Magazine Culture

Sort et sortilège, oeuvre magique

Par Choupanenette

Le mot sort a bien des sens ; mais tous éveillent une idée de chance, de hasard, d'anticipation sur la destinée : les Anciens tiraient les sorts ; nos conscrits tiraient au sort. Un sens un peu spécial est donné au mot dans l'expression "jeter un sort". C'est de ce sort et de ceux qui le jettent qu'il est question ici.

Num_riser0022
Le mot sort, dans son acceptation populaire, est synonyme de sortilège. Et le sens primitif du mot sortilège correspondait au pouvoir attribué à certaines gens, de lire dans les destinées. Mais on fut bientôt persuadé que ceux qui connaissaient les secrets du destin possédaient aussi la faculté d'y changer quelque chose, d'influer sur les évènements et l'état des personnes.
Le sortilège ou le sort devint donc l'oeuvre magique par excellence et l'on nomma sorciers les magiciens capable d'opérer dans l'ordre des choses des transformations subites, imprévues, extraordinaires. Le sorcier a la réputation de projeter une force extra-naturelle, et c'est ce que le langage traduit par l'expression jeter un sort.
L'oeuvre magique n'est pas forcément maléfique. Un sorcier peut être occasionnellement bienfaisant, notamment quand il guérit des maladies. Mais comme la tradition veut qu'il tienne ses pouvoirs d'un pacte avec Satan, on peut imaginer que le diable tire bénéfice même du bien qu'il paraît faire. Et plus ordinairement le sorcier se plaît à des oeuvres de haine. Il y est tellement façonné que, même involontairement, il jette de mauvais sorts et sa rencontre seule passe pour porter malheur.
Mesure contre les sorts - Quand nos pères l'approchaient, ils pensaient se garantir de lui en lui faisant les cornes avec l'index et l'auriculaire de la main ; ou bien ils avaient pour préservatif de se cacher les pouces dans leurs poings fermés.
Num_riser0023

Ils disaient qu'il n'était pas bon de marcher sur la jarretière tombée de la jambe d'une sorcière, à moins que l'on n'eût sur soi un fragment de cierge pascal. Ce cierge, ou celui de la Chandeleur, l'eau de la neige tombée à Noël, le rameau de buis bénit servaient à neutraliser les effets des sorts. Ils en cousaient dans la courtepointe des nouveau-nés, faisaient tomber des gouttes de cire bénite sur la corne gauche de leurs bestiaux et leur donnaient à manger du fenouil poussé en terre sainte des cimetières.

Article de 1933 - Voir aussi les "illustrations 1933" dans l'album photo.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Choupanenette 112 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines