Magazine Rugby

Le grand cirque du Top 14

Publié le 02 juillet 2010 par Pierre Salviac

A force de vouloir un calendrier sur mesure les clubs ont fini par obliger le géomètre de la Ligue à nous pondre un beau sac d’embrouilles.

Rien de changer s’agissant des doublons. Une fois de plus cette année deux journées de Top 14 sont prévues en concurrence avec le Tournoi. Ce qui veut dire que les clubs devront se passer des 23 sélectionnés lors de la 18ème et de la 21ème journée. Dans le calendrier figure Bourgoin que la DNACG a refusé d’engager dans les championnats professionnels. Si le club n’est pas sauvé en appel il faudra revoir la calendrier. A 14 ou à 13 clubs ???

L’augmentation des demandes de délocalisation (pas moins de 20), les travaux dans les stades qui sont des prétextes à demander à jouer les premiers matchs à l’extérieur, et les exigences de Canal+ imposant de grandes affiches à chaque journée aboutissent à un calendrier tellement trafiqué qu’il va innévitablement fausser le championnat. A titre d’exemple : les installations pour nocturne n’étant opérationnelles qu’à compter du 5 septembre en raison de la construction des tribunes d’angle à Michelin le champion de France ne recevra qu’une fois lors des 4 premières journées du championnat. Clermont jouera donc son premier match à Perpignan. Autrement dit on commence par la finale. Ce qui a pour effet de provoquer l’étonnement de Brunel l’entraîneur du l’USAP. Il rappelle que d’habitude lors de la première journée le vainqueur du Brennus est opposé à un nouveau promu.

A sa demande le Racing-Metro jouera ses trois premiers matches à l’extérieur. Bref c’est du grand n’importe quoi puisqu’au bout du compte le Racing et le Stade Français seront en concurrence à Paris lors de 5 journées (4ème, 6ème, 10ème, 16ème, 18ème). Double programmation également pour Biarritz et Bayonne lors des 2ème, 6ème, 16ème et 20ème journée.

Venons en aux délocalisations puisque c’est désormais une mode. Seuls cinq clubs joueront tous leurs matches dans leur stade : Perpignan, La Rochelle, Clermont, Montpellier et Brive. Les autres prévoient l’aller chercher fortune ailleurs. Les bras m’en tombent quand je constate qu’au cours de la 2ème journée Castres jouera son match contre Toulouse à...Béziers.

Voyons dans le détail les projets de délocalisation : Au Stade de France le Racing a prévu de délocaliser 2 matches (Stade Français et Toulouse). Le Stade français a prévu d’en délocaliser 3 : (Toulon, Toulouse et Clermont. Pas le Racing ?). Toulon a retenu le stade vélodrome de Marseille pour 2 matches (Clermont et Toulouse). Peut-être 3 avec le Stade Français qui s’ajouterait à la liste. Bayonne a choisi Anoeta pour accueillir Toulouse. Biarritz y organisera son derby contre Bayonne et le match contre Toulouse. Agen envisage de recevoir Toulouse et Clermont à Bordeaux. Toulouse jouera contre la Stade Français et Clermont au stadium.

Et si j’en crois mon confrère Henri Bru (et pourquoi ne le croirais-je pas ?) Bourgoin, qui est à ce jour hors championnat professionnel, a programmé ses matches contre Toulon et le Racing à Grenoble.

Plus ça va plus le Top 14 se nomadise. Au train où vont les choses les clubs du Top 14 ne seront que des franchises qui planteront leur chapiteau là où il sont supposés attirer le plus de public. En d’autres termes cela s’appelle du cirque.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre Salviac 37 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines