Magazine Cinéma

L'Homme sans âge

Par Ffred

Un film de Francis Ford Coppola avec Tim Roth, Alexandra Maria Lara, Bruno Ganz

Fantastique, USA, 2h05

Sortie en salle le 14 novembre 2007 (France), le 14 décembre 2007 (USA)

Ma note : * *

Synopsis

1938, en Roumanie. Dominic Matei, un vieux professeur de linguistique, est frappé par la foudre et rajeunit miraculeusement. Ses facultés mentales décuplées, il s'attelle enfin à l'oeuvre de sa vie : une recherche sur les origines du langage. Mais son cas attire les espions de tout bord : nazis en quête d'expériences scientifiques, agents américains qui cherchent à recruter de nouveaux cerveaux. Dominic Matei n'a d'autre choix que de fuir, de pays en pays, d'identité en identité. Au cours de son périple, il va retrouver son amour de toujours, ou peut-être une femme qui lui ressemble étrangement... Elle pourrait être la clé même de ses recherches. A moins qu'il soit obligé de la perdre une seconde fois.

Critique

Un nouveau film de Francis Ford Coppola est toujours un évènement, surtout quand celui-ci n'a pas tourné depuis près de dix ans. Mais je dois dire que ce nouvel opus me laisse perplexe.

  

On arrive pas vraiment à savoir où le metteur en scène a voulu en venir. Le film navigue entre plusieurs genres, tour à tour drame, fantastique, histoire d'amour, ésotérisme et métaphysique, tout cela est abordé mais sans vraiment être traité à fond, aussi bien qu'au bout d'un moment on ne sait plus trop dans quel direction ça va. La première partie est assez intéressante depuis le coup de foudre jusqu'à la rémission et le départ de Dominic vers sa nouvelle vie. Après cela se gâte un peu, et avec l'arrivée du personnage féminin on commence à perdre pied. On assiste alors à un long cours de langues orientales mortes auxquels le spectateur ne semble pas avoir été invité, et du coup on reste un peu sur le côté de la route.

Sur la forme par contre, c'est plutôt du beau travail. La photo est très belle, les décors et costumes aussi. Ils sont en fait assez intemporels, bien que l'histoire se déroule de 1938 à 1969, elle pourrait aussi bien se dérouler aujourd'hui. Les repères de temps sont donnés par des coupures de presse et des dates indiquées sur des panneaux dans une gare par exemple. Cela est sans doute voulu pour accentuer encore l'effet d'histoire hors du temps. La mise en scène elle-même n'est pas vraiment innovante ni très prenante, le réalisateur semble un peu rouillé ou vieillissant par rapport aux chefs d'oeuvres qu'il nous a donnés par le passé. L'interprétation est quant elle très honnête. Tim Roth s'en sort très bien, il défend parfaitement son rôle et son personnage. Voilà un acteur qui n'a plus rien à prouver et malgré les faiblesses d'un film arrive à se transcender et à offrir toujours une prestation de qualité. Belle révélation que celle de Alexandra Maria Lara, jeune actrice roumaine aussi belle que talentueuse certainement promis à un bel avenir, elle sera dans les prochains Angelopoulos et Ivory.

  

En résumé, à mon avis,  un film raté pour Coppola. Même si l'intention de départ est très bonne et même si le film semble avoir été fait avec honnêteté et une certaine candeur. A vouloir parler de plein de choses (la vie, la mort, la réincarnation, l'amour, le temps, l'homme, la terre...) il ne parle plus de rien. Un film bizarre que je ne conseille ni ne déconseille, à chacun de se faire une opinion.

Filmo sélective Francis Ford Coppola

  

  

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ffred 143 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines