Magazine Séries

Profit. Saison 1. Pilot. (Rentrée US 1996)

Publié le 05 septembre 2011 par Delromainzika

vlcsnap-2011-09-05-23h10m45s3.png

Profit // Saison 1. Episodes 1 et 2. Pilot.


Je sais qu'il n'y a pas d'heure ou de temps pour découvrir une série. Je me suis donc lancé dans Profit, une série très courte (9 épisodes c'est assez peu) car annulée très rapidement, et après avoir vu le pilote qui est un double épisode tout de même je dois dire que l'ensemble est plutôt correct pour l'époque bien sûr. Car je veux pas dire mais il y a certains trucs qui me dérange un peu. Ca date de 1996, c'est avec Adrian Pasdar (Heroes quoi). Bref, la série est créée par deux gars qui ont travaillés sur X Files, Buffy, L'as de la Crime ou encore Le Fugitif, c'est déjà pas mal non ? C'est pourquoi j'ai tenté l'aventure et surtout cette série est très courte, elle n'engage pas à grand chose, donc aller, je me dis : c'est bon, même si j'ai souvent le rebut de l'image en 4/3, du vieux son 2.1, des musiques de fond intempestives qui me rappelle les sombres heures passées devant Mission Impossible la série, … Bref, Profit est quand même une bonne série. Tout du moins, elle le laisse transparaître au travers de ces deux épisodes.
Jim Profit est un jeune cadre supérieur, chez Gracen & Gracen, une société multimilliardaire. Dévoré par l'ambition et très manipulateur, il est prêt à tout éliminer sur son passage pour gravir les échelons. Obsédé par le pouvoir, il réussit par son ingéniosité, à avoir accès à des informations confidentielles sur la société, ce qui va lui donner assez de pouvoir pour détruire tous ceux qui se mettront sur son chemin. Car rien, ni personne, ne semble pouvoir entraver sa soif de réussite. Très habilement, Jim Profit parvient à manipuler ses collègues qui vont lui procurer sans le savoir tous les éléments pour parvenir à ses fins. Seuls Joanne Meltzer, chef de la sécurité et Jack Walters, président de G&G, ont vu clair dans le jeu de Profit. Ils vont tenter de trouver des preuves pour le démasquer avant qu'il ne détruise tout le monde.
vlcsnap-2011-09-05-21h57m29s69.pngCe qui fonctionne avant tout avec cette série c'est l'éblouissant personnage de Jim Profit. Il est détestable, n'a aucune morale, sans foi, et surtout il a tout de ce sadique pervers (finalement quand je parlais de son nouveau personnage dans The Lying Game j'avais raison, ce gars a un vrai regard qui ferait peur à une maternelle toute entière). Le personnage est la plus grande réussite de la série, en tout cas du double pilote. On le place dans cet univers confortable où il va petit à petit gravir les échelons pour se rapprocher de la présidence de l'entreprise en elle même, quitte même à aller jusqu'au meurtre. Au final, quand on la regarde de nos jours, cette série paraît vraiment en avance sur son temps avec les différentes manigances des protagonistes pour récupérer le contrôle de la société, etc.. Sans parler des contrats, des différents séminaires, j'ai déjà vu ça dans des tas de séries, mais j'avoue que l'on joue gros ici.
Adrian Pasdar m'a vraiment bluffé et pour dire ça, il fallait que ça soit vraiment le cas car c'est pas pour dire, mais je suis pas un fervent défenseur de cet acteur. Le personnage lui va à ravir. Pour ce qui est de l'ensemble ça fonctionne assez bien, et ce malgré quelques moments de relâchement dans le second épisode qui nous présente de façon un peu moins bien les histoires, en allant peut être un peu trop vite. Mais c'est quand même réjouissant. On tient une série au sujet prometteur et surtout à une possibilité multiple d'intrigues bien ficelées. Je regarderai la suite c'est certains. La noirceur de la série est vraiment un plus et surtout change de toutes les séries de network que l'on peut voir et c'est là que je me rend compte que la série ne pouvait pas fonctionnée.
Note : 7.5/10. En bref, un épisode pilote intriguant, palpitant et présentant un personnage détestable mais terriblement excitant.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire