Magazine Politique

Joyandet et Blanc démissionnés; hôpitaux décapités...

Publié le 04 juillet 2010 par Philippemeoule

Cà y est, la valse a débuté pour les godillots. Quand je vous disais que ça commence à puer au sommet de l'Etat ! Et bien en voilà 2, Joyandet et Blanc, qui passent à la trappe. Dire qu'on va les regretter serait mentir, d'ailleurs, qui les connaissait ? chaussures.jpg

Il se murmure que Rama Yade pourrait faire partie de la charrette. Elle pourra toujours venir échanger avec les blogueurs... je lui conseille juste d'être un peu moins "institutionnelle" ! D'autres suivront, ils seront remplacés par des énarques (de droite comme de gauche-je veux dire socialistes choisis et consentants-), toujours à la botte de Sarkoléon et de sa politique de démantèlement des services publics.

Le JDD de Lagardère devrait être plus prudent : il devient subversif !

Tout le monde, ou presque, a entendu parler de la loi Bachelot et de son volet hospitalier, visant à privatiser la plupart des soins, en tout cas, les plus rentables.

Après avoir secoué le Landernau de l'Elysée-people, voilà que le JDD nous offre à la Une la liste des hôpitaux de province qui ne devraient plus tarder à fermer. Ben oui, quand vous supprimez la chirurgie, les urgences et la maternité, il ne reste plus qu'Alzheimer et les services d'entretien, alors forcément, cela ne fait pas un hôpital, et surtout, cela NOUS oblige à faire plusieurs heures de route pour atteindre la prise en charge liée à notre affection.

Quand le ministère affirme :""les gens ne veulent plus se faire soigner dans les petits hôpitaux", et "les médecins ne veulent pas non plus rester dans ces petits hôpitaux", il ment. A Gisors( 12 000 habitants, pour un bassin de vie de 60 000 personnes), comme dans d'autres villes moyennes, des solutions public-privé ont été imaginées, qui permettent aux médecins de mieux gagner leur vie et à la population de se faire soigner sans risque. Le JDD a raison d'écrire :"Le grand Monopoly hospitalier commence". A lire ici.

Tous les ministres de Sarkozy peuvent démissionner, cela nous est égal. Ce que nous voulons et ce pour quoi nous nous battrons jusqu'au bout, c'est à dire 2012, c'est le départ définitif de Sarkozy et de sa politique au service des multinationales. Evidemment, cela se fera de manière démocratique. Ce qui devrait l'étonner.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Philippemeoule 409 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines