Magazine

Les nouveaux-nouveaux mystères de Paris...

Publié le 25 novembre 2007 par François-Xavier Ajavon
Depuis plusieurs années, les membres des Untergunthers investissent des sites divers de la capitale (églises, bâtiments, cryptes...) qu'ils... restaurent clandestinement. « Ce sont des initiatives extrêmement spontanées. Généralement, il s'agit de sites que l'administration a abandonnés ou dont elle ignore jusqu'à l'existence », explique Lazar Kunstmann, leur porte-parole… Un article de Clarisse Fabre, dans Le Monde, attire notre attention sur un très sympathique groupe d’activistes clandestins BCBG – les « Untergunthers » - dont le but est de « restaurer les parties invisibles du patrimoine ». Loin d’avoir des profils de terroristes, de faucheurs d’Ogm, ou de délinquants de droit public, les membres d’Untergunther ont entre 35 et 40 ans et sont parfaitement rangés ( avocats, magistrats, intellectuels, profs, etc. ). Ils ont simplement le goût de la subversion chic, et un tropisme culturel marqué pour l’occupation illégale des monuments historiques. De septembre 2005 à septembre 2006, plusieurs membres de cette organisation ont occupé le Panthéon - à l'insu de l'administration - dans le but de réparer son horloge. "C'est une horloge Wagner, qui date de 1850. Elle ne fonctionnait plus depuis 1965 et tout le monde l'ignorait. On l'a remise en état avant qu'il ne soit trop tard", raconte l'un des porte-parole d'Untergunther, Lazar de son nom de code. "On n'est pas des squatteurs. Créé dans les années 1980, à l'époque où les soirées dans les carrières étaient à la mode, UX investit des sites inutilisés tout ou partie du temps, comme une station de métro la nuit. Ces lieux sont des "délaissés urbains". On y organise des activités positives et apolitiques : festivals de films, rénovation patrimoniale", a expliqué Lazar au Monde. Le Panthéon, à Paris. L'atelier de restauration, baptisé UGWK, a été piloté par Jean-Baptiste Viot, un ancien horloger de chez Bréguet, place Vendôme. Entouré d'une équipe, le jeune homme a refait des pièces manquantes et remis en marche le mécanisme, pour un coût d’environ 4 000 euros. De sources autorisées on murmure que la restauration est de grande qualité…     C’est au cœur du mois d’août que des membres du groupe Untergunther se sont fait arrêter par la police, alors qu’ils tentaient de pénétrer à nouveau dans le Panthéon. Le 23 novembre dernier ils comparaissaient devant le tribunal correctionnel pour avoir dégradé le mécanisme d’une serrure. Faute d’éléments suffisants ils ont été relaxés. Le Centre des monuments nationaux se réserve le droit de faire appel.  "Il est encore trop tôt pour le dire", a déclaré le directeur du CMN, Vincent Leroux, qui ajoute : "Je ne suis pas sûr que l'objectif d'Untergunther soit la réparation de l'horloge. N'y a-t-il pas le goût du challenge, de la transgression des interdits ?" Moralité de l’histoire : il y a donc plusieurs manières d’entrer au Panthéon… --------------------------------------------------------- Pour compléter cette déambulation je vous recommande de visionner le très beau court-métrage "Exploration urbaine" de Lazar Kunstmann, datant de 2002. (14 minutes) ( Tableau : Dali, La persistance de la mémoire - détail ) * *   *

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


François-Xavier Ajavon 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte