombé aux oubliettes après son année ratée à Marseille puis son nouvel échec à Lyon, Benoît a peut-être vu trop grand à l’époque. A l’OL, Diarra, Tiago, Juni c’était injouable.

La tortue a accéléré

Pourtant il semble clair qu’il aurait aujourd’hui sa place à Marseille et à Lyon. Pedretti c’est encore un exemple positif de « l’AJA, thérapie pour déprimés ». Il y a eu Scifo, Laurent Blanc, Verlaat ou d’autres. La thérapie est finie. Il est sûrement temps pour Pedretti de reprendre son envol et d’aller voir ailleurs. Mais cette année, il lui sera difficile de quitter l’Yonne.

Difficile parce que les joueurs de Jean Fernandez sont bons, jouent ensemble et prennent du plaisir. Pedretti, un conseil, barre toi. Parce que si le capitaine icaunais est l’élément déterminant du milieu auxerrois, le détonateur reste Jelen. Sans le polonais, pas de victoire. Et Jelen, lui il va avoir des envies d’Angleterre par exemple. Et un polonais quand il sent le fric…

Domenech ne le prendra sans doute pas pour la coupe du monde malgré ses 22 sélections et sa grosse saison. Le trio Lass-Toulalan-Alou Diarra est installé. Et derrière, pointe Vieira, Cheyrou ou même Diaby le polyvalent. Pourtant, Pedretti a une bonne gueule de 23 ème homme gentil, sympa, sans histoire. A suivre.

Jean de la Fontaine


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Foothese 1280 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines