Magazine Europe

Sunny, thank you for the truth you let me see...

Publié le 21 novembre 2007 par Steven Petitpas
...The dark days are gone, and the bright days are here,
My sunny one shines so sincere.
Sunny one so true, I love you....

sunny.jpg
Je viens par le présent article mettre fin à cette légende taquine qui veut que l'Angleterre soit un royaume de brume, mère patrie des parapluies, terre de grisaille et d'eau ! Cela fait maintenant presque deux mois que je vis à Bedford, et je dois bien avouer que j'ai connu ici (à ma grande surprise) bien plus de matins ensoleillés que je n'en connais habituellement en France à la même époque. En tout et pour tout, Bedford a dû connaître 7 ou 8 jours de mauvais temps depuis mon arrivée. Mon parapluie ne m'a servi qu'à trois reprises. Pas vraiment de "singin' in the rain" donc, me concernant, ce qui est bien regrettable quand on connaît mes talents de chanteur.
Singin-Rain.jpg
De l'avis de certains, ces cieux de cobalt, loin d'être dus mon impériale présence, s'expliqueraient de façon fort banale (et décevante) : j'aurais soi-disant la chance de me trouver dans une des régions les moins humides de l'Angleterre (hmhm... qui s'est donc moqué de Bedford dans le Bedfordshire ?)... Qu'importe, ne voyons pas dans cette explication triviale une raison de reprendre aux anglais les lauriers de beau temps qu'ils viennent à peine de recevoir ! Car après tout, si un temps pareil existe en Angleterre, cela suffit, je crois, à briser la légende... et à renvoyer à vos placards les systématiques et railleurs : " Alors Steben ? Pas trop marre de la pluie ?!

sunny3.jpg

Si l'on devait donc chercher une véritable particularité au temps anglais (vive les sujets de conversation universels et anodins !), c'est à mon avis moins dans la grisaille permanente ou la bruine interminable que dans le très étonnant changement soudain du ciel. En l'espace de quelques minutes, plus rapidement encore que sur les côtes françaises, vous pouvez passer d'un temps radieux à un temps des plus tristes, humides, voire orageux. Comme dirait Mike (mon tuteur), "il y a quatre saisons en Angleterre, et parfois dans la même journée". On a donc très vite fait de devenir paranoïaque, et de s'équiper de son parapluie même si la pluie se faire rare, même si, jetant un rapide coup d'oeil par son anglaise fenêtre (mince, ça me reprend !), on n'a rien remarqué d'autre qu'un ciel pur et azuré...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Steven Petitpas 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte