Magazine Politique

Brèves de Conseil de Gisors.

Publié le 25 juin 2011 par Philippemeoule

fr_d_ric_passy.jpgDernier Conseil municipal à Gisors avant les vacances d'été. C'est traditionnellement le vote du compte administratif (CA), validant les comptes de l'année précédente (le bilan pour l'entreprise). Pas de surprise puisque la majorité vote pour et les oppositions (socialiste, ump, droite dure), votent contre et parfois s'abstiennent... Il faut ajouter que ces comptes sont certifiés par le receveur et ont passé l'examen du contrôle de légalité en préfecture.

Le maire, Marcel Larmanou, nous a donné, en préambule,quelques informations importantes :

1/ l'hôpital, menacé comme tant d'autres en province, a reçu l'agrément de l'Agence régionale de santé (ARS), lui permettant de fonctionner jusqu'en 2017. Cela concerne la chirurgie, donc la maternité et les urgences. Ouf ! Ceci grâce à la mobilisation de tous et à l'originalité du partenariat public-privé, indispensable pour répondre aux normes et critères exigés par les autorités de santé. Le Pôle sanitaire du Vexin n'est plus (momentanément), sous la perfusion qu'impose trop souvent la loi HPST (Hôpital, patients, santé, territoire), dîte loi Bachelot, directement liée à la fameuse RGPP (Révision générale des politiques publiques).

2/ La ligne SNCF Gisors-Serqueux, abandonnée depuis bien longtemps va être réhabilitée prochainement dans le cadre de l'aménagement du Grand Paris.

3/ La ligne de bus Etrépagny-Gisors-Cergy, dont le gestionnaire "Vexin-Bus", annonçait l'arrêt il y quelques mois, est en sursis pour un an. Mais rien n'est gagné et le combat, là aussi, doit continuer.

Ces deux dernières infos, liées au transport en commun, sont d'une extrême importance pour notre bassin de vie et même au-delà, car cela impacte directement l'emploi et la mobilité pour les habitants d'une région située aux confins des départements de l'Eure, de la Seine-Maritime, de l'Oise, du Val d'Oise et des Yvelines... rien que çà ! Emploi, économie, transport, tourisme en sont notamment les enjeux.

4/ Moins séduisante, l'annonce de la fermeture de l'usine Merck à Eragny-sur-Epte, aux portes de Gisors, avec 350 licenciements en vue, pour une multinationale de la pharmaceutique qui engrange des milliards de bénéfices annuels. Elus et salariés se battent, mais c'est un peu le pot de terre contre le pot de fer. Pour la petite histoire, le comité de soutien a symboliquement installé une banderole sur le donjon du château de Gisors, et bien figurez-vous que des représentants de la droite dure locale s'en sont émus en publiant un article dans le journal local... Touche pas à mes vieilles pierres, quelle qu'en soit la raison ! Les salariés, les habitants, donc les électeurs apprécieront la démarche des colistiers d'Emmanuel Hyest !

Frédéric Passy, issue d'une famille gisorsienne, donne son nom au parc environnemental.

Dorénavant, il faudra dire :"nous allons nous promener au parc Frédéric Passy". En effet, le Conseil a voté à l'unanimité la dénomination du parc qui fait le bonheur de tous.

Issu d'une ancienne famille de Gisors, propriétaire depuis la période révolutionnaire de l'ancien couvent des Récollets et de ses dépendances, Frédéric Passy, peu connu jusque là des Gisorsiens, fut pourtant le premier Prix Nobel de la Paix en 1901, en même temps que Henry Dunant, fondateur de la Croix-Rouge.

Frédéric Passy est né le 20 mai 1822 à Paris et est mort le 12 juin 1912 à Neuilly-sur-Seine. Il consacra sa vie à l'idéal pacifiste.

Il fonda la Ligue Internationale de la Paix en 1867, puis la Société d'arbitrage entre les nations, ancêtre de l'ONU.

Elu député en 1881, il s'opposa à la politique colonialiste de Jules Ferry.

Il était favorable à l'abolition de la peine de mort.

Un Conseil sans surprise !

Pour le reste, chacun était à sa place, dans son rôle, dans sa logique.

M. Lepert (ump) pinaille, finasse, décortique et tout le monde se marre... Il a promis de jouer aux boules de temps à autres pour se détendre !

M. Longet travaille beaucoup son quant-à-soi, mais craque à la première provocation du maire, qui s'en fait une joie !

Guy Soury rapporte, rapporte et rapporte encore : il est vrai qu'il est rapporteur du budget !

M. Hyest tente de plus en plus de se fondre dans un costume d'opposant (et de candidat !) appaisé, réfléchi, consensuel... jusqu'à quand !?

M. Magné pense que les plus pauvres ne doivent pas être logés trop loin du centre : Marcel Larmanou partage cet avis mais lui fait remarquer que son chef de file ne semble pas défendre cette idée !

C'est presque à l'aveugle que l'on a voté le nom de Louis Braille pour une nouvelle rue...

Tiens, Fabien Massin, de l'Impartial, est en vacances !

Allez, boujou et rendez-vous au Conseil du mois de septembre pour de nouvelles aventures municipales !

(photo: Wikipedia : Frédéric Passy)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Philippemeoule 409 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines