Magazine Poésie

Chanson pour un âne mort de mon pays (Edmond Jabès)

Par Arbrealettres
Chanson pour un âne mort de mon pays (Edmond Jabès)


II y a un âne qui n’a pas de parents
et qui brait tout le temps.

Il y a un charretier qui le bat
et qui crache sur ses coups.

Il y a une route que ruminent les vaches
et un trou qui est l’enfer.

Il y a aussi un arbre
et l’âne à l’envers dessous.

(Edmond Jabès)



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine