Magazine Culture

Passé sous silence

Par Apollinee

"L'oubli est la grande vérité de l'Histoire: sa trappe la plus cruelle"

Passé sous silence

"Par les diableries d'un souverain outragé, par sa machination judiciaire (...), un homme est mort qui faisait honneur à son pays."

Telle est la trame de ce roman énigmatique qui, sous la facture d'une épopée, d'hommes et de lieux masqués, trace les prémisses et le dénouement tragique de l'Opération Charlotte Corday.

Héros de la Guerre, visionnaire hors pair, Jean de Grandberger s'est retiré  de la scène politique, attendant aux côtés de sa chère Charlotte (-Yvonne) d'être appelé à reprendre les rênes du Vieux Pays.

Face à lui, Paul Donadieu, jeune officier et admirateur de la première heure du grand homme, verra  le héros du "Je vous ai compris", renoncer à leurs communes convictions en matière d'indépendance de la Terre du Sud.

"Car Jean de Grandberger restait discret. il ne pensait pas comme on croyait, mais se gardait bien de détromper ceux qui s'illusionnaient. De ses nouvelles idées, le général n'écrivait rien . Le secret était une manie qu'il avair porté au rang de décision politique."

 "Déchirement", "Malentendu,"Conjuration" et "Simulacre", structurent le parcours de Paul Donadieu, qui le verront fomenter un attentat raté contre le Chef d'Etat et endurer le simulacre d'un procès dont l'issue est écrite d'avance: la peine de mort.

Tout déconcertant, (et ardu)  soit le procédé de déguisement des protagonistes -le lecteur n'a de soulagement que de saisir la réalité évoquée - il faut  admettre que l'auteur donne  ainsi du relief à ses personnages, sondant leurs âmes et leurs motivations avec une force d'introspection qu'elle n'aurait pu se permettre en désignant leur vraie identité. La figure mythique d'un certain grand Général s'en voit passablement écornée. Cela aussi, il fallait l'oser... :"...le parjure, la trahison du vieux général étaient manifestes."

Réhabilitation d'un personnage sommairement expédié par l'Histoire, Passé sous silence renoue avec le registre de L'élégance des veuves et  d'un Grâce et dénuement, et une écriture "impressive", en spirale, faite de touches juxtaposées, sans cesse réajustées.

Un livre qui fera couler de l'encre là où l'Histoire a répandu trop de sang.

Apolline Elter

 Passé sous silence, Alice Ferney, roman, Actes Sud, août2010, 204 pp, 18 €


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Apollinee 3456 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines