Magazine Société

La Turquie s’éloigne de l’Occident

Publié le 05 juillet 2010 par Laurentarturduplessis

La crise économique mondiale retentit sur la géopolitique. Elle défait certains liens et les remplace par d’autres. Au Moyen Orient, elle détricote le réseau d’alliances installé par Washington au sortir de la Deuxième Guerre mondiale puis de la Guerre froide. La dislocation du système géopolitique américain vient de franchir un seuil : la Turquie, alliée des États-Unis et pilier de l’OTAN au Moyen Orient, claque la porte au nez d’un autre allié des États-Unis : Israël.

Aujourd’hui, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu, la Turquie a menacé I’État hébreu d’une rupture des relations s’il ne s’excusait pas pour son raid du 31 mai dernier contre la flottille d’aide pour Gaza qui avait fait neuf morts turcs. La Turquie, qui a rappelé son ambassadeur, a annoncé avoir fermé son espace aérien à l’aviation militaire israélienne. La mesure pourrait être étendue à l’aviation civile. « Israël ne s’excusera jamais pour avoir défendu ses habitants », a répondu le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Ce dernier avait déjà signifié lui-même, vendredi dernier, le refus israélien de s’excuser.

La Turquie réclamait jusqu’à présent la création d’une commission d’enquête internationale et indépendante pour enquêter sur l’affaire de la flottille. Aujourd’hui, Davutoglu est apparu plus souple au sujet d’une commission créée par Israël pour lancer sa propre enquête : « Si cette commission conclut que le raid était injuste et s’ils s’excusent, cela serait aussi suffisant ». Israël ne peut évidemment pas accepter cela… Autre exigence formulée par le chef de la diplomatie turque : le paiement de compensations pour les familles des neuf victimes de l’assaut. Les Turcs veulent aussi la libération des trois navires turcs saisis pendant l’opération contre la flottille. Et, surtout, la fin du blocus de Gaza.

Cet épisode s’inscrit dans la perspective d’une tension croissante entre Ankara et Tel-Aviv depuis l’opération « Plomb durci » menée par l’armée israélienne à Gaza fin 2008-début 2009 pour neutraliser les tirs de roquettes et de missiles du Hamas. Les imprécations du Premier ministre turc Tayyip Recep Erdogan contre le président israélien Shimon Perez à Davos en janvier 2009 furent un éclatant signe de discorde.

Autre symptôme : les couacs dans la coopération militaire entre la Turquie et Israël. En 1996, tous deux avaient signé un accord militaire – vivement critiqué par la plupart des pays arabes et l’Iran – prévoyant un entraînement de leurs aviations dans leurs espaces aériens respectifs. L’exercice Anatolian Eagle (Aigle d’Anatolie), prévu du 18 au 23 octobre 2009, fut annulé à la suite de la décision de la Turquie d’en exclure Israël qui entraina le retrait – par solidarité – des États-Unis et d’autres pays de l’Otan, tels que l’Italie. Motif avancé par Ankara : l’opinion turque, heurtée par l’expédition militaire menée par Israël dans la bande de Gaza à la fin de l’année précédente, ne comprendrait pas que les deux armées s’entraînent ensemble. Et voilà que la Turquie vient d’exclure Israël des manœuvres aériennes internationales Anatolian Eagle programmées du 7 au 18 juin 2010 dans son ciel avec la participation des États-Unis, des Émirats arabes unis, de l’Italie, de l’Espagne et de l’Otan… Cela confirme la décision annoncée cette semaine par le gouvernement turc d’exclure Israël de trois manœuvres militaires conjointes. Dimanche, les soldats israéliens ont reçu ordre de ne plus se rendre en Turquie, que ce soit en mission ou pour raisons « privées » (la Turquie était l’un des destinations favorites des touristes israéliens ces dernières années.

Cette rupture d’alliance est un coup très dur pour Israël qui considérait jusque-là la Turquie comme un allié stratégique de toute première importance. Le vaste espace aérien turc était précieux pour l’entraînement de son aviation. Ces exercices se déroulaient notamment près des frontières de l’Iran et de la Syrie, voisins les plus hostiles de l’État hébreu. Les pilotes israéliens faisaient des simulations d’attaques contre des systèmes de défense antiaériens comme ceux qui protègent les installations nucléaires iraniennes, ou des exercices de ravitaillement en plein vol pour des missions à longue distance. Les services de renseignement des deux pays s’échangeaient des informations. Israël faisait d’importantes ventes d’armes à la Turquie. La Turquie est un gros partenaire économique d’Israël (tourisme, immobilier…)

La détérioration de ses relations avec la Turquie inquiète Israël au plus haut point. La neutralité bienveillante d’Ankara lui serait plus que jamais utile dans l’épreuve de force engagée avec l’Iran. Les relations avec l’Égypte et la Jordanie, les deux seuls pays arabes entretenant des relations diplomatiques avec l’État hébreu, se sont très nettement refroidies. Les efforts américains pour convaincre des pays du Golfe de faire un geste envers Israël ont été vains. Du côté palestinien, rien de nouveau non plus. Israël se retrouve de plus en plus isolé dans la région.

Associée au bloc atlantique durant la guerre froide par Kemal Atatürk, fondateur de l’État nation turc et défenseur de la laïcité, la Turquie a été alliée à Israël dès la création de cette dernière. Mais, ces dernières années, elle a relégué son alliance stratégique avec Israël au second plan au profit d’un rapprochement avec l’Iran, l’Irak, la Syrie, ou d’autres pays du monde arabe. Et elle a développé son influence dans ses anciennes possessions impériales d’Asie centrale, du Caucase, d’Afrique du Nord et des Balkans : c’est le panturquisme, nourri des réminiscences de l’empire ottoman. Depuis qu’en 2002, l’AKP [le parti de la Justice et du développement, d’obédience islamiste] est arrivé au pouvoir, la Turquie tente de se positionner à l’échelle internationale comme une puissance musulmane. C’est pourquoi elle se détache de l’Occident. L’armée turque, traditionnel rempart de la laïcité, était garante de l’alliance avec Israël et l’Occident. Mais elle a été politiquement neutralisée par l’AKP.

La trajectoire musulmane de la Turquie finira par rompre complètement ses liens avec Israël, ainsi qu’avec l’Occident. Unique puissance musulmane de l’OTAN, elle en sortira tandis qu’Israël y entrera conformément à ses vœux : au cours de ces dix dernières années, Israël et l’OTAN se sont rapprochés. Les forces israéliennes sont de plus en plus associées aux manœuvres de l’OTAN. Les services de renseignement israéliens coopèrent avec ceux de l’OTAN. Fin 2006, Israël a obtenu un « accord de partenariat » avec l’OTAN. Le terrorisme islamiste fait peser une menace commune sur les pays de l’OTAN et Israël, poste avancé de l’Occident en terre d’islam.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • De la femme en Orient... et en Occident

    femme Orient... Occident

    Petite piqûre de rappel. La femme voilée - qui fait tant couler d'encre en Occident, et que l'on associe trop souvent à la « femme musulmane » - suscita, en... Lire la suite

    Par  Delphineminoui1974
    MOYEN ORIENT, RÉGIONS DU MONDE, SOCIÉTÉ, VOYAGES
  • Arménie - Turquie : une difficile normalisation

    Arménie Turquie difficile normalisation

    Coup d'arrêt dans le rapprochement entre les deux voisins au lourd contentieux : la coalition au pouvoir à Erevan a décidé d'interrompre le processus de... Lire la suite

    Par  Jotake
    SOCIÉTÉ
  • Un problème nommé Turquie

    problème nommé Turquie

    Contrairement aux pressions exercées par “les élites” en faveur d’un élargissement de l’UE à la Turquie, deux événements récents viennent de démontrer que ce... Lire la suite

    Par  Hmoreigne
    EUROPE , POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • La Turquie « ne pardonnera jamais » à Israël !

    Turquie pardonnera jamais Israël

    Le président turc a déclaré que le raid militaire d’Israël contre les navires transportant de l’aide humanitaire destinée à la bande de Gaza, a causé... Lire la suite

    Par  Tanjaawi
    SOCIÉTÉ
  • Turquie et Europe

    Le ministre de la défense américain et une partie de l’élite locale semblent penser que l’Europe est la cause des récents malheurs israéliens. Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    SOCIÉTÉ
  • La Turquie est-elle en guerre ?

    Turquie est-elle guerre

    Je suis surpris de la sélectivité des guerres couvertes, "à la une", par les plus grands médias occidentaux. La guerre du Yémen, il y a quelques mois, a été... Lire la suite

    Par  Sd (blog Pour Convaincre)
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • La Turquie relève le défi

    Turquie relève défi

    Recep Tayyip Erdogan a brisé un tabou, celui de na pas qualifier publiquement Israël pour ce qu’il est : un état violent, en dehors du Droit, et bénéficiant... Lire la suite

    Par  Tanjaawi
    SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Laurentarturduplessis 1013 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine