Magazine Humeur

Comprendre la logique de la réforme sur les retraites

Publié le 02 juillet 2010 par Cajj

(Repères)

J'avoue que je n'y comprenais pas grand chose. Heureusement, Calvi et C dans l'air sont passés par là, et tout est devenu clair.


Les deux voies
Il est deux façons d'allonger la durée de cotisation (et par là d'augmenter le montant cotisé).
La première est d'augmenter le nombre de trimestres nécessaires.
La seconde est de reculer l'âge de la retraite.

La première est favorable à ceux qui ont commencé à travailler jeune.
La seconde est favorable à ceux qui ont commencé à travailler tard (les ex-étudiants, aujourd'hui cadres, et les ex-jeunes chômeurs qui seront plus nombreux à l'avenir).

Encore aujourd'hui, nombreux sont ceux qui ont 60 ans (ou presque), qui ont commencé à travailler à 16-18 ans et qui ont largement leurs 42 ans de cotisation. La réforme Fillon qui les a autorisé les départs avec 40 ans de cotisation (environ) à moins de 60 ans a été, en fait, très onéreuse. Elle a été un avantage social énorme (mais pas injuste) à ceux qui ont pu en bénéficier. 

La seconde contraint ceux qui ont peu longtemps cotisé et ceux qui ont longtemps cotisé à retarder leurs départs. Les deux catégories cotisent donc davantage.

En résumé, reculer l'âge de la retraite fait faire plus d'économie, toute chose égale par ailleurs.
Une autre solution était non seulement d'allonger la durée de cotisation pour la retraite à taux plein, mais de renforcer sa décote à moins de 40 ans ou plus (la durée fixée) et de surcoter efficacement ceux qui cotiseraient plus longtemps.

Le problème de mise en œuvre
La retraite à 62 ans pourquoi pas, encore faut-il travailler après 55 ans.
Là, deux thèses s'opposent.
La première dit qu'en mettant la retraite à 62 ans, les entreprises recruteront des plus de 50 ans parce que leur départ est retardé.
L'autre thèse dit que tout cela va être un drame, notamment pour ceux qui, parmi les cadres, seront au chômage après 55 ans et dont la réinsertion professionnelle est assez nulle sauf réseau personnel. En effet, au chômage à 57 ans, vous avez (en théorie) 23 mois de chômage et 13 mois au maximum à attendre sans argent une retraite minorée, mais une retraite quand même, autrement dit une source de revenu quand même ; demain à 57 ans vous aurez 23 mois d'indemnités chômages et 1125 jours sans revenu ! ou alors la retraite sera remplacée par un chômage longue durée et les économies de l'Etat s'envoleront.

4 conclusions et une réforme
Fillon a-t-il choisi les cadres contre les ouvriers ? Je crois qu'il a choisi le maximum d'économie dans un pays qui va flirter avec la faillite.

Il a voté contre la rigueur qui eut été d'augmenter les cotisations en diminuant les prestations. Il a maintenu le même taux de cotisation mais reculer le bénéfice dans le temps.

Ceux qui ont peu cotisé pour cause de chômage à répétition, vont connaître des difficultés. Et demain, ils seront toujours plus nombreux. J'ai peur (mais je manque de chiffres) que la retraite soit le grand recul social des cinquante ans qui viennent.

Si je crois cela, je suis persuadé que la gauche au pouvoir n'aura aucune marge de manœuvres. Peut-être sera-t-elle plus à l'aise pour faire passer la baisse des prestations ?

cajj


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cajj 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines