Magazine Info Locale

Mediapart ses informations sont «légitimes et d'intérêt public»

Publié le 02 juillet 2010 par Cguittard @cguittard

source et suite de l'article : 01 Juillet 2010 Par 

Edwy Plenel www.mediapart.fr

Jeudi après-midi 1er juillet, se tenait au tribunal de Nanterre la première audience du procès de François-Marie Banier, le protégé de Liliane Bettencourt, procès qui oppose la milliardaire à sa fille Françoise. Mais c'est à Paris qu'au même moment, la justice a rendu sa première décision sur le fond de l'affaire Bettencourt, devenue depuis l'affaire Woerth et qui, en vérité, par les faits qu'elle dévoile, est une affaire d'Etat mettant en cause l'actuelle présidence de la République.

Favorable à la liberté de l'information, la décision rendue par le tribunal de Paris affirme en effet que les révélations faites par Mediapart depuis deux semaines relèvent «de la publication d'informations légitimes et intéressant l'intérêt général». En conséquence, vouloir ordonner le retrait des documents tirés des enregistrements clandestins réalisés chez Mme Bettencourt «reviendrait à exercer une censure contraire à l'intérêt public, sauf à ce que soit contesté le sérieux de la reproduction des enregistrements – ce qui n'est pas le cas en l'espèce». C'est pourquoi la justice rejette toutes les demandes formulées contre Mediapart et ses journalistes, Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme.

Mediapart était assigné par Liliane Bettencourt, représentée par Me Georges Kiejman, et par son gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre, représenté par Me Pascal Wilhelm. Tous deux demandaient non seulement le retrait pur et simple des informations déjà publiées, en invoquant une atteinte à l'intimité de la vie privée, mais ils exigeaient de plus qu'il nous soit fait interdiction de publier à l'avenir toute information issue de ces enregistrements qui, aujourd'hui, sont au centre du débat public (lire ici notre billet sur les assignations reçues et là notre compte-rendu de l'audience tenue le 24 juin).

Faisant totalement droit aux arguments en défense de Mediapart, présentés par nos avocats Mes Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman, les ordonnances de référé rendues le 1er juillet 2010 par Dominique Lefebvre-Ligneul, vice-présidente du tribunal de grande instance de Paris, constituent évidemment une belle victoire pour la liberté de l'information (télécharger en format PDF ici celle concernant Liliane Bettencourt et là celle concernant Patrice de Maistre). Mais elles sont aussi un événement sans précédent dans la chronique de l'affaire Bettencourt: pour la première fois, une décision de justice prend acte du sérieux, de la fiabilité et de la gravité des faits dévoilés par notre enquête. C'est ainsi que l'ordonnance détaille précisément ce qu'ils révèlent: intervention du pouvoir politique sur la justice, financements politiques, fraudes fiscales, imbrications d'intérêts privés et publics.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cguittard 1811 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine