Magazine Politique

Le « foot » ou le hockey ?

Publié le 04 juillet 2010 par Jclauded
Le match Argentine- Allemagne du Mondial de football (soccer au Canada), en Afrique du Sud, vient de se terminer. Quel beau match ! Alors que l’Argentine semblait favorite, elle a perdu 4-0. Je suis loin d’être un expert de ce sport mais durant ce match j’ai compris qu’il était historique étant donné le passé commun de ces deux clubs.
Dans ma jeunesse, le soccer ne se pratiquait pas à Montréal. Certes, il y avait un club montréalais encouragé et financé par des promoteurs anglais de la métropole, mais à notre niveau, les jeunes, le ballon rond n’était pas pour nous dans les parcs de la ville de Verdun. C’était le « touch-football (américain) » en automne et le hockey sur glace en hiver.
Mais Pélé a changé bien des choses et les échos de ses exploits sont venus jusqu’à nous, avec comme conséquence que le soccer s’est implanté dans notre milieu, lentement mais sûrement. Aujourd’hui, ce sport est partout. Les villes offrent des terrains extérieurs de soccer et même intérieurs pour l’hiver. C’est fantastique pour nos jeunes car ce sport respecte l’individu, n’est pas violent et exige non seulement de la force physique mais aussi de l’intelligence, de la finesse et de la force de caractère. Il n’y a non seulement des « hockey mom » au Québec, mais aussi maintenant des « soccer mom ». Et même les grands-parents, qui n’ont jamais eu l’occasion de pratiquer ce sport, se dévouent à amener leurs petits-enfants vers les matchs des ligues dans lesquelles ces derniers performent et ils reviennent impressionnés par l’enthousiasme que génère ce sport.

De l’autre côté, il y a le hockey sur glace. Toujours et de loin le sport préféré des Canadiens. Là aussi, il y a des ligues pour tous les âges. Dès 5 ans, les jeunes patinent et jouent dans des ligues organisées. Ils ont les meilleurs équipements. Ils s’améliorent vite et avec le temps, d’année en année, ils progressent dans des ligues de plus en plus fortes et adaptées à leur âge. On leur enseigne le hockey sans contact. Le hockey pur comme le hockey féminin joué aux Olympiades. C’est un hockey rapide qui allie force, endurance et intelligence, très intéressant à regarder.
Mais à 14 ans, au Québec, le hockey enseigné à nos jeunes se transforme et devient le hockey de contact. Dorénavant, il faut jouer dur, brutalement avec comme but de désaxer l’adversaire, de l’affaiblir et si possible de le « mettre sur le carreau », afin de le ralentir, pouvoir le dépasser, lui enlever la rondelle. C’est ainsi que jouent les professionnels et comme l’espoir de tous les parents est de voir leur fils atteindre un jour la Ligne Nationale de Hockey, ils acceptent que leurs enfants apprennent à affaiblir l’adversaire le plus durement possible, sans coups déloyaux. En Ontario, c’est pire, puisque le jeu de contact est enseigné et pratiqué depuis les premières années.
On sacrifie la beauté du hockey à la violence car, dit-on, c’est ce que veulent les amateurs, surtout les Américains. Récemment, le Canadien de Montréal annonça fièrement qu’il venait de mettre sous contrat un « un pan de mur » : un gros joueur capable d’assommer l’adversaire tout en le démolissant physiquement le plus possible et de le battre aux poings, si nécessaire. C'est pas beau, çà ?
Je n’aime pas ce genre d’hockey et cela depuis le premier match de la fameuse série Canada-Russie auquel j’ai eu le privilège d’assister au Forum de Montréal en 1972. Les joueurs professionnels de l’équipe Canada qui pratiquaient le jeu de contact ont été surpris par les joueurs amateurs russes qui eux qui ne le pratiquaient pas et qui contournaient leurs adversaires facilement. Quelle belle partie où les spectateurs ont vu et apprécié la valeur du hockey sans contact ! Je n’oublierai jamais ce match qui, disait-on, démontrerait la supériorité de notre système politique sur le système communiste. La Russie gagna aisément et à la fin du match, les spectateurs étaient debout applaudissant les Russes et huant même leur propre équipe. Les joueurs furent traités de « voyous » par les amateurs et ridiculisés par les medias. Le hockey sans contact venait de faire la preuve de son excellence et de sa beauté. C’en était fait du système capitaliste ! Même si finalement le Canada gagna de justesse la série à Moscou, plusieurs amateurs comme moi venaient de comprendre que le hockey sur glace ne devait pas nécessairement être brutal pour être très intéressant et captivant.
Le Mondial de « football » nous démontre non seulement la popularité planétaire de ce beau sport mais aussi sa beauté. C’est un jeu difficile, dur avec des arbitres sévères. Un joueur qui ose en frapper un autre peut être banni du match et son équipe ne peut le remplacer, comme on a vu la France devoir jouer à 10 contre 11 pour l’Afrique du Sud au moment où elle devait absolument gagner pour assurer sa survie dans le tournoi. Elle a été éliminée.
Pour faire un aparté, j’ai vu des jeunes de 7-10 ans jouer le football américain où il est enseigné et pratiqué dans certaines de nos écoles. Ils apprennent à plaquer l’adversaire et on les oblige à jouer des parties où ils sont encouragés à plaquer le plus durement possible. Quand on connaît toutes les blessures graves que génère ce genre football, je ne comprends pas pourquoi les parents encouragent leurs jeunes enfants à pratiquer ce sport.
Je sais que je rêve en « couleurs » en espérant du hockey sans contact. Peut-être un jour, y aura-t-il une ligue professionnelle masculine de ce genre d’hockey au Canada ? Je l’espère et je parierais qu’elle deviendrait vite populaire.
On a le droit de rêver, non ?
Claude Dupras

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jclauded 603 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine