Magazine Culture

Des nouvelles de ... moi!

Par Reginezambaldi
Des nouvelles de ... moi!Le titre pourrait paraître assez égocentrique, mais bon, je ne fais que répondre à la question de plusieurs ami(e)s, lecteurs, lectrices, qui se sont un peu étonnés de mes silences ces dernières semaines. Alors voilà...
Oui, je vais bien, merci! J'ai retrouvé Londres pendant plus d'un mois. Après tout, il n'y a pas qu'à Paris que les marronniers fleurissent en Avril. Le temps était anormalement chaud, les jardins et squares sentaient bon le lilas, et l'amour - royal- était dans l'air et s'étalait sur des tasses et des fanions.
J'ai aussi applaudi deux amies chères: Patricia, sur scène, à Paris (La Banalité du Mal) et Yvette, à Genève, à l'occasion de la sortie de son dernier livre (Juste avant la pluie)  - elle a 91 ans dans son corps, et 50 ans de moins dans sa tête! Et j'ai essayé de passer un peu, trop peu, de temps avec d'autres amies que j'aime, comme ma Bleue.
J'ai également beaucoup pensé à la notion de bonheur, avec ou sans majuscule, mais de préférence au pluriel.
C'était facile en voyant les sourires éclatants de Kate et de William...  et ceux des Britanniques et autres touristes qui se pressaient le long du Mall après avoir patienté pendant des heures pour apercevoir un pan de la robe de la mariée, un salut princier, la dorure d'un carrosse. Sans oublier les innombrables fêtes dans les villes et les villages, de l’Écosse au Pays de Galles... Pour une fois, les médias du monde entier passaient en boucle un baiser sur le balcon de Buckingham et non des fusillades, des explosions, des visages tourmentés... Bien sûr, les malheurs n'ont pas disparu par enchantement ce jour-là, mais comme le soulignait un historien à la BBC,  même si les Britanniques n'étaient pas dupes, ils se réjouissaient d'une trêve à leurs soucis quotidiens. Ils se sentaient unis et fiers, c'est aussi cela l'identité nationale. Et quoi qu'en pensent certains détracteurs étrangers cyniques, je trouve que l'amour vaut bien un ballon rond, autour duquel se dressent les drapeaux les soirs de match, dans les stades républicains...
D'ailleurs l'amour fleurit autour de moi en ce moment, on me raconte, j'observe, je me réjouis... Cela permet de se souvenir que le bonheur devrait être la norme et ne pas laisser les esprits chagrins et négatifs scander le contraire, en répétant d'un air prémonitoire " Profitez-bien, pendant que ça dure" alors que presque personne ne nous rassure qu'après la pluie revient le beau temps quand on traverse une mauvaise passe.
Qui a dit que c'est lorsque tout va bien, que l'on compte ses vrais amis?
PS 1: A Brompton Square, les fenêtres en vis-à-vis, de l'autre côté des arbres, sont celles où a habité Stéphane Mallarmé.... de quoi rêver au regard qu'il devait promener sur ces tilleuls.
PS 2: La suite de l'abécédaire est pour bientôt, promis...N...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Reginezambaldi 455 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines