Magazine Humanitaire

RDC : Mission d’évaluation des besoins humanitaires dans le Territoire de Lubero, Province du Nord Kivu.

Publié le 05 novembre 2007 par Thierry Mauricet

La Province du Nord Kivu compte à elle seule aujourd’hui, près de 700.000 déplacés parmi lesquels 350.000 personnes déplacées depuis le mois de décembre 2006, dont près de la moitié au cours du mois d’octobre 2007. La persistance des conflits et la tension dans la région continuent à pousser les populations aux déplacements. Chaque jour, des déplacés arrivent dans les sites ou des familles d’accueil. D’après OCHA (United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs), plus de 35.000 personnes sont contraintes au déplacement chaque semaine. Ainsi, au cours du mois d’octobre, 143.000 personnes ont dû fuir leur village. Toujours selon OCHA, en mars 2007, le Territoire de Lubero abritait 37 % des déplacés que comptait la Province du Nord Kivu. Il s’agissait alors principalement d’anciens cas liés aux crises de 2005 - 2006. La reprise des combats au Sud Lubero et dans le territoire voisin du Rutshuru, aurait provoqué le déplacement de 38.365 nouvelles personnes entre mars et juin 2007 dans le seul territoire de Lubero.

Mission_explo_nord_kivu_carte

Compte tenu de son expérience dans l’appui aux déplacés et retournés depuis 2002 dans plusieurs provinces de RDC (Equateur, Orientale et Katanga) et malgré la réduction de l’accès humanitaire, Première Urgence a décidé de mener, à partir du mois d’octobre 2007, une mission d’évaluation de la situation humanitaire dans la Province du Nord Kivu et plus particulièrement dans deux zones voisines : celle de Kayna au sud du territoire de Lubero et celle de Birambizo au nord-ouest du Territoire de Rutshuru.

Suite aux constats dressés par notre équipe lors de sa mission dans la zone de Kayna du 20 au 27 octobre 2007 auprès des populations déplacées (la mission d’évaluation sur Birambizo étant programmée pour la première quinzaine de novembre), Première Urgence envisage d’apporter une assistance individuelle à environ 30.000 personnes déplacées (désignés comme «récents déplacés / nouveaux cas ») par la distribution de vivres et d’intrants agricoles à partir de la fin de l’année 2007.

En effet, malgré une assistance en vivres du PAM (Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies) dans certains villages en faveur des déplacés arrivés au premier semestre 2007, les déplacés n’ont accès aux vivres que par le travail journalier dans les champs des autochtones ou, pour une minorité d’entre eux, par la pratique de l’agriculture. Le revenu d’un travailleur journalier n’est malheureusement pas suffisant pour couvrir les besoins quotidiens de son ménage.

Si la situation sécuritaire le permet (ce qui n’est évidemment pas le cas aujourd’hui), Première Urgence pourrait, dans un second temps, améliorer les conditions d’accueil dans les zones de retour (réhabilitation des routes de desserte agricole, construction de petits ponts, aménagement de puits et de sources, relance agricole, réintroduction de petit élevage et réhabilitation d’infrastructures de base).

Pour en savoir plus sur nos programmes en République Démocratique du Congo.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thierry Mauricet 8 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog