Magazine Culture

Boucans, d'Henri Droguet, le dernier Wigwam (par Roger Lahu

Par Florence Trocmé

Le dernier signal de fumée 
pour saluer Jacques Josse « à chaud » après la lecture du « dernier » Wigwam 

Droguet, boucans
 Wigwam c’est une « maison » d’édition(notons que l’étymologie du mot c’est « justement » l'algonquin wikiwam « leur maison ») de poésie. Une « petite » maison d’édition de poésie qui existe depuis 19 ans exactement. Le Grand Sachem Jacques Josse a petit à petit attiré auprès de lui 81 « indiens » et « squaws », une tribu s’était ainsi peu à peu constituée depuis le premier livret paru,Soliflore désordonné de Matthieu Messager jusqu’au dernierqui vient juste de paraître, Boucans de Henri Droguet,« achevé d’imprimer le 10 juin 2010 ».  
Même format inchangé depuis le début, même pagination restreinte (12 à 20 pages), même couverture d’une grande sobriété (seule la couleur a changé au fil des ans pour finir parune magnifique « peau » rouge), même tirage « limité » (200 exemplaires et Jacques ne « retirait » pas un ouvrage épuisé : geste très zen, la flèche avait été tirée nul ne pouvait la retenir), même obligation de découper soigneusement les pages non massicotées (je choisissais toujours pour ce faireun vieux gros couteau de cuisine au manche patiné, faute d’avoir un bowie-knife !). Même extrait manuscrit en 4eme de couv’. Bref, un certain entêtement, une constance, une obstination, une persévérance (j’étale mon vocabulaire), une opiniâtreté (je l’avais sur le bout de la langue celui-là mais il ne venait pas). Envie de dresser le portrait de J. Josse en indien (il en a la longue chevelure raide façon Cochise) en haut d’une montagne auprès d’un grand feu et faisant des signaux de fumée, par tous les temps, imperturbablement, qu’il pleuve vente ou sous le cagnard .  
Pourquoi vient-il de décider de s’arrêter ? Peut être pour ne pas avoir 20 ans … d’édition ? pour en rester à un nombre en –teen, nineteen ! Après 20 ans on a du mal à faire semblant de croire à la victoire possible des indiens contre les tuniques bleues, on sait que ça se termine toujours en «wounded knee » ou en « piste des larmes ».  
Et puis les temps sont lourds, les cieux assez plombés : les subtils signauxde fumée ont grand peine à être aperçus. Sans compter qu’aujourd’hui plus grand personne n’a le nez en l’air pour déchiffrer les messages dans le ciel : les yeux sont fixés sur les écrans et leur pouvoir hypnotique. 
 
D’autres présenteront mieux que moi le « dernier » Wigwam, le magnifique Boucans d’Henri Droguet, je noterai juste que tout à fait involontairement il met un « point final » étonnant à l’aventure éditoriale de Jacques Josse. Les derniers vers du livre et donc les derniers que Jacques aura édités sont ceux-ci, splendidement bluesy et très « indien » : 
 
"toutes les giboulées sont chues
désormais le soir rondement
la lune monte au dessus du laurier
on entend le vent vaguement
dans l'arbre bruissant
comme lui sans mémoire

 
par Roger Lahu  
 
 
note 1 
Geronimo a écrit ces lignes : « Quand j’étais enfant, ma mère m’a enseigné les légendes de notre peuple, elle m’a appris le soleil et le ciel, la lune et les étoiles, les nuages et les orages… » . ) 
 
note 2 :  
Dans le Grand Robert il y a trois citations à l’article « Wigwam »  
Dont celle-ci : 
…« nous nous rompions la poitrine à pousser les hurlements les plus aigus et les plus sauvages pour leur indiquer la direction de notre wigwam, au cas qu'ils n'en pussent apercevoir la flamme.  
Th. Gautier, Voyage en Espagne 
 
note 3 : 
Si la publication des Wigwam se termine, il n’en va pas de même pour la diffusion qui, elle, bien sûr, continue
 
  
Sur Boucans, lire aussi la note de Bruno Fern et découvrir un des textes dans l’anthologie permanente de Poezibao  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Henri Droguet

    Henri Droguet publie boucans, dans la collection Wigwam, dont cette plaquette, la quatre vingt unième, représente le tout dernier titre à paraître. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henri Michaux

    Pour le choix des textes de cette anthologie permanente d’été, Poezibao suivra encore cette semaine (avant une pause de quinze jours), le fil du livre de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Le décès de Roger Munier

    Chantal Guillaume m’apprend à l’instant le décès de Roger Munier, hier, 10 Août. La cérémonie religieuse aura lieu vendredi matin en l’église de Xertigny dans... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Roger Munier

    Les éditions Rehauts publie L’aube, un livre de Roger Munier qui prend une dimension particulière après sa disparition, cet été. Je ne suis pas sans mon corps.... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Henri DELUY

    Henri DELUY

    ..Le pas des sangliers. La barbe des enfants.… La racine des montagnes. Le tendon des..Ours. Le souffle des poissons. La salive… Des oiseaux. Et, par ici, de... Lire la suite

    Par  Antwan
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Entretien avec Roger Bevand

    Roger Bevand, l’auteur de Miserere Nobis, livre dont j’ai récemment parlé sur ce blog, a eu la grande gentillesse de répondre à quelques questions. Lire la suite

    Par  Desheuresoisives
    CULTURE, LIVRES
  • Rencontre avec Roger Gaillard

    Sur le site Envie d’écrire, une interview vidéo de Roger Gaillard.Roger Gaillard est l’ancien Président du Calcre, l’association d’information et de défense... Lire la suite

    Par  Jean-Jacques Nuel
    CULTURE, LIVRES

LES COMMENTAIRES (4)

Par albert
posté le 07 septembre à 13:28
Signaler un abus

Bonjour, J'aimerais joindre l'énigmatique Tali pour discuter son commentaire. Peut-il me chercher sur l'annuaire et prendre contact? Merci. Je suis Henri Droguet. Amicalement

Par albert
posté le 07 septembre à 11:13
Signaler un abus

Bonjour, J'aimerais vraiment pouvoir joindre "TALI" pour discuter son commentaire. Si jamais il lit ceci je voudrais bien qu'il m'explique. Je suis Henri Droguet. Je suis dans l'annuaire. Merci à lui

Par TALI
posté le 15 août à 23:39
Signaler un abus

_H.Droguet reste incontestablement le meilleur des poètes actuellement .Malgré parfois un systematisme de contraction.Qui faute d'un bon lecteur avant publication , peut en être la cause.Le poète ou tout écrivain a besoin d'un lecteur privilégié , connaissant bien l' écriture du poéte et ses ticks parfois mal disposés .Perros était le lecteur privilégié de Butor .Peut être H.Droguet souffre t il de ce manque d'aide dans son travail d' écriture et de cet aide indispensable d' un esprit critique pour aller vers un plus et éviter de la sorte des contractions parfois trop complexes et inutiles .Nuisant à son texte .Mais il est le "Poete " qui se demarque des sous Celan, sous Du Bouchet et autres "sous "poète.Chemin ardu, il faut le reconnaitre. _Il est unique e son écriture est et restera " H.Droguet ".On le verra plus tard.Aucune mode chez lui , du " style " et cela est indefectible.

Par tali
posté le 15 août à 23:22
Signaler un abus

au sujet de " Wigwam " ;Melville en parle de ce mot dans Moby Dick en donnant des indications precise dans les notes se rapportant à ce lot dans la pleiade .Abri des pêcheurs en mer .VOIR LA NOTE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines