Magazine Cinéma

Dante 01

Publié le 26 juin 2011 par Olivier Walmacq

dante_01

genre: science fiction
année: 2008
durée: 1h25

l'histoire: Dante 01, prison spatiale, dérive dans l'atmosphère de Dante, une planète hostile. A l'intérieur six des plus dangereux criminels servent de cobayes à d'obscures expériences.

la critique d'Alice In Oliver:

Un film de science fiction français, ça vous tente ? Non, ça vous fait peur ? Et bien, vous avez raison ! C'est pourtant le pari que tente maladroitement de tenir Marc Caro. Bienvenue dans l'univers de Dante 01, et plus précisément dans une navette spatiale où un nouveau prisonnier (Lambert Wilson) fait son apparition.

Dans ce vaisseau spatial, sont gardés les plus dangereux criminels: tueurs, sadiques et psychopathes. Ce sont tous des hommes indésirables sur la Terre.
De ce fait, ces assassins ont été envoyés dans l'espace afin de servir de cobayes à d'étranges expériences. Toutefois, le nouvel arrivé (donc, Lambert Wilson) est différent. Premièrement, ce dernier ne parle pas, jamais.
Ensuite, le bonhomme souffre le martyr et semble accaparé par des visions et des hallucinations morbides.

Pour ce rôle de prisonnier condamné à effectuer une peine dans l'espace, Lambert Wilson a dû suivre un entraînement intensif et se muscler.
On compte évidemment sur l'interpréation de l'acteur. Certes, on sent Wilson et les autres interprètes investis dans leurs personnages.
Il est d'ailleurs amusant de voir un acteur comme Bruno Lochet dans un film de science fiction, qui a tout de même du mal à convaincre dans un tel univers.

Le pari est ambitieux, le film aussi mais la réalisation est trop prétentieuse pour totalement convaincre.
En résumé, n'est pas Stanley Kubrick qui veut, et on ne réalise pas 2001, l'Odyssée de l'espace tous les jours.
Telle est la leçon à retenir pour Dante 01 et Marc Caro, très prétentieux dans son style et dans sa mise en scène, hautement insupportable.
A partir de ces différents éléments, Marc Caro propose un trip spatial d'une rare indigence, qu'il conviendra de ranger dans la case poubelle.
Que dire de plus de ce navet ? Rien... Gagné !

Note: 03/20
Note naveteuse: 16/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines