Magazine Politique

Dominique de Villepin et la montée des inorganisés

Publié le 05 juillet 2010 par Exprimeo
Les évènements du dernier week-end apportent des enseignements majeurs dans la nouvelle donne culturelle qui est actuellement en cours de création sur la route de 2012. Ce week-end a apporté 5 faits qui méritent une attention particulière. 1) Les 27 % de participation à la législative partielle de Rambouillet : les partielles se suivent dans la discrétion. Elles ont pourtant deux constantes. D'une part, elles se soldent très souvent par l'échec de l'UMP. Mais d'autre part, elles subissent des records d'abstention. La base ne suit plus. 2) Le report de l'AG des clubs Désirs d'Avenir de Ségolène Royal. Ce report a été décidé au dernier instant (vendredi). Il s'est accompagné d'une organisation partielle destinée à "sauver la face" alors même que des incidents pratiques sont intervenus. C'est le second report de ce type. Le premier avait concerné la date du 19 juin. Là aussi, c'est un constat de démobilisation. Cet incident montre a contrario la performance du Club Villepin qui est parvenu à réunir 6 500 personnes à mi-juin (voir vidéo ci-dessous) quand la démobilisation règne de tous côtés y compris dans le dispositif d'une ex-candidate à la présidentielle qui a incarné encore dernièrement près de 50 % des votes du PS. 3) Les deux démissions de membres du Gouvernement : elles interviennent dans l'indifférence car l'opinion se dit : "et les autres ?". Ce n'est pas une nouvelle étape qui est créée mais le sentiment de la demi-mesure. Il n'est plus question d'insatisfaction mais d'exaspération. Par conséquent, les mesurettes ne suffisent plus. 4) Martine Aubry parle de "République abîmée" : elle vient sur le terrain conceptuel de l'ancien Premier Ministre. Faire de l'actuel climat un enjeu de République c'est partager ou accompagner le diagnostic de Dominique de Villepin puisque la marque même de son parti porte la mention de République. 5) Christine Lagarde parle de "ri-lance" et fait un flop total : qu'en période de pleine crise économique, le diagnostic de celle qui a vocation à incarner la lutte contre la crise ne fasse même plus les ... seconds titres révèle un niveau généralisé de flottement inquiétant. A quoi tiennent pour partie tous ces faits : nous assistons à la montée des inorganisés. Le pouvoir est fâché avec l'opinion parce qu'il lui donne le sentiment de ne s'intéresser qu'aux puissants. L'opposition s'intéresse aux faibles mais elle semble procéder par ségrégation. Elle s'intéresse aux faibles mais pas à tous les faibles. Il faut appartenir à l'un des noyaux durs de ses ancrages sociologiques classiques. Mais les autres, le grand nombre : les inorganisés ? Ce grand nombre observe. Il reste à la traîne. Il s'approche progressivement d'une émancipation d'un état de soumission ou de résignation. Le dossier Bettencourt a été "la goutte de trop", le détonateur. Ce détonateur annonce la montée des inorganisés. Ces catégories s'estiment abandonnées par la politique. Si le Mouvement République Solidaire par sa nouveauté donc par sa fraîcheur parvient à leur passer des messages concrets, la politique pourrait passer à leurs yeux d'"épouvantail" à "héros" car ces catégories savent que la sortie passera par une réponse politique même si cette dernière se fait toujours attendre à leurs yeux. Celui ou celle qui l'exprimera engagera une forme de préemption sur 2012.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Exprimeo 5182 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines