Magazine Auto/moto

Le code de la route et le port du niqab, par Rémy Josseaume et Philippe Yllouz

Publié le 06 juillet 2010 par 40millionsdautomobilistes

Cet article est paru ini­tia­le­ment le 2 juillet sur le site Vil­lage de la Jus­tice — La com­mu­nauté des métiers du droit.

Le code de la route et le port du niqab, par Rémy Josseaume et Philippe Yllouz
Le 13 décembre pro­chain, pour la pre­mière fois, un juge de proxi­mité dira en droit si le port du niqab est ou non com­pa­tible avec la conduite d’un véhi­cule motorisé.

S’il n’est pas rare que l’actualité du droit auto­mo­bile rejoigne les débats socié­taux, peu auraient pensé à l’inverse que ce débat socié­tal se dépla­ce­rait sur le ter­rain du conten­tieux de la sécu­rité routière.

Une conduc­trice por­tant le niqab a été ver­ba­li­sée, rappelons-le, sur le fon­de­ment de l’article R.412–6 du Code de la route.

Il dis­pose que « tout véhi­cule en mou­ve­ment ou tout ensemble de véhi­cules en mou­ve­ment doit avoir un conduc­teur. Celui-ci doit, à tout moment, adop­ter un com­por­te­ment pru­dent et res­pec­tueux envers les autres usa­gers des voies ouvertes à la cir­cu­la­tion. Il doit notam­ment faire preuve d’une pru­dence accrue à l’égard des usa­gers les plus vulnérables ».

D’une manière géné­rale, il « doit se tenir constam­ment en état et en posi­tion d’exécuter com­mo­dé­ment et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent ».

De façon spé­ciale, « ses pos­si­bi­li­tés de mou­ve­ment et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la posi­tion des pas­sa­gers, par les objets trans­por­tés ou par l’apposition d’objets non trans­pa­rents sur les vitres ».

Le fait, pour tout conduc­teur, de contre­ve­nir à ces dis­po­si­tions est puni de l’amende pré­vue pour les contra­ven­tions de la deuxième classe (22 euros).

L’immobilisation du véhi­cule peut être pres­crite en cas d’infraction aux dis­po­si­tions de l’alinéa 2.

Cette dis­po­si­tion d’ordre géné­ral a voca­tion à s’appliquer à tous les com­por­te­ments sus­cep­tibles d’affecter la vigi­lance des conducteurs.

Par sa rédac­tion pour le moins éva­sive, cet article per­met à un agent ver­ba­li­sa­teur de sanc­tion­ner un conduc­teur pour n’importe quel com­por­te­ment qu’il juge­rait incom­pa­tible avec la conduite d’un véhicule.

La juris­pru­dence des tri­bu­naux de police a déjà condamné la tenue en mains et/ou lec­ture d’une carte rou­tière, la consom­ma­tion de den­rées, l’usage d’un lec­teur bala­deur ou MP3, la conduite avec un bras plâ­tré, la conduite d’un deux roues sur la seule roue arrière, etc.).

Récem­ment un auto­mo­bi­liste a été ver­ba­lisé pour avoir fumé au volant de son véhi­cule et un cycliste pour avoir tenu son gui­don d’une seule main en rou­lant au milieu de la chaussée.

Affir­mer que ces ver­ba­li­sa­tions ne sont pas légales au seul motif qu’elles ne sont pas pré­vue par le Code de la route est inopérant.

Pour cause l’article visé n’énumère évi­dem­ment pas une liste de com­por­te­ments (infi­nis) qui pour­rait être sanc­tion­nés sur ce fondement.

La des­crip­tion de tous les types de « com­por­te­ments à risque » serait longue et appor­te­rait, par là même, une indé­niable com­plexité à l’état du droit et des obli­ga­tions s’imposant aux conduc­teurs. Cette liste ris­que­rait d’être constam­ment incom­plète du fait de la variété infi­nie des situa­tions, de l’évolution des com­por­te­ments et du pro­grès tech­nique (voir le sens de la réponse par­le­men­taire A/N du 29 juin 2010, p.7269, ques­tion 73738).

Ce même fon­de­ment est d’autant plus incon­tes­table lorsque l’agent ver­ba­li­sa­teur a constaté une faute conco­mi­tante et consé­quente à l’usage ou à la tenue d’un objet (tra­jec­toire déviante, défaut de cli­gno­tant etc.).

Avant le décret 2003-293 du 31 mars 2003 et l’entrée en vigueur de l’article R.412–6-1 du Code de la route qui inter­dit de façon auto­nome la tenue en mains du télé­phone por­table, son usage était réprimé sur le fon­de­ment de l’article R.412–6 al.2.

La Cour de cas­sa­tion a validé cette inter­pré­ta­tion répres­sive dans un arrêt du 2 octobre 2001 (pour­voi : 01–81099, bull.crim. 2001 n° 196 p. 635) en jugeant que la per­sonne qui, tout en condui­sant un véhi­cule en mou­ve­ment, fait usage d’un appa­reil télé­pho­nique tenu en mains, n’est pas en état d’exécuter com­mo­dé­ment et sans délai les manœuvres qui lui incombent.

Même, il va sans dire, s’il n’a pas com­mis de faute par­ti­cu­lière de conduite.

Plus récem­ment, le Code de la route a incri­miné le fait de pla­cer dans le champ de vision du conduc­teur d’un véhi­cule en cir­cu­la­tion un appa­reil en fonc­tion­ne­ment doté d’un écran et ne consti­tuant pas une aide à la conduite ou à la navi­ga­tion (art. R412-6–2).

Pour trou­ver à s’appliquer et ren­trer en voie de condam­na­tion, la juri­dic­tion doit consta­ter que l’obligation de se tenir constam­ment en posi­tion d’exécuter com­mo­dé­ment et sans délai toutes les manœuvres néces­saires ne s’applique qu’au conduc­teur d’un véhi­cule en cir­cu­la­tion (Cass.crim., 13 mars 2007, pour­voi 06–88537, Bull. crim. 2007 n° 77 p. 387).

Rame­nées au port du niqab au volant, deux ques­tions peuvent ainsi être discutées :

  1. La conduite avec un niqab peut-elle être répri­mée si les agents ver­ba­li­sa­teurs esti­maient que son champ de vision était altéré ? En l’état actuel du droit, cette ver­ba­li­sa­tion sur ce seul fon­de­ment n’a pas de fon­de­ment légal puisque que le Code de la route limite expres­sé­ment et spé­cia­le­ment cette exi­gence de visi­bi­lité « par le nombre ou la posi­tion des pas­sa­gers, par les objets trans­por­tés ou par l’apposition d’objets non trans­pa­rents sur les vitres ». La pour­suite ne s’applique qu’aux acces­soires du véhi­cule ou à rai­son du trans­port de ses passagers.
  2. La conduite avec un niqab ne permet-elle pas à l’automobiliste d’exécuter toutes les manœuvres qui incombent aux conduc­teurs ? L’agent ver­ba­li­sa­teur a pu sur cette inter­pré­ta­tion plus géné­rale esti­mer que la ges­tuelle du conduc­teur était néces­sai­re­ment ralen­tie et alté­rée par la tenue en cause et/ou que l’appréciation et l’écoute de l’environnement exté­rieur de cir­cu­la­tion ne pou­vait être suf­fi­sam­ment appré­cié et anti­cipé en rai­son de la tenue. Enfin notons que si la conduc­trice n’avait pas été inter­pel­lée in situ, l’autorité de pour­suite n’aurait pu action­ner les dis­po­si­tions de l’article L.121–3 du Code de la route qui pré­voit une pré­somp­tion de res­pon­sa­bi­lité pécu­niaire du titu­laire du cer­ti­fi­cat d’immatriculation. La Cour de cas­sa­tion cen­sure une telle pré­somp­tion de res­pon­sa­bi­lité pénale en dehors du cadre des infrac­tions limi­ta­ti­ve­ment visées par les dis­po­si­tions de l’article L.121–3 du Code de la route (Cass.crim., 28 sep­tembre 2005, pour­voi 05–80347, Bull.crim. 2005 n° 242, p.857). Le retrait de point en pareille situa­tion est dépourvu de fon­de­ment légal (CAA Bor­deaux, 10 juin 2008, affaire 07BX00245).

Rémy Jos­seaume, doc­teur en droit pénal et Phi­lippe Yllouz, avo­cat à la Cour, tous deux membres de la Com­mis­sion juri­dique de « 40 Mil­lions d’Automobilistes »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • L'enquête (Philippe Claudel)

    L'enquête (Philippe Claudel)

    Le livre commence par "pour les prochains, afin qu'ils ne soient pas les suivants". Entre le procès de Kafka et Alice au pays des merveilles, le dernier de... Lire la suite

    Par  Alexandra
    CONSO, CULTURE, LIVRES
  • Philippe Séguin a disparu

    Philippe Séguin, premier président de la Cour des comptes, ancien ministre des Affaires sociales et de l'Emploi de Jacques Chirac a succombé à une crise... Lire la suite

    Par  Flash-News
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Philippe Séguin

    Philippe Séguin

    s’est éteint à un âge où certain sont au sommet de leur carrière politique. Né en Tunisie, il s’est taillé un certain succès en prenant des positions décalées... Lire la suite

    Par  Allo C'Est Fini
    A CLASSER
  • Philippe Séguin

    Je n‘ai pas eu la chance de le connaitre, mais il semblait dégager de la bonté et de la gentillesse.  Aux antipodes de ce que l’on pouvait dire de lui à propos... Lire la suite

    Par  Xavier1
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Philippe Séguin,l’homme libre

    Philippe Séguin,l’homme libre

    Pour lui pas de compromis,                 Pour lui pas de trahison,                 Pour lui l'honnêteté intellectuelle,                 Pour lui pas de... Lire la suite

    Par  Peanloic
    POÉSIE, TALENTS
  • Troyes, ses neuf églises... St Rémy

    De l'extérieur, trois particularités de l'église St Rémy (XIVème-XVIème) attirent le regard. Tout d'abord, le portique de bois qui encadre l'entrée principale... Lire la suite

    Par  Lesbottieres
    EN FRANCE , VOYAGES, A CLASSER
  • Transferts, rumeurs : Rennes sur Rémy ?

    Transferts, rumeurs Rennes Rémy

    Selon le quotidien Ouest-France du jour, le Stade Rennais s'interesserait au niçois, Loïc Rémy, pour compenser l'éventuel départ de l'attaquant guinéen, Ismaël... Lire la suite

    Par  Sr35
    FOOTBALL, SPORT

A propos de l’auteur


40millionsdautomobilistes 197 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines