Magazine Livres

Les mosaïques de Florence Olmi

Par Céline Poncet

etite devinette à la Julien Lepers : au Sacré-Cœur, je suis la plus grande du monde et je vous fais marcher la tête en l'air, on me piétine quelquefois et on me met souvent, ces dernières années, sous la douche… Je suis, je suis ?

LA M O S A Ï Q U E ! 

Robert, lui, aurait probablement dit de cet art décoratif qu'il consistait en un assemblage, du plus simple au plus savant, de petits morceaux de matériaux comme les galets, la pâte de verre, la céramique, les émaux, le marbre… mais aussi, cher Robert, tout ce qui peut nous faire plaisir : billes en verre ou en résine, petites pièces de bois, assiettes cassées et même miroir !

Il aurait fait tout un plat (ou tout un article) des techniques et des outils que l'on utilise, trop content de nous lancer des "pinces japonaises" ou des "martelines" comme ça discrètement. Les livres et les sites spécialisés expliquent tout ça très en détail. Alors, je propose plutôt de donner la parole à FLORENCE OLMI, mosaïste, fondatrice de l'Association Fées Maison et de la galerie l'App' Art.

Florence, peux-tu nous dire deux mots de toi ?
Oui, oui.

…......................

flo.jpg

Un peu plus peut-être ?

J'ai 33 ans, je suis maman d'une princesse, Lilou, et d'un superman, Malo, et je suis aussi l'épouse de leur père. Je ne me reconnais pas dans la chanson de Lio et j'ai longtemps pensé que mon bac + 4 en aménagement du territoire ne me mènerait pas vraiment là je me rêvais étant enfant.


Des rêves d'enfant, alors ça commence comme ça ?

Oui, et ça passe par les villes où mon mari, mobilissime, trouvait le job de ses rêves à lui, par ma difficulté à moi, en déménageant souvent, de construire une carrière … et de laisser mes amis. Et si l'amitié a miraculeusement tenu la distance, ma vie active a elle été pour un temps (toujours trop long) celle d'une chercheuse d'emploi… 

En 2000 (pourquoi en 2000 ?), je me pose et me repose des questions, peut-être les bonnes cette fois : j'ai du temps, que vais-je en faire ? Je me suis souvenue de ces petits bouts de mosaïque en plastique que je piquais dans une grille quand j'avais 7 ans, j'en ai parlé à une amie qui m'a conseillé les bons outils. Internet et les forums se sont chargés du reste. J'achète mes premières pinces et mes premiers émaux. 

J'apprends, je tâtonne, je rencontre d'autres artistes, je progresse, je m'inspire, je travaille comme une forcenée. Ca y est, c'est fait : je suis dedans jusqu'au cou ! Je passe à la vitesse supérieure et, en secret, je rêve de pouvoir faire sortir mes créations de l'atelier (un bout de notre salon !) pour les exposer, organiser des expos et partager ma passion en donnant, pourquoi pas, des cours.


boule1.jpg


Et en 2003, tu sautes le pas, en créant l'association "Fées maison"…

Oui, précisément quand je me sens prête : prête à montrer mon travail au milieu de celui des autres et prête à parler à tout le monde, pour promouvoir l'art de la mosaïque et les métiers d'art

Et, il y a deux ans, on arrive dans l'Ain, à Hauteville, à quelques kilomètres de ma ville natale. Les choses s'accélèrent : je veux parvenir à une vraie reconversion et faire de la mosaïque mon métier. Six mois à peine après la naissance du petit Malo, j'essaie d'organiser ma première expo… mais mon initiative a besoin de soutien qu'elle ne trouvera pas. 
Maintenant que je SAIS, ça va être difficile de me décourager et impossible pour moi d'y renoncer. Alors, quand j'apprends en octobre 2006 qu'un local intéressant va se libérer, je fonce ! J'ai déjà depuis pas mal de temps recueilli les encouragements de ma profession et reçu pleins de mots gentils d'un public à la rencontre duquel je veux aller. Donc, la décision est prise : je réserve tout de suite le local… et j'ai les clés en juin 2007. 

Et dans l'été, j'organise une rencontre de mosaïstes sur le plateau d'Hauteville dans un gîte où une vingtaine de talents vont parler… mosaïque. J'embarque aussi quelques collègues mosaïstes pour que l'association participe à la saison du Fort l'écluse (14 000 visiteurs…) en proposant une expo de 3 mois sur le thème du buste.

buste_flo.jpg


et ta galerie dans tout ça ?

Je fais tout moi-même… bien aidée par toutes les bonnes volontés. J'ai la vision précise de l'endroit que je veux : un Appart chaleureux où les visiteurs se sentiraient comme chez eux, où ils pourraient venir juste pour s'installer dans un fauteuil confortable et regarder, en buvant une tasse de café ou de thé. 

Dans cette galerie, je veux accueillir des artistes de tous bords : des peintres, des sculpteurs, des artisans aussi… et bien sûr des mosaïstes. D'autres mosaïstes aussi car pour moi, la notion de concurrence tient de l'absurde, chaque artiste faisant un travail et une recherche différente des autres… Moi, j'appelle ça de l'émulation.


Une galerie où les arts se mélangent?

Oui, parce que dans la vraie vie, on a besoin de tout ce qui est beau, de tout ce qui veut dire quelque chose, de tous les goûts et de toutes les expressions. 

Et ça marche ?

Mon concept trouve un écho très favorable dans le milieu artistique, j'expose des artistes de grands talents qui veulent tenter l'aventure avec moi. Mais, tu le sais bien, le plus dur, c'est de se faire connaître. Là, je travaille dans ce sens. Mais, ça fait beaucoup de casquettes quand on a comme moi qu'une seule tête et deux bras : mon travail de mosaïste, la galerie, l'association et tout ce qui va avec : la communication notamment et l'aspect commercial... 
Ton actualité ?

J'organise une expo, Cadeaux d'Artiste - cadeaux à p'art, du 1er au 31 décembre. Des petits formats spécialement créés pour l'occasion, pour que tout le monde puisse emporter l'objet de son désir, pour un prix mini-mini. Tout est dit sur l'affiche…. 

affiche.jpg

Je compte vraiment dessus. J'en profite pour lancer un appel à tous ceux qui sont sensibles à ce que je fais pour faire connaître mes travaux et ceux des artistes que j'expose. J'ouvre aussi mon atelier, tout à côté de la galerie, avec plaisir, pour partager mon savoir-faire. J'y donne des cours, plus pour transmettre et accompagner d'ailleurs que pour remplir mon tiroir-caisse : 70 euros les 10 séances, l'art doit rester à la portée de tous. 
****************************************************************** Je vous invite à faire circuler cet article et à aller visiter les 3 sites de Florence Olmi:

www.galerie-appart.com
appartgalerie.canalblog.com
florenceolmi.canalblog.com

C'est sur Viadéo que j'ai "rencontré" Florence (je me dis que du coup, non, j'ai pas payé l'abonnement pour rien) et c'est en visitant ces sites que j'ai découvert cette artiste pas comme les autres, qui travaille principalement les émaux de Briare sur des supports souvent en résine et en volume. C'est là toute la spécificité de son travail qui trouve donc parfaitement sa place dans les jardins... 
Ses envies du moment ? Travailler sur une girafe d'1,60 m, une guitare, un chat totem d'Indonésie en bois... à suivre ici et ailleurs...

Allez, quelques photos pour vous mettre l'eau à la bouche...

tabletortueok.JPG
 
coci.jpg
 
mosa_que.jpg
boule_de_neige.jpg
galerie.jpg
 

Visuels © Florence Olmi Texte © Céline Poncet


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • La Place du sujet de Florence Pazzottu

    Place sujet Florence Pazzottu

    D’un quartier qui n’existe pas (administrativement), celui dit du Panier, à Marseille, Florence Pazzottu a tiré des poèmes, en vers ou en prose, qu’elle qualifi... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • La Tête de l'homme de Florence Pazzottu

    D’une banale agression nocturne où elle s’est fait tordre le cou (pas de quoi crier au génocide), Florence Pazzottu déploie la « singulière complexité » dans un... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Florence Pazzottu (8)

    De Florence Pazzottu est paru tout récemment La Tête de l’Homme, dans la collection Déplacements du Seuil. À contre-pente Écrire est une contre-pente, cet éveil... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • La Tête de l'Homme, de Florence Pazzottu

    Tête l'Homme, Florence Pazzottu

    Dans un précédent texte, « Les inconférences » (in l’Inadéquat, paru en 2005), Florence Pazzottu demandait l’attention de ceux qui l’écoutaient et une certaine... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Florence Foresti et la parodie de la chanteuse Amy Winehouse !

    Festival "Juste pour rire" Nantes 2008, Florence Foresti, la marraine du Festival nous offre un gala d'ouverture extraordinaire - Une parodie de la chanteuse Am... Lire la suite

    Par  Formatio
    A CLASSER
  • Florence Hinckel

    Biographie : (source ADA) Florence Hinckel est née en 1973, dans le nord-est de la France. Mais comme elle dit : « Je suis vite descendue au soleil ! Marseille ... Lire la suite

    Par  Florinette
    CULTURE, LIVRES
  • La fille qui dort - Florence Hinckel

    Florence Hinckel Éditions Les 400 coups, 2007, 141 pages.Illustré par Marion Arbona A partir de 13 ans Johanna, une lycéenne de quinze ans, a des rêves comme... Lire la suite

    Par  Florinette
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Céline Poncet 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine