Magazine

Un message de résistance dont nous devrions tous nous emparer ou adapter à nos orgas …

Publié le 22 juin 2011 par Jean-Robert Bos

Vers un été européen ?
Après le printemps arabe, la presse nous promet un été européen. Les jeunes espagnols ont ouvert le bal en descendant par centaines de milliers dans les rues pour protester contre le plan d’austérité imposé par le gouvernement, écrasé sous le poids de sa dette. En France, le week-end du 28-29 mai, quelques milliers de jeunes Français se sont eux aussi rassemblés sur la place de la Bastille sans y avoir été invités par aucun syndicat, mouvement, ou autre parti politique et se retrouveront à nouveau le 19 juin.
Leur message était simple : la démocratie ne fonctionne plus. Des mesures sont prises par les gouvernements sans que la population puisse exprimer son désaccord. Etaient particulièrement visés la réduction, le démantèlement ou la privatisation des services publics. Mais nous pourrions tout aussi bien parler de la poursuite du programme nucléaire, des projets d’exploitation des gaz de schiste, de l’introduction d’OGM, des mesures favorisant la délocalisation de l’économie et de ses emplois…

Comment pouvons-nous aujourd’hui reprendre un tant soit peu de pouvoir sur des systèmes qui nous entrainent mécaniquement vers l’abîme, le plus souvent contre notre volonté ? Au delà de l’indifférence, de la résignation, de la révolte stérile, que pouvons-nous faire ?
Résister et construire. Systématiquement refuser de collaborer à des projets qui vont contre nos valeurs, nous rassembler, donner de la voix, descendre dans les rues lorsque cela est nécessaire. Et, parallèlement, construire l’avenir. Reprendre en main la politique dans notre vie de tous les jours. Faire nos choix en conscience, dans l’intention d’orienter la société. Ce que nous achetons, ce que nous mangeons, les activités que nous pratiquons, personnellement et professionnellement. Nous réunir, nous organiser et commencer à transformer les lieux où nous habitons.
Yallah colibris !
Cyril Dion
Directeur du mouvement Colibris
le réseau des Colibris

Résister et construire vous pouvez le faire en rejoignant les assos, les comités, les coopérateurs, les sentinelles et même les partis politiques car si vous voulez le changement il faut le faire en exprimant vos attentes, vous colères, vos idées …

Jean-Robert Bos

Coopérateur de l’écologie politique


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean-Robert Bos 885 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte