Magazine Cinéma

Critique cinéma : Sons of Norway

Par Nivrae

Critique cinéma : Sons of NorwayCritique cinéma : Sons of Norway

Sons of Norway (Sønner av Norge) de Jens Lien, présenté en compétition officielle au Festival de cinéma européen des Arcs 2011. Le film est sortit en Norvège en septembre 2011.

Le film a obtenu le prix de la meilleure musique aux Arcs 2011 (Jan Inge et Sex Pistols). Le film est basé sur l’autobiographie de Nikolaj Frobenius, Teori og Praksis. Il est scénariste pour le film.

Synopsis : En 1978, Nikolas a 14 ans, il vit une existence idyllique avec son frère et ses parents hippies, Magnus et Lone. Lorsque Lone meurt dans un accident de voiture, Magnus fait une grave dépression. Nikolas ne sait pas vers qui ou quoi se tourner jusqu’à ce que son meilleur ami lui fasse découvrir l’album Never Mind the Bollocks des Sex Pistols. Nikolas s’achète une guitare. Lorsque son père sort de sa dépression il encourage son fils. Il est difficile d’être un rebelle mais encore plus quand votre père écoute la même chose que vous.

Coproduction : Norvège/France/Danemark/Suède (Friland Produksjon AS/Les Films d’Antoine/Nimbus Films/Götafilmet le soutien de MEDIA et EURIMAGES)

Casting : Åsmund HØEG, Sven NORDIN, Sonja RICHTER, John Lydon

Critique cinéma : Sons of Norway

Tout commence par une soirée de Noël dans une famille de hippies, chez eux pas de rouge mais du jaune… un noël darwiniste avec des bananes au menu et dans tous les plats. Lors de ce noël, les enfants de la famille tente de faire une mini manifestation d’opposition aux parents mais les hippies se joignent à eux pour rire et cette première tentative de rébellion tombe à l’eau… Le jeune Nikolas n’aura pas réussi sa première rébellion.. comme il ne réussira jamais les autres, tout le drame du film.

Quelques temps plus tard il perd sa maman dans un tragique accident, devient Punk après une écoute des Sex Pistols pendant que son père devient dépressif. Il se perce lui même avec une épingle  nourrice, se rebelle avec ses 3 copains, monte un groupe « Dirt » de musique Punk, tombe amoureux. Jusqu’à ce que son père deviennent comme lui, se prenne pour un punk, intègre le groupe et lui détruise ses tentatives de rébellion.

Sons of Norway c’est une comédie dramatique sous fond de musique punk, on retrouve le God Save The Queen et le Anarchy in the UK des Sex Pistols avec grand plaisir. On a d’un côté les punks avec la drogue, les piercings, la musique et de l’autre les hippies avec les libertés, les camps nudistes, ….

Critique cinéma : Sons of Norway

On voit le jeune homme tenter de faire sa rébellion, passer par tous les états, entre amour, rage, colère, joie. On le voit faire ses premières fois, son premier speed, la poudre, … et ce père qui ne s’affole pas qui laisse couler et qui fini même par intégrer les nouvelles habitudes de son fils. J’ai trouvé assez dingue ce père qui s’embarque dans la vie de son gosse, qui l’emmène dans un camp de nudiste (d’ailleurs sympa les quéquettes non floutées au dessus des sous titre), qui participe au groupe en devenant batteur.

Les acteurs sont super bons, que ce soit le père ou le gamin. L’histoire est excellente, on en passe par tous les états et la BO très rock/punk est très entrainante. J’ai vraiment adoré ce film, j’ai été complètement portée par l’histoire et parfois j’avais les yeux écarquillés devant ce que je voyais. C’est un film dur mais aussi plein de fraîcheur et d’entrain.

Durant le film on voit apparaître John Lydon, des Sex Pistols, qui se fait un caméo grande star pour le film. Je trouve ça super d’avoir accepté de venir pour quelques secondes! Je peux vos dire que la musique c’est une chose présente dans ce film, dans mes notes j’ai écris trois fois « love BO ».

Critique cinéma : Sons of Norway

Le culture norvégienne c’est une chose un peu inconnue mais dans ce film il n’y a pas de barrière de culture. On rencontre ces hippies sans gènes, ces nudistes, ces punk à chat, et on comprend parfaitement toute l’histoire sans être bloqué une seule fois par des soucis de culture populaire que l’on aurait pas.

Je citerai 3 scènes qui m’ont marqué : la destruction de la voiture de hippies qui marque un gros changement dans leur vie, le pic-nique avec le père où il sort des saucisses du thermos… un truc qui me serait jamais venu à l’idée, l’instant où le gosse psychote et qu’il mange sa mère à table qui surprend beaucoup !

J’ai trouvé ce film assez incroyable, il y a un brin d’ambiance teenage movie  derrière le drame.

Ma note : 9/10 bijou du nord

Bande Annonce :


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire