Magazine Culture

Être gentil, un bon calcul

Publié le 30 juin 2010 par Thierry Gil @daubagnealalune
Rêvons un peu. A la disparition de l’adage « trop bon, trop con » dans notre société ultra compétitive, à une vie plus généreuse, à un monde plus gentil. Ce rêve n’est pas le résultat prolongé aux Bisounours ou aux émissions de Michel Drucker, mais celui d’études scientifiques très sérieuses. La notion de gentillesse devenue ringarde dans un monde sans foi ni loi est remis au goût du jour. Selon le cancérologue suédois Stefan Einhorn*, le désir de bien faire et sa mise en pratique ne sont ni un signe de faiblesse ni une marque de stupidité. C’est même l’inverse : une preuve d’intelligence. Est bon celui qui est naturellement bien disposé vis-à-vis d’autrui, ou qui a compris tout l’intérêt qu’il pourrait tirer à l’être.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thierry Gil 4963 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte