Magazine Santé

DON d’ORGANES: C’est la Journée nationale de réflexion – Agence de la Biomédecine

Publié le 22 juin 2011 par Santelog @santelog

DON d’ORGANES: C’est la Journée nationale de réflexion – Agence de la BiomédecineLa 11ème Journée nationale de réflexion sur le don d'organes et la greffe du 22 juin rappelle à nouveau que le don d'organes permet de sauver des vies. Mais que “pour sauver des vies, il faut l'avoir dit”. Il s'agit donc d'interpeller les personnes favorables au don d'organes après la mort, quel que soit leur âge, pour sauver des vies. Car chaque année, seul un receveur en attente sur 3 pourra bénéficier d'une greffe.


DON d’ORGANES: C’est la Journée nationale de réflexion – Agence de la Biomédecine
Sauver des vies: De plus en plus de personnes attendent une greffe, faute de greffons disponibles. Depuis 2000, les prélèvements et greffes d'organes en France ont progressé de presque 50 %. En 2010, l'activité a augmenté pour la greffe pulmonaire (5,6%), hépatique (+4,3 %) et rénale (+2,5 %) restant stable pour la greffe cardiaque.


Mais le nombre de malades ayant besoin d'une greffe augmente: il s'élevait en 2010 à plus de 15.600, soit + 8,5 % vs 2009. Mais en 2010, seules 4.708 greffes ont pu être réalisées et 3.170 donneurs recensés. L'âge moyen des donneurs augmente (53 ans en 2010) tout comme l'âge des receveurs. Mais si les jeunes doivent aussi se mobiliser, l'Agence de la Biomédecine rappelle que si un coeur est rarement prélevé après 60 ans, les reins ou le foie peuvent l'être sur des personnes beaucoup plus âgées. Le prélèvement d'organes sur personnes décédées peut être par ailleurs envisagé même si celles-ci étaient sous traitement médical ou avaient des antécédents médicaux. Enfin, il n'y a pas d'âge pour réfléchir au don d'organes et pour faire connaître sa décision.


 


Pourquoi faut-il le dire? L'Agence de la Biomédecine rappelle que:


·   C'est un moyen légal de signifier son choix sur le don d'organes, car en France, la loi considère que tout le monde est donneur, cependant chacun est libre de refuser ou non le don d'organes après le décès, à des fins de greffes. La présence éventuelle d'une carte de donneur dans les affaires personnelles du défunt peut aider à engager le dialogue avec la famille. Mais la carte n'a aucune valeur légale.


·   C'est s'assurer que notre volonté sera respectée et épargner à nos proches le risque d'une situation difficile, dans le cas où le défunt ne s'est pas préalablement exprimé,


·   Ce n'est pas forcément compliqué de trouver une occasion pour en parler en famille, de simples mots simples suffisent, qui pourront sauver des vies. Favoriser la greffe d'organes, c'est permettre à ses proches de vivre l'entretien avec les médecins dans les meilleures conditions possibles.


 


Dans un contexte de pénurie d'organes, chaque possibilité de prélèvement devient donc extrêmement précieuse. Car un prélèvement aboutit en moyenne à la greffe de quatre personnes en attente.


 


Source: Agence de la Biomédecine


DON d’ORGANES: C’est la Journée nationale de réflexion – Agence de la Biomédecine
Accéder aux dernières actualités sur la Greffe


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 62405 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine