Magazine Culture

Charles-Louis PHILIPPE par Elie FAURE

Par Bruno Leclercq

Elie Faure (1), revient de l'enterrement de son ami Charles-Louis Philippe, il lui rend hommage et analyse l'apport du "fils du sabotier" à la littérature, son caractère, ses œuvres, ses contradictions et sa vie de misère.
Charles-Louis PHILIPPE par Elie FAURE

Charles-Louis Philippe

Charles-Louis Philippe est mort. Nous avons été sept ou huit, entassés dans deux fiacres, à suivre sa pauvre dépouille jusqu'à la gare. Il faisait nuit, il pleuvait, il y avait par terre des flaques d'eau où tremblotaient les lueurs du gaz couché par le vent, nous pataugions dans la boue, entre des bâtisses noires. On l'a mis dans un wagon de marchandises. Le jour où mourra M. Rostand, si M. Rostand est mortel, il y aura du soleil et de la musique, et du canon, et des fleurs, et Mme Sarah Bernhardt, car Mme Sarah Bernhardt est immortelle. Ainsi se déroulent nos vies jusqu'à leur dernier acte, en un cercle rigide impossible à briser. Petites ou grandes, imbéciles ou géniales, bruyantes ou obscures, une harmonie impitoyable préside à leur progrès.

Rien de ce qui lui donne son sens n'a manqué à celle-là, pas même l'éloge des papiers qui n'avaient pas parlé de Charles-Louis Philippe de son vivant. Il était fils de pauvres gens de la campagne. Il eut une enfance affreuse, ses os suppuraient. Il était d'aspect souffrant, avec une mâchoire tordue et trouée qu'il levait vers vous en parlant, parce qu'il avait une paupière tombante et qu'il était tout petit. Il était pauvre, il aurait bien voulu ne pas l'être pour s'en aller loin, pour confronter les réalités d'un monde étroit avec les images immenses qu'il s'en faisait. Mais comme il ne savait pas comment on s'y prend pour devenir riche, il voyageait au dedans de lui. Il est mort à trente-cinq ans, comme pour jouer une farce tragique à ceux qui pensaient qu'il allait sortir de l'obscurité et de la dèche.

On m'a demandé ces lignes trop tard pour que j'aie le temps de relire un seul de ses livres. Peu importe. Ils font partie de moi comme tous ceux de mon âge qui ont appris à lire en vivant. Nous avions lu La mère et l'enfant, La bonne Madeleine et la pauvre Marie, et Bubu de Montparnasse, et le Père Perdrix, et Marie Donadieu, et Croquignole, d'autres étendues se sont découvertes de notre royaume intérieur. Nous avons surpris les mouvements sourds qui naissent de nos sens pour envahir notre esprit quand nous promenons parmi le fleuve humain qui coule nos désirs douloureux, les narines ouvertes aux odeurs errantes, les pieds boueux, et quand notre désespoir de trop sentir nous incline vers ceux qui souffrent, même quand il ne sentent pas qu'ils ne sont pas seuls à souffrir. Je ne sais pas bien si j'avais compris, avant qu'il ne me l'expliquât, que celui qui est fruste et pauvre n'est pas dans l'œuvre d'art un élément décoratif et pittoresque, mais le retentissement en moi-même de ce que j'ai de plus essentiel et de plus permanent, l'humilité de mes instincts pareils à ceux des autres, la vulgarité de ma joie dont je retrouve en tous les traces au moins rudimentaires, l'universalité de ma misère qui ne m'apparaît exceptionnelle que parce qu'elle se manifeste à moi sous des prétextes particuliers. Je ne sais pas bien si je soupçonnais avant de t'avoir lu, mon cher ami Philippe, que je ne suis pas différent du mendiant, et de la fille, et du bourreau, que ce n'est pas leur faute, ni la mienne, si nous ne sommes pas nées dans le même nid, si j 'ai eu moins froid et moins faim qu'eux alors que j'étais petit, et si ma faculté d'éprouver l'ivresse ou le malheur de vivre ne diffère de la leur que par les circonstances qui me la révèlent tous les jours. O Romantisme que j'aime ! Tu nous avais menti. L'artiste n'est pas né pour dominer les êtres. Il est tellement pareil à eux qu'il n'a pas d'autre fonction que de les consoler.

Comme tout grand artiste, celui-là était mystérieux. Il semble que ce soit leur destin de n'avoir pas l'esprit philosophique et que chacune de leurs phrases pose une fois de plus ou résolve pour ceux qui l'ont, les plus redoutables problèmes de notre étrange destin. Et pourquoi ce pauvre homme contrefait portait-il en lui cette ardeur merveilleuse et pourquoi lui qui passa sa courte vie à épier l'âme végétative d'un vieux paysan, l'éveil d'une petite fille, à prétendre qu'il y a des putains et des bandits qui souffrent d'autre chose que de la faim, à recueillir des larmes que personne ne voit couler, était-il d'une gaieté si jeune ? Pourquoi ce pauvre avait-il des gestes fastueux ? Pourquoi cet amoureux des nuances presque éteintes du drame sentimental mettait-il l'art de Michel-Ange au-dessus de tous les autres ? J'ai cru avant de le connaître, je crois toujours après l'avoir aimé, que sa puissance jaillissait du conflit qui se dressa entre le souvenir d'une enfance martyre, la conscience de sa difformité, la pudeur de sa misère et la passion qui portait son cœur magnifique vers la femme et l'espoir de royauté intellectuelle que la voix de l'orgueil intime sans lequel il n'est pas de haut artiste lui ouvrait. Et je crois aussi que la débauche ne fut chez lui, peut-être sans qu'il s'en rendit compte, qu'une forme de l'inaccessible idéal. Mais au fond, je ne sais pas. Je ne suis pas sûr de l'avoir compris. On ne savais pas, quand on lisait ses livres, s'ils vous donnaient envie de rire ou de pleurer. Il n'avait voulu rien de cela sans doute. Il avait une tendance inépuisable pour les choses, que les plus obscures d'entre elles ont éprouvée, et qui descendait pour les faire tressaillir dans nos coeurs, jusqu'aux plus furtifs soubresauts des vies cachées, des vies secrètes et misérables, des pauvres vies que personne n'aperçoit. Il était mystérieux. Il m'a fait souvent penser à un arbre tordu desséché qui se couvrirait de feuilles et de fleurs tous les étés.

Il n'y avait mercredi soir, sur le cercueil de ce pauvre employé à 200 francs qu'emportait au grand trot à travers la pluie le fourgon funèbre, que des couronnes de perles envoyées par des « collègues ». Il y avait derrière sept ou huit hommes et trois femmes qui pleuraient, une vieille maman qui remerciait humblement ces messieurs et dames d'accompagner son fils. Et je ne sais pourquoi nous avons tous senti la gloire incomparable qu'il y a pour un grand écrivain à s'en aller ainsi d'un monde où les souverains, les ambassadeurs et les ministres ont coutume de suivre dans les fanfares le convoi des comédiens. Nous savions tous que jusqu'au fond de l'avenir et tant que durera notre langue, des hommes de plus en plus nombreux moissonneront sur sa tombe, à pleins bras, les roses, les pampres de vigne, le lierre, les branches de chêne et de laurier qu'on avait oublié de déposer sur son cercueil.

Elie Faure.

Publié dans Les Hommes du Jour : 1er janvier 1910.
(1) Je ne vais pas ici donner une notice sur le grand critique d'art et écrivain, qu'il me suffise de dire que, médecin, il soigna Philippe. C'est lui que Marguerite Audoux appela au chevet de Philippe en décembre 1909. Elie Faure diagnostiqua une typhoïde, qu'il ne réussit pas à guérir, d'autant que quelques jours plus tard une méningite se déclara. Le 21 décembre au soir il voit mourir son ami. C'est Francis Jourdain qui présenta Philippe à Elie Faure en 1907. Sur Elie Faure, voir : Martine Courtois & Jean-Paul Morel : Elie Faure. Librairie Séguier. 1989.
Charles-Louis PHILIPPE par Elie FAURE
Charles-Louis Philippe sur Livrenblog : Lucien Jean sur Bubu-de-Montparnasse extrait de Parmi les hommes. Une lettre de Charles-Louis Philippe à Sébastien Voirol, Charles-Louis Philippe par Jean Viollis. Charles-Louis Philippe Inscrit aux Célébrations nationales. Charles-Louis Philippe par René Ghil.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • STURBELLE, Philippe

    BiographieNé en Belgique, Philippe Sturbelle joue le corbeau dans Le Corbeau et le Renard à l’âge de 7 ans, puis Maître Pathelin dans la farce éponyme à 14 ans. Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • DECLERCK, Philippe

    BiographiePhilippe Declerck est né en 1971. Il a suivie des études d'histoire qui l'ont mené jusqu'au Capes qu'il n'a malheureusement pas obtenu. Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • GOVART, Philippe

    BiographieNé en 1962, Philippe Govart a connu une enfance particulièrement heureuse. Durant son adolescence, il passa le plus clair de son temps plongé dans... Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • Passage, de Philippe Bootz (par Louis-Michel de Vaulchier)

    « Passage », la lecture comme expérience. Vue de l’extérieur : non pas : comment c’est fait, mais : quel effet ça fait. Quel effet ça fait sur celui qui,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • ROBERT, Philippe

    BiographiePhilippe Robert, né le 2 Août 1938, à Fontainebleau, a fait ses études de médecine à Paris, où il est devenu interne puis assistant des hôpitaux. Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • Charles à l'école des dragons - Alex Cousseau & Philippe-Henri Turin

    Charles l'école dragons Alex Cousseau Philippe-Henri Turin

    Comme tous les dragons de son âge, Charles doit apprendre à voler et à cracher du feu. Mais comment faire avec de si grandes ailes, avec de si gros pieds ? C’es... Lire la suite

    Par  Emmyne
    CULTURE, JEUNESSE, LIVRES
  • Petits crimes sous Louis-Philippe, par Jean-Louis Vissière

    Petits crimes sous Louis-Philippe, Jean-Louis Vissière

    Amateurs des grands romans du XIXème siècle, d'Eugène Süe à Victor Hugo en passant par Honoré de Balzac et Edgar Poë, ce petit livre d'érudit est pour vous ! Lire la suite

    Par  Mpbernet
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Bruno Leclercq 1643 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines