Magazine Journal intime

Deux Pi lo Chun à savourer et comme une exigence personnelle

Par Vanessav
Au départ ce n'est qu'un thé. Qu'une boisson accompagnant une autre occupation.
Mais voilà, cela ne me suffit pas.
Au départ, c'est une troisième infusion de Pi Lo Chun impérial, bue distraitement en se concentrant sur une autre chose. Un livre... quelle surprise!?!
Au départ, il s'agit d'une relecture parce que j'ai pris goût à ces lignes ouvertes, un peu plus lues que d'autres, un peu plus examinées pour que le billet qui en découlera ne soit pas vide de sens.
Deux Pi lo Chun à savourer et comme une exigence personnelleEt voilà une force et une faiblesse cumulées: j'exige de ne pas me contenter d'un minimum, j'exige de produire quelque chose pour être présente, ancrée, et la réflexion (et l'aboutissement par écrit) en est une mesure.
En ouvrant un blog aux billets littéraires je n'avais qu'une envie, établir ainsi un carnet de bord des lectures. Oui mais c'était insatisfaisant. Toute lecture n'a pas besoin d'une empreinte écrite, la lecture est aussi un acte de détente et pas seulement de réflexion et parce que le fait de marquer l'avoir lu n'est pas une fin en soit: à chaque billet j'ai envie d'y mettre de moi. Pas tant une déclaration de mon monde intime, quoique il est transparent à certains lecteurs (et amis) mais identifier ce qui a touché ma sensibilité.
L'engagement d'un écrit après lecture, fait auprès d'une maison d'édition ou pour mettre en avant la qualité d'un livre extrait de notre bibliothèque, est une difficulté surtout quand l'avis se doit d'être publié dans un délai précis. Je souhaite un billet un tant soit peu construit. Alors même si en plus de faire de l'objet un véritable hérisson de post-it, je reprend le livre en diagonal (au moins). Alors oui, je relis le très bon "Touriste" de Julien BLANC-GRAS pour en parler ailleurs.
Mais voilà, il suffit que mes écrits ne soient pas aussi pertinents que mon ressenti de lecture et la boisson, accompagnante, devient mon sujet de concentration... un exutoire. Allez zou, feuilles infusées et toutes ouvertes de côté, j'ai envie de faire une distinction sensorielle de deux Pi Lo Chun (un impérial et un Bi Lo Chun plus modeste). Deux zhongs, la contenance n'est pas identique mais je mesure ma quantité de thé et l'eau que j'y ajoute.
Deux Pi lo Chun à savourer et comme une exigence personnelleLes feuilles ne sont pas de la même qualité. Torsadées les unes et les autres, le Pi lo Chun impérial offre une épaisseur (ou moelleux), une grandeur des feuilles et un duvet très très remarquable. Me suis-je déjà trop précipitée en ne choisissant pas pile le même thé avec juste une différence (d'année de récolte, de saison ou de revendeur par exemple)?
Allez, 70°C et deux brassages de couvercle en miroir et je verse la liqueur. Cette fois-ci au moins je ne brule pas les feuilles. L'amertume n'est pas là.
Deux Pi lo Chun à savourer et comme une exigence personnelleJ'ai commencé chaque dégustation en buvant une gorgée du Bi Lo Chun plus modeste. Et oui, c'est mieux. Il est bon, frais et végétal. Mais le Pi Lo Chun impérial le surpasse tout de suite: une ampleur en bouche, une complexité aromatique et une sensation de plénitude (voir même d'entêtement) nette.
J'avais souhaité aussi faire mon palais, mon nez et mes papilles à une "famille" de thé, au sens le plus restreint: reconnaitre dans l'un et l'autre un Pi Lo Chun. Et là je constate que oui, il y a ressemblance mais je serais incapable d'en dire plus.
Le chemin de thé est long, très progressif. Là aussi je sens une certaine mise à mal de ma manière d'être. Je ne peux pas être dans la pertinence ou la qualité de mes élucubrations tout le temps... il me faut patienter, me contenter d'un pas après l'autre. Me satisfaire de ne pas produire de la qualité mais de persévérer. Est-ce une manière d'être compétitive à ma façon? Hum, j'en reparlerais parce que le thème est sujet à de nombreuses controverses et débats agités à la maison.
Une chose est sûr cependant: la liqueur quotidienne se veut de plus en plus fine, de meilleure qualité. Je n'ai pas l’immersion totale, il me faut la créer, pratiquer. Même si je ne distingue pas encore toute la valeur d'un très grand jardin et sa riche complexité, mon palais reconnait qu'il y a matière... matière à déguster, matière à sensation, matière à réfléchir, matière à s'apaiser aussi.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Deux époques

    J’ai connu Paris avec ses artisans, ses bougnats où on allait chercher du charbon et des fagots de bois, ses camelots, les marchands des quatre saisons du... Lire la suite

    Par  Celiset
    HUMEUR, JOURNAL INTIME, NOUVELLES, TALENTS
  • Deux poèmes.

    1. Nuit de glace le cliquetis des étoiles. 2. Le silence est doux et léger comme une neige, il chute, il forme des capitons de coton, il molletonne l’espace et... Lire la suite

    Par  Ananda
    PHOTOS, POÉSIE, TALENTS
  • Deux femmes, deux livres

    Deux femmes, deux livres

    J'ai lu il y a déjà quelques semaines le Manuel de Guerilla à l'Usage des Femmes, écrit par Sylvie Brunel, l'ex-Madame Eric Besson. J'aimerais écrire, Sylvie... Lire la suite

    Par  Antoine Dubuquoy
    A CLASSER
  • Collier/ Sautoir "Candy gun"Prix: 28 eurosComposé d'un pi...

    Collier/ Sautoir "Candy gun"Prix: eurosComposé d'un pi...

    Collier/ Sautoir "Candy gun"Prix: 28 eurosComposé d'un pistolet en résine rose, moulé dans notre atelier, orné de paillettes dorées. Le rose du pistolet est en... Lire la suite

    Par  Lvap
    MODE FEMME, STYLISME, TALENTS
  • Deux films...

    Deux films...

    Suite et fin de cette semaine Télérama. Billet express pour ceux qui voudraient profiter d'une séance ce soir ou demain.Alors j'ai vu Tournée, film hautement... Lire la suite

    Par  Pralinerie
    CULTURE, A CLASSER
  • Deux couloirs

    Deux couloirs

    2 couloirs, l'un dans une tour HLM du quartier des Moulins Liot à Fontenay-le-Comte, l'autre dans la grande Arche de la Défense, paroie sud, au Ministère de... Lire la suite

    Par  Villefluctuante
    PHOTOS, TALENTS
  • Deux réflexions.

    Un jour, l’Homme prit pleinement conscience du poids de la mort. D’abord, il vit ses proches trépasser ; ces derniers lui manquèrent. Il eut, pour commencer,... Lire la suite

    Par  Ananda
    PHOTOS, POÉSIE, TALENTS

A propos de l’auteur


Vanessav 1186 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog