Magazine Culture

Daruma

Par Emmyne

Un Daruma est une figurine artisanale populaire japonaise.

De papier mâché ou de bois, elle est creuse et de forme ronde,

le visage, les yeux particulièrement, étant les éléments mis en valeur.

La représentation traditionnelle est de couleur rouge

daruma

.

Le nom de Daruma est inspiré de celui d'un moine bouddhiste du VIème siècle nommé Bodhidharma, ou Bodai-Daruma en japonais, réputé pour sa persévérance. La forme rappelle la position de méditation zen ( pas de membre apparent ), la couleur est celle du vêtement religieux.

Les Daruma sont des figurines peintes qui ont la particularité d'avoir de grands yeux blancs : la tradition veut que l'on peigne la pupille de l'oeil gauche en faisant un voeu. Lorsqu'il est réalisé, on peint alors la deuxième pupille.

Objet de folklore, le Daruma n'a rien d'enfantin, même si des jeux et des comptines y font référence. Des marchés dans les villes, des jours et des manifestations dans les temples au cours desquelles ils sont brûlés lui sont consacrés.

Le Daruma, au-delà du voeu, symbolise la tenacité, invitant à formuler ses projets, objectifs, souhaits, à réfléchir aux moyens de parvenir au but. Dans cet esprit, ces " poupées " Daruma sont souvent des " culbutos " : bousculées, elles ne chutent pas et reprennent la position droite. Les caractères calligraphiés sur le corps expriment la réussite, la chance mais ils peuvent aussi être personnalisés en fonction du voeu. Le Daruma n'est pas un objet magique mais plutôt une promesse que l'on fait à soi-même devant les dieux, un espoir. C'est durant la période des fêtes de nouvelle année que la figurine est la plus recherchée ( à la façon de nos bonnes résolutions ? ).

.

dk_tdaruma_w

.

- visuels issus de sites marchands sur le web -.

50930564_p
J'ai découvert l'existence des Daruma il y a quelques temps déjà lors de la lecture du documentaire jeunesse Aujourd'hui au Japon - Keiko à Tokyo ( collection Le journal d'un enfant Gallimard Jeunesse - chronique ICI ).

61638339_p
Toujours curieuse des traditions artistiques et légendes populaires, j'ai aussitôt souhaité en savoir plus. Ce qui explique que je profite à nouveau de la quinzaine nippone organisée par Choco pour partager cette découverte.

J'ai retrouvé la tradition des Daruma dans le bel album Le trésor de Monsieur Okamoto ( Picquier Jeunesse - chronique ICI )

*


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Emmyne 573 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines