Magazine

Le Pays de l’alcool

Publié le 25 juin 2011 par Iti1801

Le Pays de l'alcool, Mo Yan Comme j’avais particulièrement apprécié Beaux Seins, belles fesses, mais aussi Le Maître n’a pas d’humour, je me disais que je ne prenais pas trop de risque avec Le Pays de l’alcool et que j’allais passer un bon moment. D’autant que l’histoire avait l’air particulièrement alléchante.

Ding Gou’er, un inspecteur, est envoyé dans une obscure ville de province, Jiuguo – littéralement le pays de l’alcool –, pour enquêter sur une affaire pour le moins sordide : des officiels sont accusés de manger rien de moins que des enfants ! Ce qui serait la spécialité de la ville, en plus de son alcool.

Si l’originalité de l’intrigue n’avait pas déjà séduit le futur lecteur potentiel, la quatrième de couverture précise :

En contrepoint, le narrateur livre sa correspondance avec un certain Li Yidou, aprenti romancier qui réside à Jiuguo, et dont les œuvres attisent le fantasme des festins d’enfants ou exaltent les vertus de l’alcool, viatique des Immortels.

Et nous voilà donc, avec non pas une histoire mais trois pour le prix d’une ! En effet, en plus de l’échange épistolaire, on a aussi droit aux productions du disciple auto proclamé ! Et ce qui aurait pu être un florilège finit par devenir un amalgame confus… En effet, les personnages se confondent entre protagonistes « réels » de l’aventure initiale et avatars fictifs des récits d’un aspirant fortement alcoolisé… D’ailleurs, moi qui pensais avoir été bien préparé par la lecture des BUKOWSKI, je dois reconnaître qu’on atteint ici un niveau inégalé, et qui n’aurait pas dû l’être car on sombre alors dans le pathétique parfois et le soûlant nauséabond bien trop souvent… C’était peut être le but recherché, mais parfois, c’en est trop, et depuis les Romains, on ne le sait que trop bien : nimis vitium est !

Pourtant, tout n’est pas à jeter, et on a parfois droit à des « morceaux de bravoure » comme nous le vend la quatrième de couverture, mais ça se noie vraiment bien trop souvent dans l’exercice presque scolaire… Ou alors la plupart des apprentis auteurs chinois contemporains écrivent comme Li Yidou et c’est un problème culturel : je ne peux m’y faire ! Ou alors, subtilement, Mo Yan s’en prend-il à ces mêmes aspirants arrogants qui pensent déjà tout savoir, mais font mine de se retrancher derrière le maître et semble être prêts à l’écouter, mais finalement, bornés, n’en font rien et continuent sur leur voie…

La structure narrative est si complexe qu’on finit par s’y perdre et qu’on ne démêle plus le vrai du faux, qu’on ne devine plus les intentions de l’auteur. Néanmoins une chose est sûre c’est une brillante satire de biens des travers chinois, mais aussi de la quête permanente actuelle sinon de l’immortalité du moins la jeunesse éternelle qui n’est pas le propre des Occidentaux…

Une fois n’est pas coutume, voilà un livre dont je suis peut-être totalement passé à côté, et que je ne recommande pas.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Iti1801 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog