Magazine Culture

En finit-on jamais d'aimer ceux que l'on aime, Martine Moriconi

Publié le 25 juin 2011 par Bouquinovore @bouquinovore
En finit-on jamais d'aimer ceux que l'on aime, Martine Moriconi
Auteur: Martine Moriconi Titre Original: En finit-on jamais d’aimer ceux que l’on aime Date de Parution : 2011
Éditeur : Robert Laffont
Nombre de pages : 198 Lu : Juin 2011 Prix : 18€ Comandez :En finit-on jamais d'aimer ceux que l'on aime
Résumé :  Pauline et Guillaume, Elisabeth et Pierre, Benjamin, Olivier... Dans les années 80, ils étaient inséparables, de ces amitiés qui se nouent à l'aube de l'âge adulte et qui durent pour la vie, même quand la vie nous fait prendre des chemins différents. Vingt-cinq ans plus tard, à l'heure des premiers bilans de la cinquantaine, Pierre et Elisabeth ne savent plus pourquoi ils sont toujours ensemble ; Benjamin papillonne comme un éternel ado, Olivier tire sa révérence. Et Pauline... Contre toute attente, Pauline retrouve Guillaume, le seul à s'être clairement éloigné de tous les autres. Ils ont tellement joué « je t'aime moi non plus » tous les deux, et ça s'est si mal terminé... Espérer contre l'évidence, les statistiques, les leçons du passé, bref la raison la plus élémentaire, que vingt-cinq ans plus tard les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets : Pauline a conscience de son inconscience. Mais le coeur a ses raisons, etc. Le coeur a ses secrets, aussi : pour ne pas réveiller les démons du passé, Guillaume demande à Pauline de taire leur histoire. Vouloir garder un tel secret devant ceux qui vous connaissent le mieux et qui vous ont ramassée en miettes après la rupture, c'est une gageure. Presque aussi risquée que de ne pas tourner le dos à cette deuxième chance que lui offre la vie. D'ailleurs, Pauline n'est plus si sûre de vouloir la saisir...Avec comme fil rouge l'histoire de Pauline et Guillaume, un « Vincent, François, Paul et les autres » d'aujourd'hui qui nous tend, avec humour et tendresse, le miroir de toute une génération.
Mon avis : Que de promesses dans le titre de ce livre : « En finit-on jamais d’aimer ce que l’on aime ? » Voila une question que l’on se pose tous un peu, quelle sera la marque du temps sur nos amitiés, nos amours.
Martine Moriconi nous offre un livre facile à lire et léger, l’écriture est simple et sans fioritures, elle ne marquera peut être pas son temps par le style mais ce livre gagne tous son intérêt dans la thématique abordée par livre. L’auteur parle avec réalisme des relations de vingt ans, les gens changent et l’amitié qui les relient aussi. 
Le roman est en perpétuelle feedback donnant corps aux événements présents. 
En lisant ce livre, je me suis posé la question de mes amitiés d’aujourd’hui, de mon groupe d’amis, comment seront nous dans vingt ans lorsque nous en aurons cinquante? Moriconi touche dans ce premier roman des thèmes sensibles tel que le suicide, le chômage, le mensonge, l’infidélité, tous ces petits drames du quotidien qui peuvent entrer au cours du temps dans n’importe quel groupe d’amis.
Il est aussi question d’amour et de couple, et cette question que nous nous sommes tous posé à un moment donné, de la personne que l’on aime aujourd’hui continuerons nous de l’aimer demain ?
Ce livre est à la fois rapide et agréable à lire. Roman français qui n’a pas la prétention de faire de la grande littérature, mais  gagne à mes yeux par la thématique abordée : Le temps qui passe, l’amour et l’amitié.
 

Cette lecture a été fait dans le cadre d'un partenariat avec Livraddict et Robert Laffont Je remercie En finit-on jamais d'aimer ceux que l'on aime, Martine Moriconi  En finit-on jamais d'aimer ceux que l'on aime, Martine Moriconi

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Martine est orpheline

    Martine orpheline

    Nous ne parlons que rarement des décès des gens connus mais cette fois-ci, nous allons faire une exception. Marcel Marlier, le papa de Martine vient de nous... Lire la suite

    Par  Lemediateaseur
    CULTURE
  • Flic, tout simplement - Martine Monteil

    Flic, tout simplement Martine Monteil

    Dans sa chanson Femme des années 80, Michel Sardou évoque une femme qui « s’installerait à la présidence », d’où elle « ferait bander la France ». Lire la suite

    Par  Lectricesandthecity
    LIVRES
  • Interview (presque) imaginaire : Martine Aubry

    Graoulliennes, Graoulliens, amical bonjour de la pointe Bretagne ! Aujourd’hui, nous revoici réunis pour une nouvelle interview comme sait en mener notre ami... Lire la suite

    Par  Legraoully
    CULTURE, INFO LOCALE, MÉDIAS, POLITIQUE, SOCIÉTÉ, SPORT
  • Martine a la fim

    Martine

    C’est devant une salle copieusement garnie et même trop petite pour accueillir tout le monde que Martine Aubry et Bertrand Delanoé ont participé à l’étape... Lire la suite

    Par  Legraoully
    CULTURE, MÉDIAS, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Martine fait un livre

    Martine fait livre

    Graoulliennes, Graoulliens, amical bonjour de la pointe Bretagne ! Vous vous souvenez des élections européennes de 2009 ? Non, je vous le demande parce qu’il n’... Lire la suite

    Par  Legraoully
    CULTURE, INFO LOCALE, MÉDIAS, POLITIQUE, SOCIÉTÉ, SPORT
  • Martine Aubry dans les Yvelines

    Le PS chasse sur les terres de l'UMP Les soutiens yvelinois à la candidature de Martine Aubry aux primaires socialistes organisent une réunion publique à... Lire la suite

    Par  Pollux1963
    CULTURE, FINANCES, INFO LOCALE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ, SORTIR
  • Martine Aubry : « Rumeur ou réalité ? ! »

    Martine Aubry Rumeur réalité

    Le 18 juillet 2011 Objet : Martine Aubry : « Rumeur ou réalité ? ! » [Copie au JDD, au Monde et à France Culture] Madame Martine Aubry Parti socialiste 10, rue... Lire la suite

    Par  Raoul Sabas
    CULTURE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ, TALENTS

A propos de l’auteur


Bouquinovore 16918 partages Voir son blog

Dossier Paperblog

Magazines