Magazine Politique

Zemmour et les auvergnats

Publié le 23 mars 2010 par Careagit
Fin de journée au boulot, 5 min devant Twitter et Mancioday diffuse la réponse d'Eric Zemmour à la Licra. Dans une longue lettre argumentée, Zemmour s'explique sur ce que beaucoup considèrent avoir été un dérapage. Je n'ai pas d'attachements idéologiques particuliers avec Zemmour. Au contraire, son conservatisme tous horizons tend plutôt à me désespérer, particulièrement sur les questions économiques et européennes par exemple. Cependant, force est de constater que l'homme sait présenter des raisonnements particulièrement bien charpentés en soutien de ses prises de positions. En cela, je me battrai donc toujours pour la liberté de paroles de toutes personnes susceptibles d'ouvrir des portes, fussent-elles parfois tendancieuses, sur des sujets que nos sociétés sclérosées ne cessent de vouloir étouffer.
En l'espèce, Eric Zemmour a, consciemment j'en suis persuadé, flirter avec la ligne jaune en affirmant que "la plupart des délinquants sont Arabes et noirs" sur le plateau d'Ardisson. En passant, nous noterons d'ailleurs que, en l'état actuel de notre système, il est tout bonnement impossible d'acquiescer ou de rejeter en bloc cette affirmation, les statistiques ethniques étant interdites. Il s'agit donc là d'une aveugle affirmation - tendance diffamatoire -, ou d'un effectif désir de stigmatisation d'une population. Eric Zemmour se défend :
"On a volontairement oublié que ma désormais fameuse phrase n’était qu’une réponse aux arguments développés par les autres intervenants selon laquelle «la police n’arrête que les Arabes et noirs». Cette double «stigmatisation» - et de la police républicaine - et des «Arabes et noirs» ne choque personne. Les «Arabes et noirs» peuvent être distingués du reste «de la communauté nationale» s’ils sont héros (le livre de Thuram exaltant les héros noirs) ou victimes. Dans tous les autres cas, il est infâme de les distinguer. Cette injonction universaliste conviendrait assez bien à mon tempérament assimilationniste. J’ai tendance à ne voir dans tous les Français que des enfants de la patrie, sans distinction de race ni de religion, comme dit le préambule de notre Constitution."
De mon point de vue donc, s'il a faillit aux principes de rigueurs qui sont habituellement les siens, Eric Zemmour n'en est pas pour autant tombé dans un racisme malsain. La réaction en chaîne des associations diverses et variées, chiennes de garde de la "bonne pensée" française, sont comme à l'accoutumée outrancières et ne contribuent d'ailleurs que plus à rendre ces sujets complétement tabous, comme se plaît à le rappeler un Zemmour qui cite le sénateur Delorme :
"En France, nous ne parvenons pas à dire certaines choses parfois pour des raisons louables. Il en est ainsi de la surdélinquance des jeunes issus de l’immigration qui a longtemps été niée, sous prétexte de ne pas stigmatiser. On a attendu que la réalité des quartiers, des commissariats, des tribunaux, des prisons, impose l’évidence de cette surreprésentation pour la reconnaître publiquement. Et encore, les politiques ne savent pas encore en parler."
Quand au probable licenciement d'Eric Zemmour de son poste au Figaro, je préfère en rigoler ou ne que lui conseiller de remplacer à l'avenir les mots "génants" par "Auvergnats" pour que l'establishment du Figaro ne lui cherche trop de poux.
Deux poids, deux mesures, deux périodes différentes, aussi.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Careagit 102 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines