Magazine Culture

Un libraire en colère

Par Pause Toujours
Un libraire en colèreLe livre d'Emmanuel Delhomme a eu droit à plusieurs papiers dans la presse, suffisamment pour aiguiser la curiosité. Peut-être que nous allions apprendre des choses, avoir une autre vision du métier et de ses problématiques... tel n'est pas le cas. Les points essentiels sont là, couchés dans les articles sélectionnés par l’Éditeur (Libération... ), le reste n'est qu'un billet d'humeur.
Il faut reconnaître qu'Un libraire en colère n'est pas une réflexion ni un essai sur les maux qui affectent la librairie. C'est un cri. c'est la voix du mourant qui s'accroche à la vie. C'est une colère pour sortir de l'indifférence. C'est le dernier message avant l'effacement, l'oubli et la disparition. Emmanuel Delhomme voit son commerce menacé. Il se sait condamné. Il dresse le bilan, fait le constat, vomit ce monde nouveau et connecté.
Ceux qui attendent de son ouvrage une portée générale (par rapport au commerce indépendant, aux changements sociaux...) seront déçus. Emmanuel Delhomme prêche pour sa paroisse et n'atteint jamais l'universel. Ce n'est pas le but mais cela restreint d'autant l’intérêt de ses remarques.
Pourtant, il touche les vrais problèmes mais sans approfondir, il focalise sur quelques faits et y revient obsessionnellement. Ah ! Internet ! les portables ! La colère est revendiquée mais elle est simplificatrice. L'auteur frappe maladroitement, parfois injustement. Il n'est pas tellement honnête, intellectuellement parlant, quand il passe indifféremment de la crise du Livre à celle de la lecture (qui n'est pas prouvée). Et malgré quelques jolies pages, plus on avance dans le texte, plus on le sent aigri, plus on se lasse, plus... il nous perd.
Un libraire en colère de Emmanuel Delhomme, aux éditions L’Éditeur, mai 2011.
Je profite de cette critique pour renvoyer à un article précédemment écrit sur les maux du Livre.
Ajoutons, concernant la librairie, que :
- La spéculation immobilière a des conséquences dramatiques autant sur les commerces que sur le pouvoir d'achat et le moral des ménages. La mairie de Paris essaye difficilement de trouver des solutions : Vital'quartier.
- Le prix unique du Livre, restreint à quelques pays, ne correspond plus aux habitudes de consommation (généralisation de la seconde main, internationalisation du commerce, nombreuses opérations éditoriales : un livre en cadeau pour l'achat de deux... ). Que faire ?  L'abrogation de cette loi serait, pour les libraires indépendants, suicidaire.
- Le système qui permet les retours d'ouvrages invendus en contrepartie d'un avoir est d'une grande perversité. Quand les ventes diminuent, les retours en provenance des librairies augmentent. Pour couvrir et compenser les avoirs, les éditeurs produisent plus de livres. La machine s'emballe. C'est le système de cavalerie. Emmanuel Delhomme compare cela à juste raison au système bancaire (crédits... ).
- L'accueil en librairie est un des points noirs de la profession. Réputé froid, caustique et peu engageant, le libraire intimide. Même si l'image est en train de changer et que les choses bougent, il est difficile de ramener à soi un client refroidi.
On pourrait rapprocher cela des bistrots "à l'ancienne" où les patrons bougons et peu aimables ont râlé contre la concurrence des fast food sans se remettre en cause. Il a fallu l'arrivée d'une nouvelle génération avec d'autres concepts pour faire revenir la clientèle.
Alors, ne désespérons pas.
- Monsieur -

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • C'est comic

    C'est comic

    Aujourd’hui, on va parler de Typographie. On va même parler d’une typographie en particulier : la Comic Sans. Ha ! vous vous attendiez à de la super typo ultra... Lire la suite

    Par  Bellgarath
    CULTURE, TALENTS
  • J'ai rencontré le Diable. C'est lui. C'est vous. C'est moi.

    J'ai rencontré Diable. C'est lui. vous. moi.

    Il y a eu l’attente. Quelques mois, presque un an avant de voir arriver le nouveau film de Kim Jee-Woon, cet insaisissable cinéaste sud-coréen un peu... Lire la suite

    Par  Tred
    CINÉMA, CULTURE
  • C'est Extra !!!

    C'est Extra

    Une robe de cuir comme un fuseauQu'aurait du chien sans le faire exprèsEt dedans comme un matelot Une fille qui tangue un air anglais... Lire la suite

    Par  Yannpapas
    CONCERTS & FESTIVALS, CULTURE, MUSIQUE
  • C'est Vendredi, c'est le 50e Bordel.

    ... En cette période post-festive où les foies sont mis à rude épreuve, les espoirs encore permis et où les bonnes résolutions fleurissent à foison, voici que... Lire la suite

    Par  Pagman
    MARKETING & PUBLICITÉ, SEXO
  • C'est Samedi, c'est après le Bordel.

    C'est Samedi, c'est après Bordel.

    ... Le Bordel du Vendredi d'hier, 50eme du nom est en passe de laisser son nom dans la postérité des Bordels du Vendredi en dépassant probablement d'ici la fin... Lire la suite

    Par  Pagman
    MARKETING & PUBLICITÉ, SEXO
  • C'est contagieux...

    C'est contagieux...

    Vous ne pouvez ignorer l'amour de Nad pour les marinières, elle vous l'a encore prouvé la semaine dernière en vous montrant son dernier achat Tsumori Chisato... Lire la suite

    Par  Les3copines
    CÔTÉ FEMMES, MODE FEMME
  • C'est louche !

    Aujourd'hui, pour ceux à qui cela aurait échappé, je vais vous parler de la nouvelle coqueluche du net : Heidi, l'opossum qui louche.Arrivé au Zoo de Lepzig... Lire la suite

    Par  Nikki59
    A CLASSER

A propos de l’auteur


Pause Toujours 39 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines