Magazine Culture

Tristan Garcia et l'inconnu de Carpentras

Par Lise Marie Jaillant
Tristan Garcia Tristan Garcia est un gros chanceux. Son premier roman, “La meilleure part des hommes“ (Gallimard) avait reçu un très bon accueil en 2008. La traduction anglaise sortira en novembre chez l’éditeur britannique Faber and Faber et a d’ors et déjà bénéficié d’un article dans le Publishers’ Weekly du 28 juin (cliquez sur l’image pour agrandir).

C’est l’occasion pour vous, mes chers wannabes, de relire la mythique interview de Jean-Marie Laclavetine (l’éditeur de Garcia chez Gallimard):

Le Nouvel Observateur. - Comment vous est arrivé le manuscrit de Tristan Garcia?

Jean-Marie Laclavetine. - Par la poste.

N. O. - Le roman d'un inconnu arrivé par la poste publié chez Gallimard: personne n'y croit.

J.-M. Laclavetine. - Je ne cesse de répéter partout que les premiers romans que nous publions sont arrivés par la poste, à une exception près: «les Bienveillantes». Qu'on se le dise et qu'on continue de nous envoyer des manuscrits: ils seront lus, et attentivement! Le roman d'un journaliste de télévision ou d'un «fils de» nous intéresse bien moins que celui d'un inconnu de Carpentras.

Ahahahah! Le coup de l’inconnu de Carpentras est tordant! Sachez que Garcia est normalien et a rédigé sa thèse de philo sous la direction du très renommé Alain Badiou. Pas vraiment l’inconnu de Carpentras, pas vrai?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lise Marie Jaillant 301 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines