Magazine Bourse

Erelia va permettre à Gaz de France de développer ses parcs éoliens

Publié le 27 novembre 2007 par Ecolo Trader

Apres la somme pharaonique que doit, bourse delier Suez pour acquerir 50,1% de la Companie du Vent,

voici que Gaz de France va prendre le contrôle de 95 % du capital d’Erelia d’ici à la fin de l’année (100% en 2009).

Spécialiste de l’implantation et de l’exploitation de parcs éoliens, la société Erelia, créée en 2003, est basée à Maxéville en Meurthe-et-Moselle. Cette PME de 20 salariés dispose d’une puissance installée de 70 MW en Meurthe-et-Moselle et dans la Marne et environ 450 MW en projets.

Le groupe GDF disposera alors d'une capacité totale en énergie éolienne de 110 mégawatts (MW) fin 2007, sans préciser le montant de la transaction. Dommage, ou simple respect pour Suez....?

Du cote finance, le chiffre d'affaires d'Erelia atteindra 50 à 60 millions d'euros fin 2010, contre 16 à 17 millions fin 2007.

Je vous rememore que Suez a paye La Companie du Vent, 58 fois le CA (pas la possibilite de calculer / RN ou les benefices...), ce qui quoi qu il arrive vraiment tres cher !.

Pour ERELIA, une dizaine de projets sont actuellement conduits, représentant un investissement de 350 millions d’euros sur l’ensemble de l’Hexagone. Le modèle développé par Erelia repose sur une forte implication des territoires, le partage des indemnités foncières et la participation des habitants à hauteur de 5 % a 7% du capital des fermes éoliennes, et la création d'emplois locaux pour la maintenance des turbines.

Lien vers le site d Erelia :

http://www.ereliagroupe.fr/

L album photo interessant de la conception a la livraison d une realisation exemplaire :

lehautdesailes.fr/

Pour rappel Gaz de France dans l eolien :

GDF a déjà créé fin 2006 une co-entreprise nommée Maïa Eolis avec le fabricant et exploitant d'éoliennes Maïa Sonnier, dans laquelle GDF a apporté plus de 110 millions d'euros.

Maïa Eolis, qui disposera de 80 MW installés fin 2007, prévoit d'en produire 350 fin 2010.

Dans l'éolien, GDF veut disposer de 2.000 MW d'ici fin 2012, dont la moitié en France et l'autre moitié en Europe (Italie, Royaume-Uni, Espagne-Portugal, Pologne), soit des investissements cumulés de plus de 2,5 milliards d'euros.

Diversifications :

En matière d'énergies renouvelables, GDF souhaite produire 20% de son électricité à partir de ces énergies à l'horizon 2012 et "devenir un acteur majeur de la filière éolienne en Europe", rappelle le PDG groupe public, Jean-François Cirelli, cité dans le communiqué. GDF entend notamment proposer du solaire thermique dans ses offres d'énergie à prix libres (et non à tarif réglementé, fixé par l'Etat) nommées Dolce Vita.

Il veut aussi se renforcer dans la biomasse (énergie à partir de déchets) pour avoir 10% de part de marché en France en 2013, en poursuivant le développement de cette activité en Italie et au Royaume-uni. A l'horizon 2012, GDF produira les 80% restants de son électricité à partir de centrales à cycle combiné (à gaz et vapeur), mais "il n'y aura pas de production nucléaire", a rappelé M. Ducré.

Chacun de son cote, avant la fusion prevue, les deux groupes travaillent a creer pour 2008 une belle filiale des energies renouvelables, pourquoi pas a mettre en bourse, comme la future introduction de la partie environnement de Suez ?.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ecolo Trader 42 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte