Magazine Politique

Les sondages (Fiche 102)

Publié le 27 novembre 2007 par Exprimeo
"Quand on a l'opinion publique avec soi, on ne peut pas échouer" Abraham LINCOLN. Avec la présidentielle 2007, une nouvelle France politique est née. Elle est composée de 8 familles : l'opposition désengagée, la gauche rebelle, la gauche moderne, le centre d'alternance, les indifférents opportunistes, la droite libérale, la droite étatiste, la droite protestataire.
L'opposition désengagée concerne des abstentionnistes permanents. Ils se sont exclus de la citoyenneté. Ce bloc concerne d'abord des exclus de la vie économique qui sont en rupture de l'ensemble de la société. C'est un véritable problème pour la société Française qui devra gérer un contingent élevé de citoyens ayant pour perspective probable une carrière professionnelle de chômeurs économiques et un positionnement permanent de chômeurs civiques.
La gauche rebelle c'est celle qui refuse les contraintes de la mondialisation et de l'économie moderne. Elle représente un bloc de suffrages exprimés de l'ordre de 8 %.
La gauche moderne (28 %) accepte les nouvelles contraintes de la mondialisation mais entend les rendre compatibles avec les idéaux traditionnels de la gauche.
Le centre d'alternance (18 %) a un ancrage historique chez les orléanistes mais en réalité depuis 2007 accueille des profils entièrement nouveaux dont des déçus des partis classiques de la gauche. Tant que ce centre d'alternance ne se fixera pas avec la gauche moderne, cette dernière est vouée à une longue traversée du désert. Par sa composition très hétéroclite, ce centre doit commencer par gagner en cohérence pour clarifier la réalité durable de son poids politique.
Les indifférents opportunistes (15 %) sont les nouveaux citoyens consommateurs, allergiques aux mots d'ordres et qui déchiffrent chaque programme pour trouver leur intérêt personnel. Selon leur positionnement, ils font la majorité.
La droite libérale (30 %) est celle qui entend donner une place nouvelle à l'argent, à l'entreprise, à la culture américaine dominatrice dans l'actuelle mondialisation. C'est le noyau central de l'actuelle majorité présidentielle.
La droite étatiste (10 %) est l'héritière du gaullisme fondateur de la Vème République.
La droite protestataire (6 %) c'est la droite populiste repliée sur elle-même vivant chaque nouveauté comme une angoisse car une menace. C'est le terreau de l'extrême droite.
Les chiffres portant indication du potentiel sont des chiffres moyens.
Ce tableau laisse apparaître plusieurs enseignements majeurs lourds de sens :
- aucun camp politique classique ne dispose d'un réservoir direct majoritaire,
- pour devenir majoritaire, la gauche moderne, pôle centrale de l'actuelle opposition doit parvenir à concilier des partenaires à ce jour inconciliables : la gauche rebelle et le centre d'alternance.
- Elle demeurera majoritaire sur le plan local parce d'une part, elle récupère des indifférents opportunistes tentés par la protection d'une gestion socialiste de proximité et d'autre part une partie importante du centre d'alternance.
- Mais sur le plan national, ce large rassemblement est aujourd'hui difficile voire impossible. Son retour à la majorité nationale repose sur la transposition à l'échelle de la France des accords locaux,
- la droite libérale doit aussi composer avec des partenaires de "l'autre bord". L'ouverture est indispensable. Si elle devait conduire à la séparation de la gauche moderne, cela stabiliserait le pôle de droite comme pôle durablement majoritaire.
Là réside le véritable enjeu structurant de Fillon bis probablement après les élections locales de mars 2008.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Exprimeo 5182 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines