Magazine Bons plans

La Trieste de Claudio Magris à Barcelone

Publié le 03 juin 2011 par Cardigan

À la frontière même avec la Slovénie, dans le nord de l’Italie, aux bords de la mer Adriatique, se trouve la belle et inquiétante ville de Trieste. Il s’agit d’une vieille ville d’origine illyrienne qui fleurissait de façon trop sensible lors de la colonisation romaine, qui suite à la chute de l’Empire en Occident, devint un succulent objet de désir autant pour les byzantins que pour les francs, qui essayèrent sans succès de l’inclure pour toujours dans leurs domaines avant qu’elle tombe dans les mains vénitiennes au 13ème siècle. Et finalement, en 1382, elle fut soumise par l’Empire Austro-hongrois et ce jusqu’à la fin de la Première Guerre Mondiale.

trieste claudio magris

Particulièrement depuis 1719 sa position dans fut loin d’être insignifiante, car à cette date Trieste devint port franc et c’était l’unique accès à la mer adriatique, ce qui ce traduisit en d’abondants investissements autant au niveau industriel comme au niveau commercial qui accentuèrent sont extraordinaire nature multiculturelle et cosmopolite. Qui à influencé décisivement des écrivains comme Stendhaln Rilke (le titre de ses célèbre élégies fait référence au château de Duino à Trieste), Italo Svevo, James Joyce (qui vécu dans cette ville depuis 1905 après le début de la Grande Guerre et qui y écrivit une bonne partie de son œuvre, dont le Portrait de l’artiste adolescent et Grandes sessions d’Ulysse) ou Claudio Magris.

On peut dire que son climat est doux et ensoleillé, sauf quand il y a des tempêtes de vent, un vent qui vient des Alpes juliennes et qui peut atteindre les 190 kilomètres par heure. Quand cela arrive, les habitants de Trieste savent qu’ils doivent mettre des cordes dans les rues pour éviter que les gens ne s’envolent.

C’est justement une insinuation à ces tempêtes et à ses effets sur la mer déchainée ce qui nous accueil quand nous entrons dans la magnifique exposition, organisée par le directeur du Théâtre Trentino d’origine hongroise Giorgio Pressburger et réalisée pas la designer milanaise Paola Navone, La Trieste de Magris, qui peut être visitée au Centre de Culture Contemporaine de Barcelone jusqu’au 17 juillet prochain. Ce qui différencie cette exposition des autres réalisées par le centre dans le cadre de la série Les villes et leurs écrivains (à savoir, Borges et Buenos Aires, Kafka et Prague, Joyce et Dublin, Pessoa et Lisbonne) c’est que c’est la première d’entre elles dont l’écrivain est toujours vivant et (d’après ses propre mots : Les villes sont mères et filles des écrivains) qui a dû, bien qu’il ait voulut rester au second plan, reconstruire l’environnement géographique de sa propre ville.

Pour présenter l’exposition Magris déclara : “nous sommes essentiellement comme l’eau et nous nous remplissons des paysages et le paysage fait aussi partie de l’histoire. Les villes sont un peu plus qu’un simple paysage urbain ou une nature, elles sont les visages des personnes, leurs histoires et souvenirs”. Et c’est justement de refléter toutes ces facettes de la ville de Trieste ce que fait avec succès cette exposition.

Pour plus de détails visitez le site web :http://www.cccb.org/es/exposicio-la_trieste_de_magris-35377



Paul Oilzum Only-apartments AuthorPaul Oilzum


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Claudio Magris

    Né à Trieste en 1939, Claudio Magris est une figure incontournable de la littérature italienne actuelle - essayiste, romancier, journaliste, spécialiste des... Lire la suite

    Le 09 septembre 2012 par   Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • Morceaux choisis - Claudio Magris

    Il y a des gens qui se vantent d'avoir beaucoup aimé et d'autres qui s'accusent d'être incapables d'aimer. L'une et l'autre de ces déclarations, même si elles... Lire la suite

    Le 04 août 2012 par   Claude_amstutz
    CULTURE, LIVRES
  • Claudio Magris flâneur profond

    Digressions d’un égoïste progressiste Entretien avec René Zahnd Lorsqu’on le rencontre, le récipiendaire 2009 du Prix européen de l’essai Charles Veillon... Lire la suite

    Le 30 mai 2010 par   Jlk
    NOUVELLES, TALENTS
  • Cédric Klapisch nous entraîne dans son casse-tête chinois

    C’est aujourd’hui que le nouveau film de Cédric Klapisch (Un air de famille, Chacun cherche son chat), Casse-tête chinois, sort en salle.... Lire la suite

    Le 04 décembre 2013 par   Urbangirl
    CINÉMA, CULTURE
  • Café de l’Europe : dans les pas de Nicolas Bouvier

    Lors du Café de l’Europe de Royat qui fait partie du projet SOURCE, il a été décidé de consacrer une table-ronde à la littérature de voyage. L’intérêt du sujet... Lire la suite

    Le 04 décembre 2013 par   Memoiredeurope
    CULTURE, HISTOIRE, LIVRES
  • Dominic Miller, Acte 1

    Il y a quelques jours, j'ai eu la chance d'interviewer Dominic Miller dans le sud de la France où il réside avec les siens. Ce guitariste de renom a six... Lire la suite

    Le 07 décembre 2009 par   Irigoyen
    CULTURE
  • La Tour d’Argent livre sa cave aux enchères

    Les Fastes de Bacchus et de Comus, tel était le titre qu’avait choisi le passionnant et très érudit libraire et écrivain Gérard Oberlé pour son fort volume,... Lire la suite

    Le 05 décembre 2009 par   Savatier
    CULTURE

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Cardigan 304 votes Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte