Magazine Médias

3 faux arguments pour le sauvetage grec

Publié le 23 juin 2011 par Copeau @Contrepoints

3 faux arguments pour le sauvetage grecIl y a encore quelques personnes qui sont favorables au sauvetage de la Grèce : les eurocrates, les banquiers, les diplomates, quelques sociaux-démocrates perdus. En fait, j’ai passé ma journée d’hier à les croiser dans des discussions sur les plateaux télé et radio, où nous étions invités pour débattre. En conséquence, je pense que j’ai entendu à peu près tous les arguments en faveur de cette politique. Ils peuvent être résumés ainsi :

1. Les banques européennes, incluant les banques anglaises, vont perdre de l’argent si le gouvernement grec ne rembourse pas ses créditeurs.
2. Un défaut empirerait la situation grecque, entraînant instabilité et émigration.
3. Une faillite grecque porterait préjudice à la zone euro, dont le succès tient à coeur de la Grande-Bretagne.

Occupons-nous de ces arguments l’un après l’autre.

En ce qui concerne le premier, il est vrai que les banques européennes, notamment françaises et allemandes, sont exposées. Et alors ? Si nous devons absolument sauver ces institutions, ce serait plus simple de leur donner directement l’argent plutôt que de l’envoyer pour un petit voyage touristique par Athène. Pourquoi, en outre, les contribuables devraient-ils continuer à subventionner des individus déjà fort riches ? N’avons-nous rien appris des précédents sauvetages bancaires ?

Pour le second argument, certes, une banqueroute n’est jamais indolore. Quelle est cependant l’alternative ? La politique actuelle cause déjà de l’instabilité et de l’émigration, sans qu’aucune fin ne soit visible. Il est vrai qu’une faillite signifierait que l’État Grec serait incapable d’emprunter plus d’argent. Et le problème de ceci serait… ? C’est l’échec des gouvernements à vivre à hauteur de leurs moyens qui a causé tout ce bazar.

La troisième objection est de loin la plus idiote. Oui, la Grande-Bretagne a à coeur la prospérité des pays qui utilisent l’euro : ils représentent presque la moitié de notre commerce. Et il est démontré que ce n’est pas dans leur intérêt d’être englués dans une union monétaire qui impose des transfers fiscaux massifs. L’euro s’avère être très cher pour les contribuables des grands pays de cette zone et calamiteux pour les travailleurs des petits.

Pour me répéter, oui, une faillite arrive. La seule raison de repousser l’échéance est de transférer toutes les responsabilités privées vers le secteur public, de telle façon que la facture soit payée par les contribuables. Le plus tôt la Grèce quitte l’euro et retrouve la croissance, le mieux ce sera pour tout le monde.

—-
Lire aussi

Le renflouement qui coule la Grèce
Quelles suites pour la crise grecque ?
L’Europe et le piège grec : toujours plus haut sur la pyramide de Ponzi


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Fonds de sauvetage de l’eurozone

    Fonds sauvetage l’eurozone

    Les chiffres se succèdent mais ne se ressemblent quant au coût que représenterait pour le Royaume-Uni le sauvetage financier du Portugal. Les tabloïdes citent... Lire la suite

    Par  Copeau
    CULTURE, INTERNET, MÉDIAS, PRESSE ÉCRITE, SOCIÉTÉ
  • Retraite aux flambeaux ce dimanche 3 Avril à Rufisque

    Retraite flambeaux dimanche Avril Rufisque

    Comme chaque année à la veille de la féte de l'indépendance, les militaires du camp Moussa Dioum de Bargny ont sacrifié à la tradition de la rétraite aux... Lire la suite

    Par  Alexgubert
    POLITIQUE, RÉGIONS DU MONDE, SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Citation du dimanche #232

    Citation dimanche #232

    Il n’est pas de tyran au monde qui aime la vérité ; la vérité n’obéit pas. Alain (Emile Chartier, dit) Article paru sur Expression Libre, membre du Reseau LHC. Lire la suite

    Par  Lomig
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Plan de sauvetage portugais

    Il y avait ce matin même une discussion dans le programme d’aujourd’hui sur les conditions de sauvetage que le Portugal vient d’accepter. Lire la suite

    Par  Copeau
    CULTURE, INTERNET, MÉDIAS, PRESSE ÉCRITE, SOCIÉTÉ
  • Strauss-Kahn se dit μπάσταρδος en grec

    Strauss-Kahn μπάσταρδος grec

    DSK se dit socialiste, comme d’autres auparavant, Besson ou Jack Lang (sans lequel HADOPI ne serait pas passé). Loin des clichés dont Porsche a fait une... Lire la suite

    Par  Carlanoirci
    FINANCES, INSOLITE, INTERNET, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Miracle grec

    Miracle grec

    Non, il n'y aura pas de miracle grec : comme ils se produisent tous les deux mille cinq cents ans environ, et que le dernier a eu lieu il y a siècle et demi ave... Lire la suite

    Par  Egea
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Parlement autrichien, temple grec et démocratie romaine

    Parlement autrichien, temple grec démocratie romaine

    Lors de ma première journée à Vienne, un trajet de tram m'avait fait passer devant le Parlement autrichien. Je m'étais alors promis d'aller y refaire un tour,... Lire la suite

    Par  Espritvagabond
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte