Magazine Séries

(UK) Doctor Who, series 5, episode 13 : The Big Bang (series finale)

Publié le 03 juillet 2010 par Myteleisrich @myteleisrich

"Fezes are cool." (Le Docteur)
dw513a.jpg

Après une première partie de series finale qui avait su générer une forte attente et une grande anticipation, dans lesquelles se mêlaient, pour le téléspectateur, un suspense et une jubilation enthousiasmante, la seule interrogation, à l'amorce de ce dernier épisode de la saison 5, était la suivante : la conclusion allait-elle être à la hauteur des espoirs ainsi ? Pouvait-elle poursuivre dans ce sentiment enivrant teinté de démesure ressenti en découvrant l'alliance formée contre le Docteur ?

La première réaction engendrée par ce series finale aura sans doute été le réflexe, que l'on a tous eu, de relancer une seconde fois l'épisode, immédiatement après que le générique de fin se soit terminé. Parce que s'il y a bien une chose de certaine, c'est que, outre la recrudescence de la consommation d'aspirine suscitée par sa construction narrative, il était difficile de ne pas s'égarer dans les lignes temporelles fluctuantes et autres paradoxes régis par des lois très toujours très relatives.

dw513b.jpg
dw513c.jpg

La résolution de l'intrigue va en effet adopter un format des plus déstabilisants, Steven Moffat nous plongeant sans ménagement dans les tourbillons du Temps. Passé, présent et futur se mélangent tels des concepts d'une relativité vertigineuse, se marquant et s'auto-influençant à travers un enchaînement d'évènements qui voit le Docteur tirer les ficelles, en digne chef d'orchestre. C'est peu dire que ce choix scénaristique génère autant de questions, qu'il n'apporte de réponses. Entre paradoxes temporels, anomalies réelles ou simplement logique incomprise échappant sur le moment au téléspectateur, il est difficile de parvenir à faire s'emboîter rigoureusement tous les détails dont le fil narratif principal regorge. Ce n'est d'ailleurs qu'au cours du second visionnage que j'ai eu l'occasion de m'attarder sur des points plus secondaires de l'intrigue.

Il faut bien avouer que l'épisode démarre sur les chapeaux de roue, nous laissant aussi interdit que notre Rory endeuillé qui pleure sa bien-aimée dans l'Antiquité, même si nul ne sait si la surprise provient de l'apparition du Docteur, ou de l'accoutrement qu'il porte, fèze et balais en tête, assortiment qui m'a fait penser à l'image d'un sorcier fou. Le Tardis a bien explosé. L'Univers s'est effondré sur lui-même, les failles éradiquant toute la création, passée, actuelle et à venir. Les diverses races qui s'étaient alliées pour mettre hors d'état de nuire le Time Lord ne sont plus que des fossiles temporels. Dans un ciel proposant désormais une nuit sans étoile, seule la Terre demeure encore présente, dernière étincelle d'une vie qui n'existe déjà plus. Sa proximité avec le Tardis la situant au coeur de l'explosion, cela lui fait profiter d'un sursis illusoire.

dw513d.jpg
dw513e.jpg

Le retrécissement de l'univers permet au Docteur d'utiliser le gadget de River pour facilement voyager dans le temps, manipulant les évènements afin d'essayer de sauver ce qui peut encore l'être. Une bonne partie de l'épisode va se résumer en une innovante expérience narrative, aussi stimulante qu'étrange pour le téléspectateur. Steven Moffat annihile volontairement tout repère temporel, nous délivrant des bribes d'informations venues de toutes époques, tel un puzzle incomplet qu'il resterait à assembler. Tout en conservant le point de vue de ses compagnons, la ligne temporelle du Docteur se brouille sous nos yeux, tandis qu'il s'efforce de réparer une Création brisée.

Le schéma narratif adopté se révèle être une troublante façon de déconstruire nos certitudes traditionnelles. Cependant, ce recours régulier à un futur Docteur conditionnant les actions de nos héros dans la ligne temporelle que le téléspectateur suit, n'échappe pas à un certain effet de répétition. Certes, les directives sibyllines du Time Lord sont toujours des plus intrigantes, l'annonce de sa mort y compris, mais on a aussi le sentiment qu'au-delà de cette pique d'excitation ressenti par le téléspectateur, les clés de l'histoire nous échappent complètement, donnant comme résultat une résolution qui, paradoxalement, se trouve être à la fois excessivement complexe et d'une étrange simplicité. 

dw513f.jpg
dw513g.jpg

Particulièrement compliqué, tout en conservant une fausse apparence de bricolage rudimentaire, voici les deux qualificatifs qui résumeraient parfaitement l'utilisation des voyages temporels dans The Big Bang. Toute l'intrigue se construit autour d'eux, évacuant finalement avec une aisance presque déconcertante l'emprisonnement dans la Pandorica. Cependant l'intérêt de cette boîte ne va pas se résumer à cette seule fonction ; elle va en effet jouer un rôle clé dans rien moins que la restauration de l'Univers. L'astuce permettant d'inverser les effets de l'explosion du Tardis remet à nouveau au centre de l'épisode une thématique constante de la saison, celle de la mémoire. Les souvenirs ne se perdent jamais complètement, demeurant tels des empreintes indélébiles à partir desquelles tout peut être reconstruit, semblables à une mémoire génétique. Le Docteur se sacrifiera pour permettre cette forme de "reboot" de l'univers, rendu possible grâce à la Pandorica qui a pu conserver l'essence de ce qui constituait l'Univers d'avant l'explosion. La "restauration" du Docteur suivra un schéma similaire. Si le souvenir de son existence-même aura été éradiqué au cours du processus, puisqu'il se trouvait au centre de l'explosion, c'est à nouveau par la mémoire qu'il va pouvoir renaître. Cela sera cependant l'occasion d'offrir quelques scènes d'adieux émouvantes, alors même que le téléspectateur a pleinement conscience qu'un ultime twist aura lieu, tout cela ne pouvant se finir ainsi. Mais les quelques mots qu'Eleven glisse à une Amy enfant, endormie dans sa chambre, prendront un tournant émotionnel vraiment poignant, qui doit beaucoup à la fantastique prestation de Matt Smith.
dw513h.jpg
dw513s.jpg
dw513j.jpg

Si la construction de l'épisode m'a laissée une certaine frustration, le recours aux tourments des paradoxes temporels m'ayant paru un peu excessif dans la première partie, ce sentiment se mêle cependant à l'excitation générée par cette écriture à l'envers, d'un scénario stimulant où tout s'entremêle avec beaucoup de piquants. Certes, cela n'est pas toujours pleinement homogène, mais, au-delà de l'intrigue principale, la grande valeur de The Big Bang réside dans les instants magiques dont il regorge.

Steven Moffat aime accorder un soin particulier aux détails, s'assurer de petites créations ou reconstitutions, à la marge, qui vont marquer un épisode et permettre sa pérennité dans la mémoire collective des fans. De scènes incontournables (comme l'arrivée du Docteur dans un accoutrement ridicule devant un Rory choqué et endueillé) en répliques cultes (telle "Feezes are cool"), d'échanges mémorables (le Docteur, en train de disparaître, à côté du lit d'Amy enfant) en petites informations "mythiques" du plus bel effet (la légende du soldat romain protégeant la Pandorica à travers les siècles), il est nécessaire de souligner à quel point The Big Bang réussit particulièrement bien cet aspect.

dw513k.jpg
dw513l.jpg
dw513m.jpg

En somme, ce series finale résume toutes les forces, mais aussi les quelques faiblesses, d'une saison 5 que j'aurais au final beaucoup appréciée. Le one-man-show offert à Matt Smith aura tenu toutes ses promesses ; il n'y a plus de qualificatifs assez dithyrambiques pour exprimer avec quelle réussite et quelle autorité cet acteur se sera progressivement affirmé au fil de la saison. Magistral de versatilité, riche en nuances et en paradoxes, mêlant légèreté et côté plus sombre, il aura paradoxalement, à terme, fait un peu d'ombre à ses compagnons. Non pas qu'Amy soit un personnage inintéressant, carelle forme un duo détonnant avec le Docteur ; mais dans les derniers épisodes, je ne pouvais m'empêcher d'attendre avec beaucoup d'anticipation les scènes où Eleven, seul, pourrait laisser libre cours à sa nature de Time Lord, sans être canalisé. Aussi jubilatoire qu'attachant, Matt Smith aura été à la hauteur du défi qui lui était posé. Bravo à lui.

Steven Moffat aura quant à lui marqué ses distances avec les codes classiques de Russell T. Davies. Il n'aura accepté l'héritage laissé que sous bénéfice d'inventaire, et aura entrepris la re-écriture de certaines des conventions de la série. Sous son impulsion, Doctor Who s'est rapproché d'une féérie fantastique, où le merveilleux se dispute à une facette sombre qui ne saurait être occultée. La série aura ainsi souvent exploité l'esprit des contes de fées, se plaisant à stimuler l'imaginaire d'un téléspectateur conquis par cette atmosphère magique.

dw513n.jpg
dw513o.jpg

La conclusion de cette saison 5 constitue une nouvelle étape dans la réappropriation de cette mythologie par Steven Moffat. En effet, ce series finale n'est pas une véritable résolution. Il laisse au contraire en suspens plus d'interrogations que de réponses, ouvrant déjà les pistes principales de la sixième saison. Le Docteur a certes empêché la fin de l'Univers, mais il ignore ce qui a pu entraîner le Tardis en 2010 et provoquer son explosion. Il ne sait pas quelle force agit ainsi dans les coulisses de la Création, quelle est cette voix qui appelle au "silence". Le fil rouge de la saison n'est qu'une bataille dans une guerre plus vaste qui reste à conduire. En cela, Steven Moffat rompt avec les habitudes de son prédécesseur : la saison 5 ne constituera pas à un tout. Plus ambitieux, c'est un arc global trans-saisons que le scénariste veut construire.

Et dans cet arc global, un autre personnage appelé à jouer un rôle central sera assurément River Song. Figure entourée de mystères, elle et ses "spoilers" auront une place dans la saison à venir, qui apportera peut-être quelques unes des réponses tant attendues la concernant, à commencer par savoir qui elle est et comment le Docteur et elle se sont rencontrés. Est-elle liée, d'une façon ou d'une autre, au "silence" ?

La saison 5 se conclut donc avec presque autant d'incertitudes en suspens qu'au cours de la saison. Il reste cependant une satisfaction, bouclant symboliquement le voyage initiatique entamé lors du premier épisode : le mariage de Amy et Rory a bien lieu, à la date prévue. Chacun a désormais mûri à travers les évènements de la saison : il marque une entrée dans la vie adulte, mais, signe d'une paix intérieure, d'une maturité nouvelle, il n'entraîne pas une rupture avec l'appel au fantastique émanant de l'univers du Docteur. La réalité et le merveilleux ne sont plus antinomiques, comme ils l'étaient par le passé. Le jeune couple a embrassé ce monde ; leur décision de suivre le Docteur, à la fin de l'épisode, en est l'illustration.   

dw513p.jpg
dw513q.jpg
dw513r.jpg

Bilan : Dans ses forces comme dans ses faiblesses, The Big Bang est un épisode s'inscrivant pleinement dans la lignée de la saison. Étrangement déstabilisant dans sa construction narrative, stimulant dans son enchaînement des évènements, marquant par les petits détails et autres répliques cultes dont il regorge, il porte l'empreinte de Steven Moffat jusque dans sa résolution, en rupture avec le schéma traditionnel des series finale de Doctor Who. Ouvert sur la suite, il poursuit la construction d'une mythologie autour de ce "silence", autour de River Song également. Une mythologie au sein de laquelle l'explosion du Tardis n'est qu'une péripétie parmi d'autres. Ce dernier choix scénaristique ambitieux ne fera sans doute pas l'unanimité, mais je garderai un bon souvenir de cette saison 5, illuminée par un Matt Smith absolument fantastique dont il faut louer et applaudir les performances.

Et dire qu'il va désormais falloir attendre Noël !... Mes semaines téléphagiques à venir vont me sembler bien vide.


NOTE : 9/10


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Myteleisrich 787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines