Magazine Politique

[DEPECHE] Comptes Twitter anti-Sarkozy suspendus : « tout va bien »

Publié le 20 février 2012 par Variae

PARIS, FRANCE. Alors qu’Internet prend un rôle croissant dans l’élection présidentielle française, une polémique s’est développée ce week-end parmi les utilisateurs du réseau social Twitter, au sujet de la suspension successive de plusieurs comptes d’utilisateurs dont le nom critiquait la candidature du président sortant, comme @SarkozyCaSuffit. Les annonces de fermeture de ces comptes ont semé un certain trouble, des accusations de censure par Twitter, l’UMP, ou les deux à la fois ne tardant pas à poindre.

 [DEPECHE] Comptes Twitter anti-Sarkozy suspendus : « tout va bien »

Les meilleurs spécialistes, joints par téléphone, appellent pourtant à la prudence et à la modération. Pour le docteur Joao Frankenfurter, de la chaire de psychophysique spéculative de la Frei Universität du Mato Grosso, les perturbations du réseau social américain sont probablement dues à un regain d’activité solaire. « Il n’est pas rare que des tempêtes solaires provoquent une déstabilisation des transmissions web », explique ce dernier, « or la conjonction des consonnes « s », « r » et « k » rendent un identifiant ou un nom de domaine particulièrement sensible à de telles déstabilisations du continuum spatio-électronique ». La non-désactivation des comptes anti-Hollande, ne comprenant par ces consonnes, en serait un « indice supplémentaire ».

Le professeur Karl-Jordan De Nagy-Bocsa, dirigeant l’Institut Supérieur Téléologique de Budapest (IST Business School), pointe quant à lui les possibles effets collatéraux de la perte du Triple A de la France. « Il est possible que les serveurs de Twitter aient jugé illégale et illégitime la non-dégradation de Sarko en Srko dans les noms de comptes, conformément aux recommandation des agences de notation ». L’éminent téléologue hongrois recommande donc « de tenter de rouvrir ces comptes » une fois « le triple A récupéré ».

Une autre hypothèse est également avancée par l’éminent neuro-paléontologue Sergueï Pintadinho, professeur émérite à l’École Pratique des Hautes Études Supérieures de Tasmanie. S’appuyant sur ses derniers travaux sur le cerveau gauchiste, il rappelle que « les gens de gauche présentent généralement » un dysfonctionnement « préoccupant » du lobe frontal, les rendant inaptes « à la concentration » et très susceptibles de détruire leur propre compte Facebook ou Twitter dans un moment d’exaltation politique, tout en l’oubliant la seconde d’après. « Il n’y a qu’à voir », condamne-t-il, « combien ils sont peu respectueux de leur président » malgré « tout ce qu’il a fait pour eux ». Il conseille également de ne pas évacuer la possibilité d’un faux mouvement, « les gauchistes ayant généralement de gros doigts ». Appendices « disgracieux » peu pratiques « pour l’usage des smartphones », met-il en garde.

Du côté des autorités sanitaires françaises, on évoque par ailleurs officieusement la « possibilité d’une hallucination collective » massive, due à l’abus de réseaux sociaux. La déconnexion totale de ces réseaux jusqu’au 6 mai prochain est évoquée comme une possible solution, « surtout si l’hystérie anti-Sarkozy continue sur la toile », continue notre source. Pour le bien des Français atteints de ces troubles, une « coupure médicale de leur compte Facebook » pourrait également être envisagée, sans les avertir, pour « limiter l’effet traumatique ».

A l’UMP et à l’Élysée, enfin, on se veut rassurant : « tout va bien ». « Le président considère que la liberté de tweeter est un des gages de la France forte », nous indique un de ses collaborateurs, d’ailleurs « il devait le dire dans son discours de Marseille », mais il a « malheureusement » sauté cette ligne « sous le coup de l’émotion ».

Beaux joueurs malgré le déferlement d’accusations sévères et peu étayées à leur endroit, les collaborateurs du candidat-président ont également proposé de « ré-ouvrir les comptes fermés » en en « assurant la gestion » eux-mêmes, pour s’assurer qu’ils ne soient plus « désactivés par erreur ». Un geste remarquable de fair-play, qui remonte le niveau d’une campagne partie sous les tristes auspices de la calomnie socialiste et de la dénonciation hargneuse du président sortant.

Romain Pigenel, pour l’Agence de Presse Variae


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Ajouter un commentaire

A propos de l’auteur


Variae 7 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine