Magazine

Instinct maternel

Publié le 27 juin 2011 par Dodo44

Il y a quelques décennies, c’était l’époque où presque toutes mes amies et moi devenions tour à tour maman. Certaines ne touchaient plus terre. D’autres en faisaient des ulcères. De mon côté, c’était un rêve devenu réalité.

Le jour où la vie déposa ce trésor dans mes bras, mon univers prit une dimension inconnue jusque-là. Dès cet instant, je me mis à osciller entre l’angoisse et la béatitude. C’est que je venais de saisir le sens du mot inquiétude.

Oh! Vous auriez cru que d’avoir pris soin de mon petit frère bébé, alors que j’avais treize ans, m’aurait endurcie, aguerrie, refroidie. Pas du tout! J’avais le cœur plus mou qu’un caramel.

Je suppose que c’est ce qu’on appelle l’instinct maternel.

Entourée d’autant d’amies et de mamans, j’étais bien placée pour faire quelques constats intéressants.

Ainsi, je sais qu’il y a des mères qui sont maternelles. Et des mères qui ne sont pas maternelles. Il y a des femmes qui ne sont pas mères et qui sont maternelles. Et des femmes qui ne sont pas mères et qui ne sont pas maternelles.

Vous me suivez?

L’instinct maternel est ce penchant à s’occuper de ce qui est dépendant, vulnérable, attachant. C’est cet irrésistible besoin de prodiguer des soins à une cause, un enfant, un projet, un jardin.

Qu’il soit le nôtre ou celui d’un autre, c’est plus fou que nous!

J’inclus ici les hommes aussi. Car ils sont plus nombreux qu’on croit, ceux qui sont capables de faire passer bébé en premier. Quelle que soit la forme qu’il a!

Cette croyance que mère égale instinct maternel entraîne beaucoup de confusion. La maternité est un choix. Non une condamnation à perpétuité.

Depuis très longtemps, il m’est souvent arrivé de rassurer, absoudre, consoler ces femmes, ces amies, ces mères rongées par la culpabilité. Y compris bibi!

Nous qui sommes épuisées au point de vouloir mettre au recyclage notre poupon. Le retourner à l’usine pour défaut de fabrication. Le donner à la voisine en adoption. Nous qui nous sentons coupables de ne pas désirer d’enfant. De vouloir nous faire avorter. De préférer notre carrière. D’écouter notre liberté.

Nous sommes tout à fait normales, avec nos limites et nos envies. Oui, nous avons besoin de soins, nous aussi. Alors, soyons pour nous la maman idéale. Disons adieu à toute culpabilité et bienvenue à notre créativité!

Après tout, créer… N’est-ce pas à quoi ça sert d’être mère?

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

NOUVEAU! Écoutez la version AUDIO mp3! Oui, c’est ma voix…
À l’onglet BOGAUDIO MP3.

Vous aimez? Pas du tout? Qu’en pensez-vous? Merci de partager autour de vous!
Vous désirez un coaching de vie avec moi?  Je suis là pour vous avec joie!
Cliquez sur www.DominiqueAllaire.com pour votre PENSÉE D’AMOUR.


Filed under: Le bog des contraires

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dodo44 39820 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte