Magazine Poésie

Ô pourquoi, conscience qui luis, dois-tu être en arme forgée? (Attila Jozsef)

Par Arbrealettres
Ô pourquoi, conscience qui luis, dois-tu être en arme forgée? (Attila Jozsef)


J’ai entendu le fer pleurer,
j’ai entendu rire la pluie,
j’ai vu se fendre le passé,
tous les faux-semblants qu’on oublie;
sous mes fardeaux lourds, je ne puis
rien entreprendre, sauf aimer -
ô pourquoi, conscience qui luis,
dois-tu être en arme forgée?

(Attila Jozsef)



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine