Magazine Cinéma

Omar M'A Tué

Publié le 28 juin 2011 par Olivier Walmacq

omar_m_a_tuer_300

genre: drame
année: 2011
durée: 1h25

l'histoire: Le 24 juin 1991, Ghislaine Marchal est retrouvée morte dans sa cave. Des lettres de sang accusent: "Omar m'a tuer". Quelques jours plus tard, Omar Raddad, jardinier, est écroué à la prison de Grasse. Dès lors, il est le coupable évident.

La critique d'Alice In Oliver:

Omar M'a Tuer constitue la seconde réalisation de Roschdy Zem, qui se pose en tant que cinéaste engagé, et signe un véritable réquisitoire contre la culpabilité d'Omar Raddad, un jardinier accusé du meurtre de sa patronne, Ghislaine Marchal.
L'affaire Omar Raddad fait partie des nombreux scandales judiciaires. Cette affaire est aussi la traduction d'une justice française, qui semble obéir à certains préjugés raciaux.

Tout du moins, c'est le propos de Roschdy Zem, qui prend partie pour l'accusé et défend donc la thèse de l'innocence.
Omar M'a Tuer n'est donc pas un film neutre, loin de là ! C'est avant tout un drame engagé envers la cause d'Omar Raddad.
Cette affaire est plus complexe qu'il n'y paraît. Aussi, est-il nécessaire de rappeler un peu les faits. Attention, SPOILERS !

Le 24 juin 1991, Ghislaine Marchal est retrouvée morte dans sa cave. A côté du cadavre, des mots ont été inscrits avec du sang sur un mur: "Omar m'a tuer". Tout semble accuser le jardinier qui travaille pour Ghislaine, donc, Omar Raddad. Très vite, l'homme est arrêté par la police.
A partir de ces différents éléments, le film se focalise sur le point de vue de l'accusé, à savoir un homme qui parle très mal le français, et qui ne comprend pas ce qu'il lui arrive. Omar Raddad est jugé en procès et écope de 18 années d'emprisonnement.

omar

Pour sa famille, c'est une véritable tragédie. Pour Omar aussi, l'homme criant son innocence. Roschdy Zem filme sans complaisance.
Par exemple, la séquence de la tentative de suicide est franchement déroutante. Toutefois, le film montre également le combat d'un homme prêt à tout pour laver son honneur.

Roschdy Zem dénonce une enquête bâclée, des gendarmes incompétents, une justice convaincue par avance de la culpabilité de l'intéressé.
Peu importe qu'il y ait des preuves et des témoignages contradictoires attestant de l'innocence éventuelle d'Omar Raddad, le but est de trouver une gueule et un coupable idéal. Et malheureusement, pour notre justice française, Omar a la tête de l'emploi: il est marocain, illettré et n'est pas forcément en mesure de se défendre et de contester les accusations.

En ce sens, Roschdy Zem réalise un film qui milite dans le sens d'Omar Raddad, réclamant un procès en révision.
Certes, Omar Raddad est libre mais il est toujours coupable aux yeux de la justice. Et cet homme veut laver son honneur bafoué.
Le cinéaste peut s'appuyer sur des comédiens de talent: Sami Bouajila est touchant et impressionnant de mimétisme.

omar 0

Reste un film construit tel un téléfilm ou un documentaire pour la télévision (on pense parfois à Faites Entrer L'Accusé), d'où le sentiment d'un film un peu impersonnel, qui manque de tonalité dramatique.
Certes, Omar m'a tuer prend fait et cause pour l'accusé. Encore une fois, il s'agit d'un film militant. Malheureusement, Roschdy Zem n'est pas un grand cinéaste et son film pâtit parfois d'une narration un peu approximative.

Note: 14/20


Bande Annonce Omar m'a tuer


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Omar m'a Tuer (sic)

    Omar Tuer (sic)

    Synopsis : 1991. Omar Raddad est emprisonné pour le meurtre de Madame Marchal qui l'employait comme jardinier. Trois ans plus tard, un écrivain convaincu de... Lire la suite

    Par  Michcine
    CINÉMA, CULTURE
  • Omar m'a tuer

    Omar tuer

    Omar, un coupable idéal ou un homme innocent? Rachid Bouchareb, Roschdy Zem et Sami Bouajila font à nouveau équipe mais cette fois certains rôles ont été... Lire la suite

    Par  Popmovies
    CINÉMA, CULTURE
  • Omar m’a tuer

    Omar tuer

    Le 24 juin 1991, Ghislaine Marchal est retrouvée morte dans la cave de sa villa de Mougins. Des lettres de sang accusent : « Omar m’a tuer ». Lire la suite

    Par  Ocinemaroc
    CINÉMA, CULTURE, MOYEN ORIENT, RÉGIONS DU MONDE
  • "Omar m'a tuer", le film

    Le 24 juin 1991, Ghislaine Marchal est retrouvée morte dans la cave de sa villa de Mougins. Des lettres de sang accusent : « Omar m’a tuer ». Lire la suite

    Par  Alain Rousseau
    CINÉMA, CULTURE
  • Omar m’a tuer

    Omar tuer

    Le fait divers a secoué la France pendant de nombreux mois. Et ce n’est pas terminé. Il est question de l’assassinat d’une riche octogénaire qui de son sang... Lire la suite

    Par  Gicquel
    CINÉMA, CULTURE
  • Omar m'a tuer

    Omar tuer

    Après "Mauvaise foi" (2006), qui s'intéressait de façon assez juste aux rapports entre religions, Roschdy Zem revient avec une des plus grandes affaires... Lire la suite

    Par  Jul
    CINÉMA, CULTURE
  • (Critique) Coup de coeur pour : Omar m'a tuer - Roschdy Zem

    (Critique) Coup coeur pour Omar tuer Roschdy

    J'aime les films engagés, c'est un fait. Lorsqu'un film défend une cause, que le réalisateur et ses acteurs se sentent investis d'une mission, cela se sens :... Lire la suite

    Par  Meuwine
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines