Magazine Afrique

Sécurité routière : les radars génèrent 10 millions Fcfa

Publié le 24 juin 2011 par 237online @237online

Écrit par Mutations   

Vendredi, 24 Juin 2011 12:28

ééèéèééèéééèéééééèéèééàèé

Sécurité routière : les radars génèrent 10 millions Fcfa
C'est le montant récolté par le ministère des Transports en une semaine sur l'axe Douala-Yaoundé.
C'est d'un air étonné que le conducteur d'une Nissan Patrol noire s'est entendu dire ce lundi 20 juin 2011 qu'il venait de commettre une infraction routière en dépassant la vitesse autorisée sur l'axe lourd Douala-Yaoundé. L'homme en question s'était vu quelques secondes auparavant confisqué les pièces de son engin motorisé par un gendarme au lieu dit Maholè, localité située à une centaine de mètres Boumnyébel (Centre).
«Vous avez été pris en flagrant délit de vitesse. Vous avez donc par conséquent été flashé, car vous rouliez à 129 km/h au lieu de 60 ou 70 km. Vous êtes priez de vous rendre là-bas», lui dit une dame en tenue de ville, en montrant une maison bâtie en planches. C'est à la véranda de ce domicile que les passagers pris en flagrant délit de vitesse doivent chacun débourser 25.000 Fcfa avant de poursuivre leur route. Cette somme, apprend-on, représentent les frais d'amende. Un argent collecté et reversé au ministère des Transports (Mintransports) et au Trésor public.
Cette opération, apprend-on, a permis de récolter une dizaine de millions de Fcfa en une semaine, rien que sur l'axe lourd Douala-Yaoundé. Depuis quelques temps sur les axes routiers Douala-Yaoundé-Bafoussam, il n'est pas rare de rencontrer, à certains endroits, des caméras installées sur des trépieds. Il s'agit en réalité de caméra de contrôle de vitesse de véhicules automobiles. Leur but est de limiter les accidents de la circulation routière causés en majorité par le «non respect de limite de vitesse autorisées correspondant au type d'infrastructures routières» au Cameroun.
Accidents
C'est donc dans cette optique que les pouvoirs publics ont introduits l'usage des radars de contrôle de vitesse depuis 5 ans. Mais, le déploiement observé ces jours répond, indique-t-on au Minstransports, à l'application du plan d'urgence de sécurité routière élaboré par la commission interministérielle de sécurité routière mise sur pied par le Premier ministre.
L'un des premiers objectifs de ce plan d'urgence est «l'application rigoureuse des mesures réglementaires et répressives. L'une des mesures réglementaires est de veiller au respect de la limitation de vitesse dont le maximum sur nos routes est de 110 km lorsqu'il n'y pas d'autres panneaux restrictifs, car il y a des endroits où on descend à 90 km/h et même à 50 km à l'heure et panneaux», explique Zacharie Ngoumbe, sous-directeur de la prévention et de la sécurité routières au Mintransports.
La phase actuelle expérimente aussi la mise en application du nouveau Code de procédure pénale qui prévoit des amendes payables immédiatement sur le lieu de l'infraction sur la base de carnet de reçu à souche paraphés par le procureur de la République. Chaque reçu à souche est déchargé de manière personnelle. Pour les autorités, il n'y a donc pas de falsification qui tienne. Toutefois, certains usagers s'indignent de ce mode de fonctionnement.
«On vous dit qu'on vous a flashé en pleine vitesse. Mais, lorsqu'on leur demande d'apporter la preuve, ils disent qu'ils ont été avertis par des collègues placés au niveau du pont de Boga», fulmine un conducteur qui vient de passer à la caisse. «Pourquoi faire comme s'il s'agit de pièges ? On avertit au moins lorsqu'il y a des caméras de surveillance placées sur la route. Je ne suis pas convaincu par cette manière de faire», rouspète un autre qui s'apprête à passer à la caisse. «Il ne s'agit aucunement de piège. Ce ne sont pas des caméras cachées, mais placées en bordure de route. Il n'y a peut-être pas de panneaux de signalisation parce que ce sont des caméras mobiles. Et puis, c'est aussi un moyen d'amener les gens à changer leur comportement au volant, affirme Zacharie Ngombe. Selon le sous-directeur de la prévention et de la sécurité routières au Mintransports, le conducteur à la latitude de dire qu'il n'est pas en infraction.»


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


237online 2277 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog